Les arts textiles à l'horizon d'un "Tout-monde" - Université Bordeaux Montaigne

Les arts textiles à l'horizon d'un "Tout-monde"

organisé par Pierre-Antoine Irasque

« J'appelle Tout-monde notre univers tel qu'il change et perdure en échangeant et, en même
temps, la "vision" que nous en avons. La totalité-monde dans sa diversité physique et dans les
représentations qu'elle nous inspire : que nous ne saurions plus chanter, dire ni travailler à
souffrance à partir de notre seul lieu, sans plonger à l'imaginaire de cette totalité. Les poètes
l'ont de tout temps pressenti. Mais ils furent maudits, ceux d'Occident, de n'avoir pas en leur
temps consenti à l'exclusive du lieu, quand c'était la seule forme requise. Maudits aussi, parce
qu'ils sentaient bien que leur rêve du monde en préfigurait ou accompagnait la Conquête. La
conjonction des histoires des peuples propose aux poètes d'aujourd'hui une façon nouvelle. La
mondialité, si elle se vérifie dans les oppressions et les exploitations des faibles par les
puissants, se devine aussi et se vit par les poétiques, loin de toute généralisation. »
Edouard Glissant, « Traité du Tout-monde », 1997

CAPC - Musée d'art contemporain de Bordeaux / Auditorium
Vendredi 15 novembre, 15h - 17h


- Bernard Lafargue (Professeur d’esthétique, Université Bordeaux Montaigne)
- Sonia Recasens
- Raphaël Barontini (Artiste)

Beaucoup d’oeuvres mettent en scène et en abyme notre culture, souvent décrite par des poètes
autant que par des anthropologues comme celle « du vide dans son désir de plein même »… comme
pour faire surgir de nouvelles formes de spiritualité qui relient non seulement les humains entre eux
mais aussi avec tous les êtres vivants, voire la planète ou l’univers.
Cette conférence permettra d’appréhender une pensée et une esthétique qui s’intéressent à une
« pratique artistique où les expériences personnelles et collectives s’entremêlent » comme l’analyse
Julie Crenn. Ces oeuvres culturelles tissent notamment une critique de l’histoire esclavagiste et
négrière, au sein de cette « hybridation culturelle » où la créolisation semble être un prisme et une
dynamique prégnante afin d’imaginer les créations contemporaines d’aujourd’hui et de demain.
Cette rencontre autour des arts textiles contemporains abordera plus généralement une réflexion sur
la mondialité dans laquelle les artistes restent des témoins et activistes présent.e.s au monde.

footer-script