Interviews et articles - Université Bordeaux Montaigne

Judith Butler à Bordeaux 3

Entretien avec Fabienne Brugère

Fabienne Brugère est professeure de philosophie à Bordeaux 3. Elle est à l'initiative de la venue mercredi 5 octobre 2011 de Judith Butler à l'université, l'une des philosophes américaines les plus connues aujourd'hui. 


Qu'est-ce qui motive la venue de Judith Butler à Bordeaux 3 ?

ortrait J. ButlerLa philosophie et les philosophes qui sont à Bordeaux 3.

Guillaume le Blanc et moi-même l’avions déjà invitée il y a quelques années. Elle en a gardé un très bon souvenir, et suite à sa venue qui avait donné lieu à une journée de recherche, nous avons publié l’un des premiers collectifs en langue française sur son œuvre : Judith Butler. Trouble dans le sujet, trouble dans les normes aux Presses Universitaires de France. C’est donc la suite d’un dialogue engagé avec elle qui prend une forme différente, avec la reconnaissance de son parcours par l’université elle-même.

C’est pour nous un grand honneur qu’une philosophe reçoive les insignes de Docteur Honoris Causa de l'université Michel de Montaigne, à Bordeaux ville marquée par une histoire philosophique !

Un colloque est consacré à son œuvre, pourquoi ?

Parce que nous sommes plusieurs à travailler avec ses textes, Guillaume le Blanc et moi-même mais aussi Kim Sang Ong Van Cung qui vient d’être élue professeure, d’autres collègues encore dont les américanistes, des doctorants, des chercheurs impliqués dans les études sur le genre.

Surtout, ce sera sûrement la grande philosophe du XXIe siècle tant les problèmes qu’elle aborde sont à la fois ancrés dans la grande tradition philosophique européenne et totalement liés aux enjeux les plus contemporains. Judith Butler a su, à partir d’une philosophie féministe qui a déconstruit les assignations au genre, écrire une philosophie du pouvoir et des foyers de contestation propres à notre modernité.

Propos recueillis par le service communication
19 septembre 2011