Politique scientifique - Université Bordeaux Montaigne

Politique scientifique

4

La recherche à l’université est mise en œuvre dans le cadre de seize équipes dont cinq sont associées au CNRS sous le statut d’UMR.

Une recherche transversale au croisement des lettres, langues, arts et sciences humaines et sociales

Ainsi que le développent les présentations de chaque équipe, les thématiques sont nombreuses ; elles couvrent plusieurs larges champs. Dans cette diversité, bien qu’il soit illusoire de rechercher l’exhaustivité, nous pouvons décrire le panorama à grands traits. Les humanités, au sens le plus classique, s’intéressent à la géographie et à la philosophie, mais aussi à l’histoire, lointaine ou très proche, à l’archéologie et à l’archéométrie, à l’analyse littéraire et à la littérature comparée, ou encore à l’environnement. Plus de vingt langues sont enseignées et font l’objet d’études conduites sous l’angle de la linguistique, de la didactique, de la littérature ou bien des civilisations qui les pratiquent. Plusieurs domaines artistiques sont explorés en termes d’histoire de l’art ou d’analyse esthétique, souvent au regard de lectures techniques. Le vaste domaine de l’information-communication est étudié via les médias qui transmettent des discours et des images par les moyens matériels traditionnels ou par ceux qui s’ouvrent après digitalisation de la donnée.

L'organisation en appui à la recherche

La Direction de la Recherche est composée d’une quinzaine de personnels techniques et administratifs ; ses missions de mise en œuvre de la politique de la recherche sont principalement la gestion de l’Ecole Doctorale, l’ingénierie de montage de projets et le suivi financier des contrats ainsi que celui des équipes dépourvues de personnels de gestion.
La politique scientifique est construite par le Vice-Président de la commission recherche et son équipe : Politique Scientifique d’Etablissement (PSE), grands programmes internationaux, diffusion de la recherche, études doctorales, etc.

Les financements

Les apports des multiples sources externes du financement de la recherche (ANR, contrats de la Région Aquitaine, Idex, Labex, etc.) sont soutenus par une enveloppe financière interne. Une partie de cette enveloppe est répartie entre les équipes – principalement en fonction de leur taille – alors qu’une autre partie alimente une politique d’aides à la réalisation de projets. Ceux-ci peuvent s’inscrire dans les axes de l’établissement ou relever des programmes dits ‘blancs’. Dans cette dernière catégorie se retrouvent plusieurs types d’opérations : des actions ponctuelles, la préparation de programmes plus ambitieux ou bien de colloques – qui, soulignons-le, restent un ‘outil’ fondamental de la recherche en Sciences Humaines – ou encore la publication d’ouvrages collectifs. La décision de soutenir un projet et le montant de la subvention sont, après examen de la Commission de la Recherche, votés par le Conseil Scientifique.

 

Plus de 600 doctorants inscrits

Parmi les acteurs de la recherche, les doctorants, avec l’appui de leur directeur de recherche, représentent le précieux ‘sang neuf’. En accord avec l’Ecole Doctorale, notre établissement a le souci constant de fournir aux jeunes élèves-chercheurs, qui assureront la relève ou partiront vers d’autres tâches, de bonnes conditions de travail. Dans le cadre des équipes, avec l’aide des directeurs de ces structures, la politique de l’établissement a aussi pour but que le travail des doctorants aboutisse, dans un délai situé autour de quatre ans, à la soutenance d’une thèse et à l’obtention d’un doctorat de haute qualité.