Les canidés, meilleurs amis de l’Homme ? - Université Bordeaux Montaigne

Recherche - Diffusion des savoirs

Les canidés, meilleurs amis de l’Homme ?

Colloque « Relations Hommes/Canidés de la Préhistoire aux périodes modernes »

Financé par la région Nouvelle-Aquitaine, le colloque « Relations Hommes/Canidés de la Préhistoire aux périodes modernes » est venu clôturer le projet de recherche TeHoTeCa mené dans le cadre du Laboratoire d’Excellence des Sciences Archéologiques de Bordeaux.

Quelles étaient les relations, sur le temps long, des sociétés humaines avec le monde sauvage ? Et plus particulièrement avec les canidés ?

Porté par Myriam Boudadi-Maligne et Jean-Baptiste Mallye (UMR 5199 PACEA – CNRS/Université de Bordeaux), ce projet pluridisciplinaire a réuni la communauté scientifique internationale du 1er au 3 octobre 2018 dans la bien nommée Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

24 communications dont 7 en anglais ; 5 posters ; 57 participants

La famille des canidés (loup, chien, renard, dhole etc.) offre un vaste champ de recherche en archéologie


Empreinte de loup. Cliché S. Syllac - © association FERUS
Compétiteurs, commensaux, animaux de compagnie, animaux de bouche ou compagnons de la dernière heure, ils sont omniprésents dans les gisements fossiles. Les derniers travaux menés notamment en archéozoologie et paléogénétique proposent un nouveau regard sur les relations qui ont pu exister entre ces carnivores et les sociétés humaines.

Outre les nombreux partenariats tissés sous l’égide du projet, les UMR PACEA (Université de Bordeaux / CNRS) et Ausonius (Université Bordeaux Montaigne/CNRS) ont entrepris une fructueuse collaboration. Les chantiers de fouilles ausoniens de l’Isle-Saint-Georges et du Castéra à Langoiran sont les parfaits témoins de cette entente complémentaire.

Le premier chantier, dirigé par Anne Colin, maître de conférences en protohistoire européenne,


Ossements de canidés. © TeHoTeCa
a ainsi pu faire l’objet d’études sur les restes fauniques grâce à la formation de Carole Ballon, étudiante d’Ausonius, par J-B Mallye et M. Boudadi-Maligne, archéozoologues de PACEA et S. Krausz, protohistorienne à Ausonius. La présence du chien au sein de cet habitat est attestée durant toutes les périodes d’occupation du site (du VIIIe siècle avant J.-C. au Ier siècle après). Au vu des restes osseux, il apparaît notamment pour le début de l’Antiquité que le chien était utilisé à la fois comme nettoyeur, ressource carnée et pour le prélèvement des peaux. Les analyses paléogénomiques sur ces mêmes restes ont par ailleurs permis de mettre en évidence une diversité génétique déjà documentée pour le Paléolithique et l’Âge du Bronze mais aujourd’hui perdue.

Le second chantier archéologique, dirigé par Sylvie Faravel, maître de conférences en histoire et archéologie médiévales,

amène l’étude du chien sur le site primitif du castrum de Langoiran, durant les XIIe et XIIIe  siècles. Si les restes de canidés sont quasiment absents des 4700 ossements analysés par Sylvain Renou, chercheur associé – PACEA, on retrouve la trace de la présence du chien dans le château à travers les nombreux os mâchonnés et digérés. Actuellement les analyses génétiques sur les coprolithes (excréments fossiles) découverts et sur les traces de manducation ne permettent pas de les attribuer avec certitude au chien ou au porc. Néanmoins, il est évident que l’un comme l’autre a joué un rôle de nettoyeur dans la gestion des déchets produits par les occupants du site. Les chiens ont par ailleurs certainement joué le rôle de compagnon de chasse auprès des occupants du castrum à en juger par le gibier retrouvé parmi la faune consommée sur le site. La proximité du chien et de l’homme dans la vie aristocratique médiévale est enfin rappelée par la découverte sur le site d’un pion de jeu de trictrac ou de mérelle à décor animalier.

Les actes du colloque seront prochainement publiés chez Ausonius éditions


Jean-Baptiste Mallye durant la présentation des posters. Cliché S. Syllac

Contact : Sonia Syllac  Chargée de valorisation, communication et médiation scientifique Institut Ausonius (UMR 5607 - CNRS/Université Bordeaux Montaigne)

 

 

 

footer-script