Nina Mansion-Prud’homme, lauréate du Prix Valois - Université Bordeaux Montaigne

Distinctions

Nina Mansion-Prud’homme, lauréate du Prix Valois

Portait noir et blanc de Nina Mansion-Prud'homme qui jouxte une photographie en bichromie des colonnes de Buren

Nina Mansion-Prud’homme, auteure d’une thèse de doctorat d’histoire de l’art intitulée Archives d’architectes en France, 1968-1998, a obtenu en 2020, le Prix de thèse "Valois – Jeunes chercheuses et chercheurs" du ministère de la Culture.

Créé en 2017 par le ministère de la Culture et placé sous l’égide de son Comité d’histoire, ce prix récompense chaque année trois thèses de doctorat pour leur qualité, leur originalité et leur apport essentiel aux politiques menées par le ministère. Il a vocation à encourager les jeunes chercheuses et chercheurs à partager leurs travaux de recherche sur les politiques publiques de la culture, quelles que soient les disciplines et les champs culturels (patrimoines, création, médias et industries culturelles) et ce, dans tous les aspects de ces politiques (institutions, professions, socio-économie de la culture, etc.). Une somme de 8000 euros est allouée à chaque lauréat pour la publication de leur thèse.

Archives d’architectes en France


« Impression d’artiste de la salle de consultation et de conservation des Archives d’architecture du XXe siècle », dessin de Jean-Philippe Garric (1987), repr. dans la plaquette de présentation du Centre d’archives d’architecture du XXe siècle de l’IFA (1988)
Nina Mansion-Prud’homme a soutenu sa thèse à l'Université Bordeaux Montaigne en novembre 2019. Bénéficiant d’un contrat doctoral, ses travaux ont été menés sous la direction de Gilles Ragot, professeur d’histoire de l’art contemporain et de David Peyceré, Conservateur du Patrimoine (École du Louvre).

Cette thèse analyse les jalons de la fabrication d’une politique publique et nationale de conservation et de valorisation des archives d’architectes en France dans le dernier quart du XXe siècle, ainsi que ses effets sur l’histoire de l’architecture française contemporaine. En parcourant une période qui s’étend de la fin des années 1960 au début des années 2000, ce travail met en exergue le rôle d’une institution : l’Institut français d’architecture.

Présentation de la thèse par Nina Mansion-Prud'homme :

 

footer-script