Du lait à la pierre par Marion Seignan, designer - Université Bordeaux Montaigne

Recherche - Conférence

Du lait à la pierre par Marion Seignan, designer

De la galalithe au développement de nouveaux biomatériaux

La conférence de Marion Seignan portera sur l'utilisation et le recyclage des rebuts de lait pour en faire du plastique. La designer présentera le processus de recherche qu'elle a conduit depuis l'École Nationale Supérieure de Création Industrielle à Paris (ENSCI ) avec un laboratoire scientifique toulousain.

Salle d’exposition Alban Denuit de la Maison des Arts
Vendredi 23 novembre  -
12h30 à 13h30

Au sujet de son projet

Marion Seignan explique

« En France, près de 500 millions de litres de lait sont gâchés en amont de la chaîne de production chaque année. En Europe, ce chiffre peut atteindre les 11 milliards de litres, jetés pour des raisons sanitaires, de piètre qualité du lait ou de contaminations diverses.

Les éleveurs ne savent que faire cette matière première, polluante à haut volume pour l’environnement, et inapte à être jetée à l’égout. Le projet propose de réfléchir à la revalorisation de ce déchet agroalimentaire, et d’explorer son potentiel technique, esthétique et symbolique.

En partant à la rencontre d’éleveurs français et en travaillant en collaboration avec des chercheurs et chimistes, ces déchets de lait se transforment en matériaux naturels, entièrement biodégradables. La protéine du lait, un polymère appelé caséine, permet une pluralité de matières, exclusivement produites à partir de lait et de colorants naturels.

En développant deux procédés de mise en forme, le lait offre une pluralité de matières, des plus souples aux plus dures, poreuses ou denses, translucides ou opaques… Ces matériaux peuvent s’imaginer dans de multiples contextes et applications. Ils s’incarnent, le temps d’un projet, dans deux séries d’objets.

La première questionne le rapport au temps des objets qui nous entourent, et l’accompagnement de la temporalité particulière du deuil. Je dessine des urnes funéraires en deux parties, entièrement biodégradables et uniquement composées de caséine.

La deuxième catégorie d’objets trouve une application à des échantillons poreux et capillaires, dans une série de diffuseurs de parfums

Contact : Pierre Bourdareau, enseignant en Design au département des Arts

footer-script