Phénoménologie, interactionnisme symbolique et sciences de l'espace - Université Bordeaux Montaigne

Atelier de lecture

Phénoménologie, interactionnisme symbolique et sciences de l'espace

 

Intervenant : André-Frédéric Hoyaux

Horaires : 8h30-12h30      Lieu : MLR033

  • mardi 8 janvier 2019
  • mardi 22 janvier 2019

L’idée de ce séminaire est de présenter aux doctorants l’utilisation que l’on peut opérer de la phénoménologie (notamment autour des travaux de Heidegger et Merleau-Ponty), et de l’interactionnisme symbolique (autour de Goffman, Joseph, ou Le Breton) dans les sciences de l’espace et plus globalement dans les sciences humaines et sociales. Il traitera des relations que les habitants tissent avec l’environnement naturel et social au sein duquel ils se trouvent et/ou constituent autour d’eux (mise à proximité d’éléments non co-présents à travers la pensée, l’imagination), et en quoi ces relations constituent et ou sont constitués à partir des manières d’être, de faire et de penser le monde de chacun d’entre-nous.
Cette approche permettra de réfléchir à une déconnexion épistémologique entre l’objectivation des contextes traversés et leurs mises en situation par tout un chacun. Ces mises en situation révèlent nos manières de nous mettre en place et de mettre en place les autres. La place étant un jeu complexe à la fois pratique et symbolique entre une occupation d’un espace et la position sociale que l’on tient à partir de cet emplacement, mais aussi que les autres nous font tenir en nous assignant à n’être que quelque part et pas ailleurs.
L’analyse se portera sur les liens pratiques, corporels, discursifs à travers la présentation de plusieurs techniques de recueil de la donnée : entretiens (semi-directif, ouvert, multiple), observations (directe, participante, participation observante), utilisation de la carte mentale, de la photo, et des images animées. Elle réfléchira également sur les manières d’interpréter ces données à l’aune du pouvoir interprétatif redonné à l’habitant lui-même, mais aussi aux limites que cela engage.
A partir de ces postures théoriques et méthodologiques, nous traiterons également des concepts opératoires qui en découlent (interactionnisme symbolique, constitutivisme, identité, projet, visible/invisible, coprésence et cospatialité, corpospatialité) ou s’en trouvent potentiellement modifiés dans leurs significations habituelles (habiter, lieu, situation, place)
Ce séminaire peut intéresser en priorité les étudiants de géographie et d’aménagement mais aussi ceux de philosophie et d’info com, voire bien sûr toute personne désireuse d’un minimum d’ouverture sur une réflexion sur ce que l’être est au monde (anthropologie, sociologie).

footer-script