Quatre rencontres littéraires avec le festival Lettres du monde - Université Bordeaux Montaigne

Culture

Quatre rencontres littéraires avec le festival "Lettres du monde"

Affiche festival Lettres du monde

Le festival Lettres du mondes – l’usage du monde ! aura lieu du 13 au 24 novembre 2019 dans les bibliothèques, médiathèques, librairies, établissements scolaires et universitaires de la région Nouvelle-Aquitaine. Les 15, 18 et 22 novembre 2019, cinq auteurs viennent partager leurs univers dans les murs de l'Université Bordeaux Montaigne au cours de quatre rencontres.

Vendredi 15 novembre 

Giancarlo De Cataldo (Italie)

14h30 - salle A005

Giancarlo de Cataldo, magistrat à la cour de Rome, est né en 1956. Il est l’un des écrivains de roman noir les plus importants d’Italie, également grande signature de la presse et très présent la télévision. Il est l’auteur de Romanzo Criminale (adapté au cinéma en 2005 par Michele Placido), La saison des massacres, La forme de la peur, Le Père et l’Étranger et Les Traîtres. Giancarlo de Cataldo a obtenu les prix Trophée 813 et prix Polar Européen du Point (2006) pour Romanzo Criminale. Des États-Unis à l’Italie, L’Agent du Chaos mêle la réalité des années soixante-dix à la fiction. Giancarlo De Cataldo, d’une plume ferme et puissante, interroge l’implication des services secrets dans la manipulation de la contre-culture, des mouvements politiques...
L’agent du chaos, traduit de l’italien par Serge Quadruppani, éditons Métailié, 2019.

En partenariat avec la licence Babel, UFR Langues et civilisations de l’Université Bordeaux Montaigne / Pôle culture et vie étudiante. Rencontre organisée avec Martine Bovo, maîtresse de conférences (Italien).

Lundi 18 novembre

Liao Yiwu (Chine) 

13h30 - auditorium de la Maison des étudiants

Poète, musicien et reporter chinois, Liao Yiwu est né en 1958. En 1982, il fait ses premières armes en composant des poèmes « subversifs ». En 1990, il est condamné à quatre ans de prison pour crime politique après avoir écrit un poème qui dénonçait le massacre du 4 juin 1989 place Tian’anmen. Précurseur de la « littérature réaliste noire », il milite alors en faveur des droits de l’homme depuis Berlin où il s’est exilé depuis 2011.
Des Balles et de l’Opium est un recueil de témoignages de quelques-uns des “émeutiers” du 4 juin, l’un est poète, l’autre banquier, un troisième étudiant, un quatrième a osé uriner sur un char à l’arrêt. Ils sont accusés de “tromperie économique” ou encore de “récriminations réactionnaires furieuses” pour avoir décrit, photographié, écrit la réalité de ce jour-là. Ils ont subi tortures, brimades, persécutions. Après des années de bagne, ils sont devenus des “parasites de la société”. Ce livre évoque aussi la mémoire du meilleur ami de l’auteur, Liu Xiaobo, prix Nobel de la Paix 2010, mort en détention en 2017. Grâce à Liao Yiwu, les opposants au régime chinois ont enfin une voix et des noms.

Des Balles et de l’Opium, traduit du chinois par Marie Holzman (sinologue et spécialiste de la Chine contemporaine et des dissidents chinois), éditions Globe, 2019.

En partenariat avec les départements des Lettres (Licence Babel, Master Ingénierie de Projets Culturels et Interculturels (IPCI), Recherche en études littéraires (REEL) et Études Culturelles) et des Études Chinoises de l’Université Bordeaux Montaigne  / Pôle culture et vie étudiante. Rencontre organisée avec Eve de Dampierre-Noiray, maîtresse de conférences (Lettres) et Rémi Castets, maître de conférence (Études chinoises).

Mohammed Abdelnabi (Egypte) 

15h30 - auditorium de la Maison des étudiants

Mohammed Abdelnabi est né en 1977 et a fait des études de langue anglaise, de traduction et d’interprétation simultanée à l’université d’Al-Azhar, au Caire. Il est traducteur-interprète et anime un atelier d’écriture. La Chambre de l’Araignée est l’un des rares romans de langue arabe à explorer le thème de l’homosexualité et à en dénoncer les persécutions. Muhammad Abdelnabi s’est inspiré d’un procès qui a scandalisé la société égyptienne en 2001 : celui de cinquante-deux hommes, raflés par la police dans une boite de nuit, puis condamnés à de lourdes peines de prison pour “perversion sexuelle”. À travers le témoignage de Hani, Muhammad Abdelnabi raconte avec détermination la violence du rejet et écrit l’intime avec pudeur.

La Chambre de l’Araignée, traduit de l’arabe par Gilles Gauthier, éditions Actes Sud, 2019.

En partenariat avec l’UFR Humanités (Département des Lettres : Masters Recherche en études littéraires (REEL), Ingénierie de Projets Culturels et Interculturels, Études culturelles et Licence Babel) et avec l’UFR Langues (Département d’Arabe : Licence LLCE Arabe, Licence LEA) de l’Université Bordeaux Montaigne / Pôle culture et vie étudiante. Rencontre organisée avec Marie-Hélène Avril, maîtresse de conférences (Arabe) et Eve de Dampierre-Noiray, maîtresse de conférences (Lettres).

Vendredi 22 novembre 

Bernardo Carvalho (Brésil) et Rui Zink (Portugal)

13h30 - Amphi B 400

Bernardo Carvalho est né en 1960 à Rio de Janeiro. Romancier, journaliste et traducteur, il a été le correspondant de la Folha de São Paulo à Paris et New York. Il est l’auteur, entre autres, de Mongólia (2004), Le Soleil se couche à São Paulo (2008), Ta mère (2010) et Reproduction (2015), tous couronnés au Brésil de prix prestigieux. L’œuvre de Bernado Carvalho est traduite dans plus de dix langues. Avec Sympathie pour le Démon, Bernardo Carvalho ausculte l’emprise du désir, la folie galopante du pouvoir et du mal, les contradictions entre l’intime et le politique. Il n’hésite pas à mettre dans un même tourbillon la violence de la guerre et celle de l’amour… quand la passion se trouble de perversité.

Sympathie pour le Démon, traduit du portugais (Brésil) par Danielle Schramm, éditions Métaillé, 2018.

Né à Lisbonne en 1961, professeur de littérature et de théorie de l’édition à l’Universidade Nova de Lisbonne, Rui Barreira Zink est l’auteur de récits pour la jeunesse, de scénarios de bandes dessinées et de plusieurs romans dont Dádiva divina, prix du Pen Club portugais 2005 et Le Destin du touriste, traduit en français aux éditions Métailié en 2011. L’Installation de la Peur paru en 2016 aux éditions Agullo a obtenu le prix Utopiales 2017.
Dans Le Terroriste Joyeux, Rui Zink joue de la farce et de l’humour pour questionner notre rapport aux maux de notre temps, terrorisme, torture, pouvoir, la manipulation... Il imagine un dialogue entre un présumé terroriste, cueilli à la sortie de l’avion transportant des explosifs et un policier. Dans un huis-clos quasi théâtral, l’interrogatoire devient joute verbale. Le doute s’installe, les rôles se défont, il n’y a plus un terroriste et un policier, mais simplement deux hommes.

Le Terroriste Joyeux, traduit du portugais par Maïra Muchnik, Agullo, 2019.

En partenariat avec le Département d’Études Lusophones de l’Université Bordeaux Montaigne / Pôle culture et vie étudiante. Rencontre organisée avec Barbara Dos Santos, enseignante contractuelle (Portugais).

Pour retenir les dates de toutes ces rencontres, inscrivez-vous à l'événement Facebook.

Le Festival Lettres du Monde

L'esprit du festival

C’est la diversité de la littérature étrangère que Lettres du monde veut promouvoir. Celle qui s’épanouit au détour des pages d’un carnet de voyage, bien sûr, mais aussi celle qui, même dépourvue d’exotisme, nous emmène pourtant très loin en nous confrontant à des tragédies intimes ou politiques qui, pour n’être géographiquement pas si éloignées, sont aux antipodes de notre quotidien. Parce que l’écriture est pour nombre d’auteurs confrontés à la censure le seul moyen d’échapper à l’oppression voire d’exister, Lettres du monde a choisi de faire entendre cette littérature en invitant chaque année des auteurs qui, à l’instar de Pinar Selek, Kamel Daoud, Burhan Sönmez, Sara Rosenberg ou Rosa Montero… témoignent et combattent. Une littérature voyageuse, mais aussi et surtout batailleuse.

Retrouvez toute la programmation du festival ici.

footer-script