Dissertation sur thème (cours + 3 entrainements) - Université Bordeaux Montaigne

Dissertation sur thème (cours + 3 entrainements)

Cours Magistral 24h

Travaux Dirigés 24h

Code ELP : EPMAT2

Composante : UFR Humanités

Formes d'enseignement : Non accessible à distance

Mobilité d'études : Oui

Description

Enseignant : Kim Sang ONG-VAN-CUNG

Le Principe :

La philosophie s’est définie longtemps comme la recherche des premières causes, ou des premiers principes.

   I. En quel sens le Principe est-il premier ?

1) Le Principe comme Cause et / ou puissance première

Nous aborderons le Principe d’abord d’un point de vue onto-logique et métaphysique, avec Platon, Aristote, Augustin ou Thomas d’Aquin, en envisageant la nécessité (logique et métaphysique) du Principe à partir de la notion de cause, en tant que celle-ci, envisagée comme cause du mouvement (cause finale ou puissance efficiente), préside à la hiérarchie des causes. La primauté du principe doit être envisagée à partir de la différence, mise en relief par Aristote, de ce qui est premier pour nous ou de ce qui est premier en soi.

2) Les principes de la philosophie

La réflexion cartésienne sur les premiers principes de la philosophie, et sur l’ordre des raisons, nous permettra de distinguer la règle, la maxime, et les principes – principes logiques de la pensée, tels que le principe d’identité et de non-contradiction, et les principes qui étant des « choses vraies et véritablement existantes » et nous font connaître d’autres choses.

3) Le principe de raison suffisante et ses critiques

Ces distinctions permettent d’envisager, avec Leibniz, le principe de raison suffisante, principe des principes, principe onto-logique, dont Heidegger dit qu’il est, par excellence, le principe de la métaphysique ou du rationalisme moderne (comme onto-théologie). Nous lirons certains passages de l’Analytique des Principes, dans la Critique de la raison pure, avec la critique de Leibniz proposée dans « De l’Amphibologie des concepts de la réflexion ». Dans la foulée cette critique de Leibniz, on dira quelques mots, avec Heidegger, sur le lien entre principe et fondement.

4) Principes ou origine. La question de la genèse des principes (Leibniz, Locke, Hume, Rousseau). En conclusion, je me propose de revenir sur l’expérience, conçue non seulement comme origine des connaissances, mais aussi comme le principe de leur exposition systématique. Sur la distinction entre un empirisme de la genèse et un empirisme de la constitution.

 

   II. La liberté des modernes ou le principe d’obligation

L’importance qu’il y a à nous interroger sur la signification des temps modernes nous permet d’aborder, dans un deuxième temps, la notion d’obligation à la fois comme principe et comme problème par excellence de la modernité politique, à partir de Rousseau, de la philosophie du droit naturel et de la sociologie. Qu’est-ce qui fonde l’obligation politique ?

Ce champ moral et politique du questionnement sur le principe nous permet d’envisager comme candidats : 1) le principe du droit, ou de la loi, versus les normes naturelles de la moralité (Hobbes, Rousseau, Kant versus le jusnaturalisme, Locke; 2) le principe de l’auto-transcendance de la société à elle-même (Durkheim, Hegel) ; et enfin 3) celui de la délibération sur les normes – de justice, d’égalité, etc. – qui doivent permettre aux hommes de se gouverner dans une société démocratique pluraliste, c’est-à-dire se situant au-delà de toute conception substantialiste du Bien (Rawls et Habermas).

Bibliographie

Bibliographie:

Il faudrait avoir lu les grands classiques de l’histoire de la philosophie sur le sujet, je cite de façon non exhaustive ce qui me paraît fondamental : Platon, La République ; Le Phèdre ; Aristote, Physique et Métaphysique ; Plotin, p. ex. Traités 7-11, 49 ; Descartes, Méditations métaphysiques, Principes de la philosophie, Hobbes, Leviathan ; Locke, Essai sur l’entendement humain, Leibniz, Discours de métaphysiques, Monadologie, Principes de la nature et de la grâce, Opuscules choisis (Vrin), Nouveaux Essais sur l’entendement humain ; Rousseau, Discours sur l’origine de l’inégalité parmi les hommes, Le Contrat social, Emile ou de l’éducation, Lettres morales, Lettre sur la vertu ; Hume, Principes de la nature humaine, Enquête sur l’entendement humain ; Kant, Critique de la raison pure, Critique de la raison pure, pratique, Fondements de la métaphysique des mœurs, etc. ; Heidegger, Le Principe de raison ; Jonas, Le Principe de responsabilité ; Hegel, Les Principes de la philosophie du droit ; Durkheim, De la division du travail social, Règles de la méthode sociologique ; J. Habermas, Droit et démocratie ; L’Intégration républicaine, J. Habermas et J. Rawls, Débat sur la justice politique.

Sur la question métaphysique du Principe, le collectif sur Le Principe, (dir.) B. Mabille, Vrin.

< Liste des matières

footer-script