Esthétique - Université Bordeaux Montaigne

Esthétique

Crédits ECTS : 6

Volume horaire CM : 12

Volume horaire TD : 12

Code ELP : MEA1U4

Composante : UFR Humanités

Période de l'année : Semestre 1

Description

M. Philippon

Composition et décomposition.

Longtemps, l’œuvre d’art a été considérée, par rapport au monde ordinaire, comme un surcroît d’ordre. D’où une esthétique (qu’on peut dire « classique ») fondée sur l’unité, la transition, la composition, l’harmonie, la densité - nonobstant des exceptions (Bosch)

La « modernité » au contraire se signale (du point de vue de la forme) par la remise en cause du principe d’unité, par le mépris des transitions, par une pratique de la décomposition (Sterne), du morcellement (Dubuffet), du collage, de la dissonance, de l’entropie (Céline), de l’absence - ce qui peut réactualiser le thème traditionnel de la disparition (ubi sunt).

Dans un même mouvement, elle accueille des contenus jusque là réputés abjects ou obscènes (la charogne baudelairienne, les odeurs zoliennes).

On tentera d’analyser ce renversement de forme et de contenu à travers quelques exemples caractéristiques (je traiterai surtout de Céline), avec exposés d’étudiants sur des auteurs et thèmes pertinents  et sérieusement connus.

 

 

Bibliographie

Lectures préparatoires :

Aristote : Poétique

Horace : Art poétique

Ronsard : « Je n'ai plus que les os… »

Diderot : Satire première

Baudelaire : Une charogne

Apollinaire : Zone

Céline : passim (survoler Féerie II)

 

< Liste des matières

footer-script