Science Ouverte - Université Bordeaux Montaigne

Science ouverte : une université engagée

Une stratégie en six axes

 

Convaincue que la Science ouverte renforce le potentiel d’innovation et de diffusion de la recherche produite dans l’université et ce, au bénéfice de la société toute entière, l’Université Bordeaux Montaigne a inscrit la Science ouverte comme politique d’établissement à l’automne 2019. Elle encourage ainsi les voies du libre accès, dans le cadre de l’intégrité scientifique, tant pour les publications que pour les données de la recherche
L’Université entend ainsi proposer, au regard de ses spécificités disciplinaires, sa propre interprétation de la Science ouverte qu’elle définit comme une valeur :

  • partagée par tous les acteurs et les actrices de l’établissement
  • compatible avec l’idéal de bibliodiversité et le maintien d’une variété de modèles économiques et éditoriaux de publication, sur tous supports
  • inséparable des enjeux de visibilité de la science et de l’évolution souhaitées pour les politiques d’évaluation et de référencement de la recherche en Sciences Humaines et Sociales
  • accompagnant les enjeux mondiaux de participation et de coopération, tant pour la production que pour la diffusion de la recherche scientifique

UBM s’engage ainsi résolument dans un mouvement qui offre à ses chercheur·e·s de nouvelles opportunités pour partager leurs productions, soutenir leur créativité, favoriser la coopération et animer de nouvelles passerelles entre recherche, transmission des savoirs et société.

Elle reste cependant lucide sur les nouvelles contraintes liées à la diffusion gratuite, internationale, interdisciplinaire et collaborative et, au-delà des multiples actions entreprises, elle s'investit dans une réflexion stratégique sur les axes structurants de développement et de valorisation.

La politique Science ouverte est animée par le Vice-Président délégué au numérique, Soufiane Rouissi, chargé de mission Science ouverte.  Il est assisté par la Direction de la recherche (donnees-recherche @ u-bordeaux-montaigne.fr) et le Service commun de documentation (docelec @ u-bordeaux-montaigne.fr).

Elle est également coordonnée avec celles de la Vice-Présidente Recherche, Nathalie Jaëck (nathalie.jaeck @ u-bordeaux-montaigne.fr) et des chargés de mission Intégrité scientifique, Science avec et pour la Société (SAPS) et Partenariats (Caroline.Le-Mao @ u-bordeaux-montaigne.fr).

 

La politique Science ouverte de l’Université concerne tous les domaines de la recherche et de la formation. Elle se décline sur six axes dont les objectifs se précisent et se complètent au fur et à mesure que les compétences et les collaborations se construisent au sein de l’Université.



  1. Bordeaux Montaigne fait de son édition universitaire une compétence remarquable. Elle s’inscrit depuis de nombreuses années dans la bibliodiversité et l’édition ouverte, pour les revues mais également pour les livres.

    Une archiveLe portail HAL de l’Université, créé en 2016, archive par Unités de recherche les productions de ses chercheurs. En 2022, plus de 26 000 références sont présentes dont 25% en texte intégral. Un chiffre en progression rapide (18 % de textes intégraux en 2020) témoignant des actions en cours pour améliorer ce taux de couverture.

    Open Edition Books diffusent en accès ouvert et gratuit des ouvrages issus de ses quatre Maisons d’Edition : Presses universitaires de Bordeaux, d’Ausonius éditions, de la MSHA et de Carrières sociales Editions. En 2022, 400 ouvrages sont disponibles (25% de plus qu’en 2020).

    La plateforme de services Un@ Editions porte un modèle original :  très largement soutenue par l’Université Bordeaux Montaigne, elle est au service des Presses Universitaires de la Région Nouvelle Aquitaine qui souhaitent publier des ouvrages numériques, ouverts et enrichis. Un@ leur offre un service complet pour mettre en ligne leurs ouvrages, parfois documents « de niche », les faire référencer par les moteurs et catalogues et sur les plateformes internationales comme le DOAB (Directory of Open Access Books). Ouverte en avril 2020, cinq Presses Universitaires ont rejoint Un @ , 15 collections ont déjà été créées et 30 livres édités en septembre 2022.

    Du coté des revues, les enseignants-chercheurs de l’Université en dirigent une vingtaine dont plus de la moitié sont en accès libre complet, souvent depuis plus de dix ans. Elles sont référencées sur les moteurs et catalogues,  et diffusées sur les plateformes nationales et internationales.  Open Edition Journals et le DOAJ – Directory of Open Access Journals pour les revues dont les numéros courants sont ouverts; Persée, Gallica et Cairn pour les revues patrimoniales, originellement sur papier.

    Son Service commun de documentation participe aux initiatives de valorisation de l’édition en libre accès par un soutien financier direct au programme freemium de Open Edition Journals, au DOAJ, à la plateforme de revues  Erudit (Canada). Il est également partenaire des acteurs nationaux comme Persée (mise en ligne des revues patrimoniales de sciences archéologiques), Mir@bel (amélioration du signalement), Couperin...

    Enfin, pour diffuser connaissances scientifiques et analyses d’experts  auprès de la Société civile, les chercheurs de l’Université sont souvent sollicités par les médias généralistes : France Culture, the Conversation, You tube. Des espaces spécifiques ont été créés pour l’Université dans ces médias.

  2. Plusieurs Services de l’Université s’impliquent sur cette nouvelle question.  Les interventions sont variées et visent à créer, progressivement, un réseau de compétences complémentaires et structurées entre les Services et les Unités de recherche accessible via un Guichet unique.

    Parmi les actions mises en place, on peut citer : 

    • L’aide à la rédaction (donnees-recherche @ u-bordeaux-montaigne.fr) et relecture du plan de gestion des données (DMP),
    • L’aide à la construction de bases de données (docelec @ u-bordeaux-montaigne.fr) et au traitement des données, les conseils sur le choix des logiciels
    • La numérisation de corpus d’archives (docelec @ u-bordeaux-montaigne.fr)
    • La délivrance de DOI Datacite et CrossRef (donnees-recherche @ u-bordeaux-montaigne.fr) (Identification pérennes des données et des publications)
    • L’accompagnement pour le RGPD (dpo @ u-bordeaux-montaigne.fr) et pour la mise en place d’enquête
    • La mise à disposition de ressources sélectionnées et régulièrement mises à jour

    Enfin, des logiciels libres sont développés par les chercheurs de l’Université. On peut citer MyWeb Intelligence, outil d’extraction, d’archivage, de qualification et de visualisation du Web, utilisé en 2014 par le CHU de Bordeaux ou HyperOtlet/Cosma, logiciel de visualisation de graphe documentaire.

  3. L’activité de recherche est étroitement liée à la production de bases de connaissances. Elles sont les outils nécessaires à la production des analyses scientifiques. Certaines d’entre elles ont vocation à être largement diffusées car intéressant un public plus large que la communauté pour laquelle elles ont été conçues au départ. L’Université Bordeaux Montaigne proposent en libre accès des :

  4. Consciente de la nécessité d’acculturer les chercheurs et les personnels aux enjeux de la Science ouverte et des données de la recherche, l’Université développe des formations de formats variés en direction de tous ses personnels : enseignants-chercheurs, doctorants, agents en soutien à la recherche.

    Des formations, ateliers et interventions dans les Unités de Recherche et auprès de l’Ecole doctorale sont mises en place depuis 2019. Parmi ces actions, des ateliers de sensibilisation suivis entre 2020 et 2021 par 150 participants (dont la moitié d’enseignants chercheurs) et, à la rentrée 2022, un programme de trois ans sur le Plan de gestion des données pour les doctorants, complétant le programme de formation qui leur est déjà destiné.

    L'université Bordeaux Montaigne, soucieuse de s'inscrire dans les projets nationaux, a, par ailleurs, participé à la rédaction du Guide à l'usage des Ecoles doctorales « Formation à la Science ouverte tout au long de la thèse», réalisé par le Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation.

  5. La Science ouverte s’appuie sur la transversalité, le numérique et la collaboration. C’est pourquoi l’Université s’implique dans de nombreux réseaux et partenariats, parmi lesquels on peut citer :

                   

      • l'archive ouverte institutionnelle Oskar Bordeaux,  dans laquelle le contenu du portail HAL Bordeaux Montaigne est automatiquement reversé. Oskar représente les établissements de recherche bordelais (Université de Bordeaux, Université Bordeaux Montaigne, Sciences Po Bordeaux, Bordeaux Sciences Agro et Bordeaux INP).
      • les Presses Universitaires de la région Nouvelle Aquitaine à travers la  plateforme des services consacrée au livre numérique gratuit, Un@ Editions
      • les initiatives de valorisation de l'édition en libre accès par un soutien financier direct : Directory of Open Access Journals (DOAJ), programme Freemium d’Open édition, plateforme Erudit (Canada) …
      • des partenariats avec les acteurs nationaux autour des revues scientifiques : Persee (mise en ligne des revues patrimoniales de sciences archéologiques), Mir@bel (amélioration du signalement)...
      • les consortia  : ImaGEO, OpenStreetMap
      • les organismes de formation : URFIST, FUN MOOC (avec la production d'un Mooc consacré au Transmedia storytelling en 2015)
      • les réseaux liés à la Science participative et citoyenne
      • La Maison des Sciences de l'Homme de Bordeaux et de la plateforme Progedo
  6. L'intégrité scientifique est consubstantielle de la Science ouverte. L'université Bordeaux Montaigne, consciente de son rôle fondamental dans la recherche et dans la formation de l'esprit scientifique nomme, depuis 2015, un ou une référente à l’intégrité scientifique, directement rattaché·e à la Présidence et impliqué·e au sein de l’Office Français de l’Intégrité Scientifique (OFIS) et du réseau national des référents.

footer-script