De 1970 à 2020, vos souvenirs - Université Bordeaux Montaigne

De 1970 à 2020, vos souvenirs

1971 Steve Owen parcours le campus bordelais sur son solex

Votre passage à l'Université Bordeaux 3 - Bordeaux Montaigne entre 1970 et 2020, en mots et en images !

  1. 1970 - 1979
  2. 1980 - 1989
  3. 1990 - 1999
  4. 2000 - 2009
  5. 2010 - 2019

1970 - 1979

"Après mon bac, me retrouver à la fac fut une joie et un apprentissage laborieux pour découvrir un monde qui m'était familialement inconnu. Je n'avais aucune idée d'avenir professionnel, aussi j'ai eu la chance de pouvoir tester différents domaines proches de mes goûts : lettres modernes, droit, arts plastiques, animation, Beaux-Arts, tout en travaillant. La dialectique travail, études, m'a amené sur de nombreuses années, à créer mon emploi fort enrichissant pour moi autant que pour les patients au sein de l'institution hospitalière. 
J'étais admis à faire ma thèse à l'EHESS, pour des raisons pratiques, je l'ai soutenue à Bordeaux 3 en "arts, communication et spectacle". Un regret parfois, mais aussi un choix assumé.

Aujourd'hui à la retraite, je continue l'ouverture, en fréquentant les universités, en nourrissant ma curiosité, mon appétit de connaissances, mon goût pour la recherche au contact des autres sachants ou non, comme à travers les arts et les voyages.
Si l'université a pu contribuer à me construire, j'ai peut être gagné une certaine liberté, mais aussi une certaine sagesse et humilité devant tous les champs des possibles."

Jean- Bernard Couzinet  ...(depuis les années 70)

"Mmes Bétérous, Rouques, MM. Fournier, Orreccioni, Zalamansky. Ils étaient mes profs de littérature comparée en fac de lettres modernes dans les années 70/75.

Nous passions de la littérature de la guerre civile espagnole à l'étude du roman policier. Nous y apprenions à croiser les œuvres, les pays et les idées, dans une ambiance à la fois détendue et tonique. Les méthodes pédagogiques d'enseignement offraient un stimulant éventail entre un classicisme humaniste et une innovation déroutante. Nous copinions sans difficulté avec certain(e)s enseignant(e)s et il n'était pas rare de partager avec eux un repas dans quelques restaurant bordelais ou chez l'un ou l'autre.

L'équipe, l'approche et les études de littérature comparée, c'était la fac telle que je l'avais rêvée au lycée: l'ouverture d'esprit, la stimulation de l'échange des idées, la distance et le regard critique sur la vie, éclairés par une humanité sensible. Un parfum de liberté, d'émancipation et de modernité. Encore aujourd'hui, les échos réconfortants et exigeants m'en parviennent.

En année de maîtrise, j'y ai présenté un mémoire sur le théâtre de Brecht et le cinéma d'Eisenstein qui reste pour moi un moment fondateur de la réflexion qui m'a accompagné dans mon parcours théâtral professionnel.

Je veux ici témoigner ma reconnaissance à ces enseignantes et ces enseignants qui, au delà d'un savoir, nous ont transmis un regard, observateur, intelligent, critique sur le monde et un sens profond de la relation humaine.
Saluts, ovation, plein feu et musique !"

Jean-Marie Broucaret
En cours à la faculté de Lettres modernes à partir de 1970, obtention d'une maîtrise de Lettres en 1974.

Je suis l'un des concepteurs de la fac sur une idée de mon confrère Pierre MATHIEU " la fac comme un peigne".
Je suis ému que vous fêtiez les 50 ans de la " fac des lettres ", devenue Bordeaux 3 et enfin Bordeaux Montaigne.
Et encore plus ému que vous parliez de " l'amphi 700 ", mon petit chouchou.

Sachez que le 700 est un amphi conçu en ligne de visée et non pas avec des gradins de hauteur constante. Cette conception est unique sur le campus. La ligne de visée favorise la vue sur la chaire.
L'éclairage en plafond de l'amphi était étudié pour ne pas avoir d'ombre à l'écriture.
À l'époque le remplacement des ampoules en plafond pose un problème , l'université ne possède pas d'échelle adaptée !
Bien entendu mai 68 passe par là et la salle du conseil " accueille " .....quelques dégradations à la moquette.

Le chef d'orchestre Roberto BENZI l'aimait bien "mon 700 ", il y œuvrait , l'acoustique ne devait pas être trop mauvaise.

Michel Faux, architecte honoraire
L'un des concepteurs de l'université à la fin des années 60.

1971 - Steve Owen, étudiant américain. Steve a étudié l'histoire à Bordeaux 3 en 1971-1972 dans le cadre des échanges entre universités californiennes et bordelaises existant depuis 1962. Il vivait dans une résidence universitaire à proximité de l’université et a documenté son séjour bordelais en prenant de nombreuses photos (ses albums sont visibles sur Flickr).

Retrouvez son témoignage recueilli par Tim Pike du site "Invisible Bordeaux" : Lire le témoignage de Steve Owen.

Voir cette publication sur Instagram

📷 #tbtubmontaigne, retour à #Bordeaux3 en 1971 avec l’étudiant américain Steve Owen et ses amis ! Steve a étudié à Bordeaux 3 au début des années 70 dans le cadre des échanges entre universités californiennes et bordelaises existant depuis 1962. Il vivait dans une résidence universitaire à proximité de l’université et a documenté son séjour bordelais en prenant de nombreuses photos (ses albums sont visibles sur Flickr). Merci à Steve Owen d’avoir partagé avec nous ses jolis souvenirs à l’occasion des 50 ans de l’#ubmontaigne ! Détail des photos en commentaires. #ubmontaigne #50ansUBMontaigne #tbt #throwbackthursday #tbtubmontaigne #bordeauxmaville

Une publication partagée par Université Bordeaux Montaigne (@ubmontaigne) le




Vos souvenirs sur la page Linkedin de l'Université Bordeaux Montaigne :
Bernard, Doctorat 1973
"Moi j’ai connu Bordeaux 3 à ses débuts. Résident au village 3 de Talence en Espagnol nous allions au l’institut Ibérique et Iberoamericain au lycée de Talence ( chemin de mégret) avant d’inaugurer Bordeaux 3. Doctorat de 3 e cycle en 1973 avec d’illustres Hispanistes Joseph Perez, Noel Salomon . c’est également là que j’ai été » recruté «  pour apprendre le Portugais. Ce qui m’a permis d’intégrer par la suite la TAP Air Portugal. Merci mr Manuel Pinto !"

1980 - 1989

"J‘ai fait mes études d’histoire et de géographie à l'université Michel de Montaigne Bordeaux III de 1982 à 1988 en commençant par un cours de FLE pour apprendre votre belle langue et en poursuivant ensuite de la première année jusqu´à la maîtrise en histoire-géo. J´ai été de la même cohorte que votre actuel VP Recherche Frédéric Boutoulle. J´ai été ensuite quelques années plus tard deux fois professeur invité en histoire moderne pour un semestre, j´ai co-organisé avec Bernard Lachaise les festivités du 50ème jumelage entre l’université de Hambourg (j´y étais alors professeur d´histoire moderne) et l’université Michel de Montaigne avec la publication d´un ouvrage commun à cette occasion et la remise du doctorat honoris causa au collègue Jean Mondot du département d´études germaniques le 30 octobre 2007. Depuis mes études à Bordeaux, j´ai gardé des liens d'amitié avec des anciens étudiants et plus tard parfois professeurs (Bernard Lachaise, Sandrine Lavaud …), j´ai travaillé avec certain d´entre eux plus tard dans d´autres endroits (p.ex. J.P. Poussou, alors président de la Sorbonne), j´ai publié avec eux des ouvrages communs (p. ex. avec S. Lavaud (Représenter la ville …, 2012) et des articles sur le vin et le monde viticole, etc...

J´ai été pendant 10 ans environ professeur d'histoire moderne en France et un certain temps aussi VP aux relations internationales à l´université Paul-Valéry Montpellier III et je suis depuis 3 ans président d´université en Allemagne (université de Vechta). Je n´ai malheureusement pas sous la main d´anciennes photos de mon passage à Bordeaux, je vous envoie donc une photo avec l´ouvrage de jumelage en 2007.
J´ai gardé mon ancienne université et de très nombreux collègues dans mon cœur."

Prof. Dr. Burghart Schmidt
Präsident der Universität Vechta - Président de l'université de Vechta (Allemagne)
Étudiant en histoire et géographie de 1982 à 1988

J'ai été étudiante à Bordeaux III entre 1987 et 1992 en LEA, jusqu'à la Maîtrise LEA Anglais-allemand.
Je garde un merveilleux souvenir de mes années à la Fac de lettres et de langues de Bordeaux III.

J'y ai rencontré une amie toujours fidèle, 30 ans après ! J'y ai vécu une histoire d'amour pendant plusieurs années. J'y ai eu certains profs formidables. Je me rappelle d'un chargé de cours Histoire des USA, M. Grandjeat, qui, lors d'un devoir sur table, nous a lancé "Vous êtes belles, vous êtes beaux". Il aimait son métier et il nous aimait.
Je me rappelle de la nouvelle de la chute du mur de Berlin, en amphi, j'avais précisément 20 ans et nous étions bouleversés, tout comme notre enseignant.
Je suis devenue traductrice trilingue (après un DESS à Strasbourg) et formatrice d'anglais en CFA.
Je n'oublierai jamais mes années à Bordeaux III."

Sandrine Gaëstel
Étudiante à Bordeaux III entre 1987 et 1992 en LEA

"En quelques phrases rapides … quelques anecdotes de mes études entre septembre 1987 et janvier 1994
En DEUG :
le départ de Monsieur René PIJASSOU : une  GRANDE figure locale. Et surtout, "La journée terrain annuelle organisée par ses soins …. Le retour était toujours très difficile tant la table et les vins abondaient.
José Lazcano : Professeur, réfugié chilien à l’accent inimitable et surtout… qui faisait lire à haute voix (par le rédacteur) les copies d’examen des élèves qui écrivaient mal (dont les miennes) : l’angoisse du lecteur-rédacteur devant les expressions négatives/positives dont il faisait part !!! De très bons moments d’humanisme et de complicité.

En MST :
le IATU… une INDÉPENDANCE CERTAINE de Jean Marieu vis-à-vis des convenances administratives ó « COMMENT OBTENIR AUPRÈS DE LA DIRECTION GÉNÉRALE DE L’UNIVERSITÉ TOUT CE A QUOI LES AUTRES ÉTUDIANTS NE RÊVAIENT MÊME PAS !!!!! » Un budget complémentaire gagné auprès des collectivités pour lesquelles les étudiants que nous étions travaillaient (études de cas pratiques). Pour le coup, alors que l’université avait encore des ordinateurs de première génération (sans souris et papier en accordéon  !!) nous avions du matériel APPLE qui devait, pour nous seuls (l’institut) représenter le budget de l’ensemble des équipements informatiques des autres salles de l’université (ou pas, mais de toute façon, tous les étudiants nous enviaient.

En DESS : pendant que la FAC était en grève, seul le IATU fonctionnait ! Nous étions heureux dans cette petite structure.

La vie étudiante :
Mes premières années, les étudiants en histoire défilaient dans la FAC pour fêter la décapitation de Louis XVI (21 janvier) => tenue d’époque, guillotine sur un brancard … et tête de cochon récupérée aux CAPU dans un panier en osier !
Et le CKTB (il me semble qu’il s’agissait des initiales de leurs prénoms)  = 4 compères qui « quintuplaient » leurs années de DEUG/Licence : des tags partout sur les murs de la FAC et à Bordeaux. « Gloire à la veuve Mao ! » tel était leur mot d’ordre !
Le déménagement de la CAFET’ qui se situait dans le prolongement du couloir couvert Est : L’horreur pour traverser d’une aile à l’autre en passant par ce secteur : les piliers de comptoirs, les étudiants consommant au passage, ceux plus pressés voulant se rendre en cours… et bien sûr une atmosphère saturée de volutes de cigarettes. Vint la nouvelle CAFET’ sur le Parking : grande, très vite taguée et, Oh suprême affront en cette terre de sciences humaines gauchiste….. un petit bureau et un DAB de la Société Générale !
Les premières rigidités : l’aménagement du parking des enseignants et employés …. Ah bon, tout le monde n’est plus égal à Bordeaux III ? On se croirait chez les bourgeois ;)

Bref …. De très très bonnes années pour un simple fils de cantinière boursier au maximum des échelons. Merci à l’école républicaine, à l’université quasi gratuite. J’ai la chance de faire ma part maintenant, en payant mes impôts sur un bon salaire et en tant que praticien de l’urbanisme, faire montre à l’égard de mes contemporains, de l’empathie dont j’ai bénéficié jadis de la part du système universitaire."

Vincent SCHOENMAKERS
DEUG de Géographie de 1987 à 1989
MST aménagement du territoire chez Jean Marieu, de 1989 à 1992 (3 ans car une année à Abidjan pour rédiger mon mémoire)
DESS aménagement de 1992 à  janvier 1994
Membre du Conseil d’UFR Géo-Aménagement dans les années 2004/2007

Bordeaux 3 & moi
"J'ai passé les plus belles années de ma vie sur les bancs de la fac de Bordeaux 3, enfin plus exactement sur les chaises en plastique de la cafet de Bordeaux 3 !
Etudiante en Langues Etrangères Appliquées (anglais / allemand) de septembre 1988 à octobre 1994 - j'ai pris mon temps - et en DU de chinois en 1990-1991, j'ai rencontré beaucoup
de belles personnes, et je suis toujours plus ou moins en lien avec elles aujourd'hui.
Mais, je ne vois plus :
Sylvie, qui fut ma meilleure amie, la témoin de mon mariage, la "marraine" de mon fils ;
Olivier D, qui fut mon meilleur ami, le témoin de mon mariage ;
Nat, qui est décédée en septembre 2004 ;
Lise, qui m'a beaucoup blessée par son indifférence ;
Arnaud, qui fut un super pote mais qui s'est mis en couple avec Lise ;
Fabienne, la meilleure amie de Lise ;
Cathy, l'amie de la bande, l'ex d'Arnaud ;
Jean-Ma, un super pote de droite mais super pote quand même ;
Stéphane, un ex, qui écrivait dans Longueur d'Ondes ;
Sylvie de Bayonne, à qui je pense souvent, je ne sais pas pourquoi ;
Gene(viève), la kepoune de ma première année au Village 3.
Je suis en lien sur les réseaux sociaux avec :
Olivier C, un pote de Nat, parti vivre en Californie.
Je vois encore, plus ou moins souvent :
Jean-Philippe, mon pote depuis le lycée à La Rochelle ;
Anne-Marie, la meilleure amie de Nat ;
Indira, la prof de danse de Nat ;
Sophie, une pote de la bande, originaire du 47 ;
Laurent, le mari de Sophie ;
Mimi, une super pote du groupe initial ;
David, le mari de Mimi, meilleur pote d'Arnaud.
Et plein d'autres que j'ai oubliés !

Dans quelques mois j'aurai 50 ans comme Bordeaux 3, et le meilleur souvenir que je garde de mes années-fac (à Bordeaux 3, Université de Lettres et Arts, la classe - après j'ai étudié en
DESS à Paris 1 Panthéon-Sorbonne) est ce 7 février 1990, le jour de mes 20 ans : En sortant de cours à 10 heures - il devait soit être très important voire obligatoire (TD
d'allemand ?) soit être très intéressant (chinois ?), il neigeait à gros flocons et la cafétaria de Bordeaux 3 était encerclée d'une épaisse couche de neige blanc fluo ! Nous étions un énorme
groupe, nous avons attendu pas mal de temps avant d'avoir notre café dégueu mais pas cher, je me réjouissais de l'énorme tournoi de belote à venir. Faut dire que ses ami.e.s-là étaient ma famille. Je souffrais de solitude depuis des années, en tant que fille unique pas antisociale du tout - mais je perdais mon sang-froid souvent quand même. Ce groupe était devenu nécessaire à mon équilibre psychique, et ma mère ne comprenait pas. Entre parenthèses, je devais l'appeler au moins une fois par semaine, et pour cela il fallait faire la queue à l'unique cabine téléphonique du village 3 un bon bout de temps, avoir de la monnaie, avoir des choses à raconter, avoir envie de raconter des choses... Alors ce jour-là, quand mes amies ont débarqué dans la cafet avec un gigantesque paquet-cadeau rouge avec un gros noeud et qu'ils m'ont chanté "Joyeux anniversaire" dans toutes les langues connues du groupe, j'étais aux anges ! Dedans il y avait un énorme ours en peluche, le bonheur à faux-poils que j'ai appelé "Oscar", en attendant de prénommer mon fils ainsi, mon fils qui a aujourd'hui 20 ans."

Nathalie Renault née Fabien
Étudiante en LEA de 1988 à 1994

Vos souvenirs sur la page Linkedin de l'Université Bordeaux Montaigne :

Catherine, 
DUT carrières sociales 1982
"
Les amphis enfumés :) une autre époque"

Valérie, 
1985-1990
"Mes souvenirs de Nadine Fenouillat, son élégance, sa rigueur, son intelligence et Herve Fourtina pour son extravagance, son humour, sa finesse et un esprit fou! J’espère qu'ils feront partis de vos hommages, de vos souvenirs...Merci."

Marleine , Maîtrise LEA Anglais-Portugais 1988-1993 

"des profs sympas, les restaus U, le bus F, la résidence Eurofac ! Souvenirs souvenirs !!"

1990 - 1999


Sur les deux premières photos : les étudiant·e·s du DESS option communication interne - cours délocalisés à la chambre de commerce et d’industrie de Bayonne avec qui l’ISIC avait une convention - année 1992-93. SUr la troisième photo : regroupement à Bayonne des 2 options stratégie et produit, d’information et de Communication et audit/ communication interne pour des cours communs.
Souvenirs de Christine Dedieu, DESS Communication des organisations – promo 1992-93

Ma chambre au Village 3
"De 1992 à 1998 durant mes études d’ arts plastiques j’ ai été domicilié en chambre universitaire au village 3. Une chambre de 9m2 où tant bien que mal J’ y réalisais les travaux des TP d’arts plastiques (cours de Mr Bugarain. Mme Barres), puis en année de maîtrise des projets plus personnels, Vivre en résidence universitaire avait ses avantages (surtout au V3), proximité de la fac de Bdx3, pas besoin de se lever aux aurores pour prendre le bus afin de se rendre en cours. Pas besoins de quitter le cours en avance le soir pour ne pas rater le dernier le bus.
Pendant les creux on était pénard au chaud dans sa chambre et au calme pour s’ avancer dans son travail où aller voir des ami(e)s ou camarades de sa résidence. Il y avait aussi une vie étudiante sur le campus comme en ville.
Tous les jeudi nous avions des concerts à la cafet de l’ avenue Schweizer. ou encore à la M.A.C en semaine ou le week end. Au v3, à la salle vidéo du bâtiment A/B des séances de cinéma avaient lieu 1 à 2 fois par semaine.
Une bibliothèque était ouverte chaque soir avec emprunt de livres et de BD. Elle était tenue par des étudiants volontaires résidents du V3 (j’ y ai tenu des permanences).
Il y avait la possibilité de regarder aussi la TV (infos, séries Tv, films, magasines...) à la salle TV du bâtiment C mais seulement quelque chaînes. Pour Canal + il fallait aller au V4, seul le V5 permettait d’ avoir accès à toutes les chaînes.
Rares étaient les étudiants ayant leur propre tv dans leur chambre. En revanche nous étions nombreux à un moment à économiser notre bourse ou à bosser l’ été pour s’ acheter son propre frigo et sa plaque chauffante pour sa chambre. Bien qu’interdit, c’ était toléré par l’ administration.
Tous les ans en fin d’ année (vers mai - juin) il y avait la fête du V3 au théâtre de verdure. Tous les résidents de chaque village du campus mais aussi ceux habitant en ville étaient conviés pour assister à des concerts, des spectacles de danses etc.
La vie associative en résidence universitaire était très importante, nous n’ avions rien à envier à ceux qui habitaient à Bordeaux. Mais ce n’ était pas l’ autarcie non plus. Grâce au bus F Eurofac tous les résidents pouvaient sortir en ville et être assurés d’ avoir un bus jusqu’ à 1h du matin pour le ramener sur le campus le soir.
Pour sortir au cinéma on choisissait toujours l’UGC en priorité pour les films de dernières séances car c’ était celui le plus près de l’ arrêt Mériadeck (ainsi que du terminus à l’ époque). Le cinéma le « Français » demandait de « taper » des sprints pour ne pas le manquer et devoir rentrer à pied."

Hélène Gbamy, étudiante en arts plastiques entre 1992 et 1998

Document envoyé :
357 Plastic Fanzine, Fanzine publié par un groupe d’ étudiant en fac d’ arts plastiques (entre 1992 – 95 environ), le fanzine retrace la vie de l’ufr à l’ époque.

Télécharger le fanzine


"J’adorai l'histoire contemporaine avec M. Agostino un grand monsieur : son cours du vendredi matin en amphi 700 ben j y allais assez souvent car c est grâce à des profs comme lui qu'on adorait cette matière. Ma copine Alexia qui faisait du théâtre et que je secondais pour rassurer ses parents. Et Vanessa qui bossait toujours, que j ai eu du mal à dévergonder, avec qui on regardait la petite maison dans la prairie dans sa chambre en cité U... mais tellement timide pendant les exposés.
Les cours de médiévale en amphi b400, la prof de TD histoire contemporaine très humaine. Les cours d historiographie excellent.. et tant de souvenirs... la bibliothèque à bx 3 etc... et quelques amis.
Une belle époque avec beaucoup de souvenirs."
Delphine Bonnoron, étudiante en histoire de 1996 à 1999

Exposition le linge sale de la grande famille.
Technique linge années 1970 cousu de textes au sujet des gitans et Roms. Lieu Maison des Arts Talence en 1996.
Le but était de proposer une installation d'arts forains pour célébrer la venue de nos familles gitanes et sinti nomades victimes de racisme. Cette maîtrise en arts plastiques à Bordeaux 3 puis thèse en Sorbonne m'ont permis de retrouver ma famille paternelle gitane, ayant été adoptée.
Voici mon travail en photo.
Tania Magy
Maîtrise arts plastiques université Bordeaux 3, 1996

"Être toujours ensemble pour travailler sur des projets, tout partager. À la fac, dans l'herbe, chez l'un, chez l'autre, ou dans une roulotte de cirque, à la bibliothèque . Et nos retrouvailles, 20 ans après, ensemble à nouveau le temps d'un week end...à Bordeaux. 18 mois extraordinaires, de vie étudiante par excellence !"

Anne L., étudiante en DESS communication en 1997

Vos souvenirs sur la page Linkedin de l'Université Bordeaux Montaigne :

Sylvie, 
Master LEA anglais espagnol commerce 1990

"Je garde un excellent souvenir de mes années d'études en LEA. Les examens et les cours  dans l'amphi 700. L'amphi Cirot près du département hispanique."

Laure, 
Licence anglais 1993 – CAPES anglais 1996
"C'est à la qualité des cours de LLCE que je dois mon CAPES d'anglais en 1996 après les années de Licence. De bien belles années !"

Marie-Hélène, 
Maîtrise sciences du langage – FLE 1995

"Je suis Bordeaux III bien sûr !!! et des souvenirs bien sûr : le long trajet en bus chaque jour depuis La Victoire pour rejoindre le campus , l’amphi 700 tellement intimidant les jours d’examens et enfumé les jours de socio ... la Victoire encore et ses nuits de jeudi soir inoubliables...les sciences du langage et le Fle, et jusqu’à un jour, cette annonce placardée sur la porte de l’UFR de lettres pour un travail à l’autre bout du monde et mon départ en 1995 pour mon premier poste en Alliance Française au Venezuela... Merci Bordeaux 3 et bel anniversaire !"

Jérôme, 
Licence LEA anglais-espagnol 1995

"Association Europa3, d'accueil des étudiants Erasmus après mon Erasmus à Swansea l'année de ma licence 1993-1994"

Alicia, 
maîtrise langue et civilisation espagnole 1996

"Les pâtes à l’eau du resto U, les sorties avec les potes espagnols de la Peña, les soirées à discuter en refaisant le monde et les manifs...que de merveilleux souvenirs"

Natacha, Master chinois - 1996
"les amis encore là aujourd’hui, l’énorme amphi 700 pour les examens, la présidence de l’association sur la culture, la langue et la littérature chinoises, l’apprentissage des langues chinoise, coréenne et japonaise en LLC , la défense du droit aux études supérieures, les profs qui nous faisaient penser au-delà du cadre, accessibles avec une approche pragmatique, les cours parfois sur la pelouse au printemps , les soirées festives, la grande BU, le Sirtaki, la queue interminable au RU, le volley ..."

Zakia, 
DESS communication 1997
"La cité U aux couleurs improbables, le DESS Audit de Communication mené par un M. Hugues Hotier fou de cirque, le week-end de séminaire inoubliable dans un camping niché dans les Landes, la rencontre avec des amis qui le sont encore aujourd’hui... bref une année mémorable ! » Bravo pour cette initiative, ne reste plus qu’à dénicher de « vieux » clichés"

Nathalie, 
DEA Histoire 1997
"
L amphi 700 bondé à chaque cours magistral d histoire... De grands et bons souvenirs... Les villages universitaires V5 de grands moments aussi... Des amitiés de longue date..."

Olivier, 
Licence LEA anglais espagnol 1998
"
Le English Club, Les assistants d’Anglais et la Pantomime à Noël. Des amis pour la vie, le départ avec Erasmus pour Bristol UWE et le début d’une aventure en Angleterre qui dure depuis 22 ans... "

Marie- Laure, Maîtrise LEA anglais-allemand 1998

"Le club des étudiants germanistes où des amitiés de plus de 25 ans se sont nouées entre LEA et LLCE ! Incroyable mais vrai !"

Cécile, 
1996-2001 en Histoire à Bordeaux III
"Des cours passionnants et des professeurs inoubliables: Claude Cailly et François Cadhilon en Moderne. Des souvenirs en pagaille au Sirtaki, à la BU, fumer dans les couloirs et marcher des kilomètres pour arriver au bâtiment de géographie ! Mes meilleures années sans aucun doute !"

Cécile, 
Fac de géographie 1996 - 2000
"des cours fabuleux des professeurs passionnés et passionnants ... et oui l’amphi 700 le sirtaki la BU. De beaux souvenirs !!!"

2000 - 2009

"À l'époque, l'Isic se trouve dans les bâtiments i et H. Petite promo de 40 car on entre en licence sur concours.
Et on se lance dans un barbecue de fin d'année devant la bibliothèque ! De supers années étudiantes avec la découverte de la liberté et l'impression d'habiter en vacances pour celui ou celle qui vient du nord de la Loire... une promo soudée avec des retrouvailles festives en 2015 et des amitiés qui perdurent (et j'ai aussi appris un métier !)
MERCI Bordeaux 3 !"

Pierrette
Maîtrise professionnelle information communication à l'ISIC entre 2000 et 2003
Et de retour à Bordeaux Montaigne depuis 2013 en tant que chargée de communication.

"Je vous joins deux photos de l'amphi 2. Une prise en 2005 quand j'étais étudiante en maîtrise LEA commerce international anglais-espagnol . Nous avions cours de marketing avec Monsieur Lemainque.  L'autre photo est du même amphi mais prise en 2017 : l'amphi n'avait pas du tout changé en 13 ans !"

Carine Thomasse-Negi
DEUG, licence et maîtrise LEA à Bordeaux 3 entre 2001 et 2005

À noter : l'amphithéâtre 2 sera réhabilité à partir de janvier 2020 !

"C'est avec émotion que je replonge dans mes souvenirs suite à votre appel pour fêter les 50 ans de Bordeaux 3, Michel de Montaigne.

Une ligne de tram, souvent bondée, nous séparait des étudiants de Bordeaux 4. Une vieille rivalité, jamais méchante, matérialisée par cette frontière...

Je me souviens des amphis bondés les premiers jours de l'année et qui au fil des jours devenaient de plus en plus clairsemés. Le plus grand d'entre eux, dont j'ai hélas oublié l'appellation, sur la scène duquel trônait un piano, squatté de temps à autre, entre deux cours, par un étudiant plus ou moins virtuose.

Je me souviens du Sirtaki, de ses incontournables et incomparables chocolats viennois. Et de ses "pizza sandwich" qui dépannaient bien aussi lors de repas pris sur le pouce.

Je me souviens du silence religieux dans la grande bibliothèque universitaire. Et du joyeux chahut contraire dans les bibliothèques plus intimistes, comme celle dédiée aux langues, au beau milieu du long couloir extérieur qui desservait les bâtiments.

Je me souviens de ces enseignants...Mme Crombie, en anglais, qui nous enseignait la langue de Shakespeare avec bienveillance, de même que Mme Gilles-Belova, avec laquelle nous savions tout de l'histoire politique de la Sainte Russie. M. Lerat, qui tant bien que mal a su nous expliquer les méandres de l'économie, du budget, du marketing, matières si précieuses dans ma vie d'aujourd'hui, de même que notre brillante professeur de droit dont je n'ai plus le nom en tête mais tellement passionnée par son domaine !
Mais le plus marquant de tous, pour toute notre promotion....reste M. Serguei MAMBETOV. Le verbe haut, l'oeil malicieux, les textes complexes, nous tentions tant bien que mal de passer du français au russe au moyen d'articles de journaux qui nous torturaient les méninges. L'Azerbaidjan et les Tchétchènes n'ont plus aucun secret pour nous depuis. Toujours son petit sourire en coin qui nous laissait comprendre que nous étions loin, très loin d'avoir réussi nos traductions. J'ignore si cet homme est encore de ce monde, sans aucun doute à la retraite sinon, mais il demeure ancré dans nos mémoires pour tout notre petit groupe d'étudiants de l'époque.

Je me souviens aussi de ces périodes difficiles où, menacés par le CPE, notre belle faculté avait été bloquée des semaines durant par des étudiants craintifs pour notre avenir. Nos examens avaient été passés en catastrophe et dans la douleur, des contrôles continus décidés en dernier recours. Cette impression d'avoir eu un diplôme un peu bradé, mais pas démérité pour autant.

Et puis enfin....cet improbable panda qui allait et venait, on ne sait trop pourquoi, dans les allées et bâtiments de Montaigne...dont j'ai pris quelques photos.


Bon anniversaire, Bordeaux 3 !"

Fiona JAYET
Licence de Langues Etrangères Appliquées Anglais-Russe, option communication des organisations, années 2005 à 2008.

Ma nostalgie.
"Mes études à Bordeaux III (de 2005 à 2010 environ) sonnent en moi comme un goûter d'anniversaire de mon enfance."
Michaël Marty

"Une photo que j'avais prise en 2006 et qui peut dépasser le stade anecdotique car le slogan peint sur le mur reprend les paroles du groupe de rap IAM dans son album "Ombre et Lumière" qui date de 1993 (il s'agit du morceau "contrat de conscience").
J'en avais tiré la conclusion que les "activistes" de 2006 étaient des adeptes du rap et qu'ils avaient la mémoire longue puisque 13 ans après ils avaient réactivé la phrase.

Pour mémoire, l'année 2006 était celle des manifestations contre le CPE (Contrat Première Embauche) et, cette fois-ci, le gouvernement Chirac avait fait machine arrière."

Christian Bouquet
Professeur émérite de Géographie politique
Université Bordeaux Montaigne
Laboratoire LAM "Les Afriques dans le Monde"


- une photo de l'amphi 3 avant travaux
- une photo de la "manif fantôme" organisée par les personnels de l'université lors de la lutte contre la LRU en 2007
- une photo de la pièce Les Baigneuses de Daniel Lemahieu, mise en scène Gilone Brun, maison des arts, 30 novembre 2006
- une photo de la rencontre avec Valère Novarina et des étudiants de licence théâtre, Maison des Arts, avril 2013
- une photo d'une rencontre avec Jérôme Deschamps, animée par Marie Duret-Pujol, 2 décembre 2009, amphi Renouard.

Marie Duret-Pujol, maîtresse de conférences en théâtre

"Souvenirs de 2009 : 2 « affiches » qui ont circulé pendant le mouvement de 2009 contre les textes Darcos/Pécresse (LRU, mastérisation). Je les aime bien ! L’un vient de Grenoble, l’autre n’est pas signé mais je pense qu’il est issu de Bordeaux…."
Bernard Lachaise, professeur émérite en Histoire

Vos souvenirs sur la page Linkedin de l'Université Bordeaux Montaigne :

Franciane, Master Ingénierie de la formation et de l’emploi 2000
"Je suis passée par la en 1991....Cursus LEA. Beaucoup de souvenirs. Wouaaah que d années se sont écoulées. Belle initiative. De belles amitiés sont nées sur le campus universitaire, singulièrement le V5. Souvenirs des soirées antillaises avec l’AJEGB."

Sophie, DEA économie et histoire des temps modernes 2003
"Excellente idée ! Que de souvenirs pendant ces 5 années à Bordeaux 3  l’Amphi 700 , le Sirtaki et autres lieux mémorables"

Julie, Maîtrise Philosophie 2004
"1e année du DEUG de philosophie : le 1er semestre en amphi puis le 2e dans une salle. On a du finir à 10 en fin de maîtrise. Des années difficiles mais intellectuellement bouillonnantes"

Jess, Master LEA 2004 + master communication et génération 2005
"Beaucoup de souvenirs à Bordeaux 3 avec l’amphi 700 pendant les premières années de LEA. Les joueurs de piano à midi. Et oui, j’y ai créé des amitiés profondes."

Mirana, Licence LEA anglais-Espagnol 2006-2009
"Les longues files au resto U, les amphis vides les matins d'hiver, les grèves incessantes, une belle époque !"

2010 - 2019

"J'ai suivi un cursus Licence + Master à Bordeaux Montaigne entre 2011 et 2016 :)
Je garde un très bon souvenir de la fac, surtout mes 3 années de LEA Anglais-Japonais (2011-2014).
J'ai retenu notamment, et bien mieux que mes cours (oups) :
- La compétition plus ou moins amicale entre les LEA et les LLCE
- M. Yamamoto qui me faisait peur en début de L2, mais qui s'est révélé super accessible, sympa et drôle
- M. Takaaki en L1 et L3, entre anecdotes amusantes et one-man show en cours
- Mme Suzuki, prof de grammaire que j'ai beaucoup apprécié pour ses cours instructifs
- Mme Gossot, qui nous paraissait sévère, mais nous a appris énormément de choses avec pédagogie et gentillesse
- M. Chapman, lecteur en Anglais
- M. Armitage, professeur d'Anglais oral
- Les révisions de dernière minute devant l'amphi 700 pour les examens
- Les visionnages de films en cours d'économie de 18 à 20h en L1, dans l'amphi 700 aussi
Petite pensée également pour M. Lapaire que j'ai connu en M1 MEEF Anglais, qui nous a fait (re)découvrir la grammaire et la linguistique anglaises sous un autre jour !
Merci au corps enseignant et administratif, aux étudiants bénévoles lors des rentrées, et à mes anciens camarades de classe, qui ont fait de ces 5 années de Fac les plus belles années de ma vie :)"

Raphaëlla Crouseilles
Licence et Master à Bordeaux Montaigne entre 2011 et 2016

8 janvier 2015, "Je suis Charlie"
un souvenir de Joël Richard, maître de conférences en anglais


"Le jeu des options ne nous permet pas toujours d'assister aux cours que nous souhaitons. C'était sans compter sur le trou dans la porte de la salle H21 !
Merci encore à M. Mosset pour toute la passion qu'il m'a transmise dans ses cours !"

Natty Dupas, M2 MEEF lettres en 2019 après un cursus licence à l'Université Bordeaux Montaigne

Une partie des étudiants du Master 1 Al Andalus de l'année 2018-2019 en train de prendre son repas au Sirtaki et fêtant l'anniversaire d'une amie.

Selda Ekici

Vos souvenirs sur la page Linkedin de l'Université Bordeaux Montaigne :

Clara, 
Licence LEA anglais arabe 2015

"Passer ses partiels avec le manteau d'hiver et froid aux mains parce qu'il y avait des coupures de chauffage."

Jennifer, 
Licence LEA anglais-chinois 2012
"Avez vous eu la chance de participer aux "Printemps des chaises" ? C'était quelque chose... la fac a été fermée pour près de 3 semaines pour ça...Et puis, la B.U, c'était cool la BU ahah !"

Elodie, 
Doctorante 2018

"Le sirtaki, la grande BU et la petite de lettres... où il y avait toujours trop de bruit ! Des années géniales..."


footer-script