Mutation of the British Adventure novel at Victorian period - Université Bordeaux Montaigne

Mutation of the British Adventure novel at Victorian period

Crédits ECTS : 6

Volume horaire CM : 12

Volume horaire TD : 12

Effectif maximal : 25

Code ELP : MIA1Y16

Composante : UFR Langues et Civilisations

Période de l'année : Automne

Formes d'enseignement : Non accessible à distance

Description

Il s’agira dans ce séminaire d’essayer de circonscrire et de qualifier un espace littéraire à la fois un peu flou et un peu furtif, niché entre les deux systèmes de signification littéraires majeurs et constitués que sont le Réalisme et le Modernisme anglais. Il s’agira de démontrer à la fois la cohérence et l’intérêt formel de cette période intermédiaire.
On montrera que des auteurs contemporains aussi apparemment hétérogènes que Dickens, Conrad, Stevenson ou Doyle partagent, au tournant du siècle, le même désir d’innovation littéraire ; ils entreprennent tous, chacun à sa manière, de redéfinir le rapport entre le réel et la représentation. Dans cette période de latence littéraire où le réalisme classique semble avoir perdu de sa pertinence, et où le modernisme ne s’est pas encore érigé en système, ces auteurs ont précisément en commun cette position historique transitoire, ce désir de s’installer sciemment dans l’imminence, et d’y puiser les structures d’un texte nouveau, encore à inventer.
Tous exploitent le caractère aventureux et indéfini de cette période littéraire que l’on peut, en suivant Barthes, qualifier de « Neutre », au sens où elle cède à la tentation de déjouer les paradigmes. Tous investissent cet espace aventureux de l’avènement pour y puiser l’inspiration d’une littérature nouvelle. On s’attachera donc à montrer que loin d’être un prolongement ou une annonce, une fin de partie réaliste ou un avant-dire moderniste, cette fin de siècle redéfinit le texte littéraire autour d’un contexte commun, d’une problématique commune, et de stratégies littéraires similaires. Tous ces auteurs, au-delà de leurs différences, exploitent l’indécision historique contextuelle, et proposent, autour de la redéfinition du roman d’aventure, une littérature soucieuse que la stabilisation textuelle soit toujours provisoire, que le sens ne prenne pas.

Informations complémentaires

OEuvres au programme ;
Arthur Conan Doyle, The Complete Sherlock Holmes Stories, London, Penguin, 1981. Deux nouvelles spécifiques sont au programme: “The Final Problem” et “The Empty House”.
Robert Louis Stevenson, Kidnapped, London, Penguin, 1994 (1886).
Joseph Conrad, Lord Jim, New-York, Norton, 1996 (1901).

Bibliographie

Bibliographie critique (sélection) :
Des références à des articles précis seront données en cours de séminaire.

JAËCK Nathalie, Les Aventures de Sherlock Holmes : une affaire d’identité, Bordeaux, PUB, 2008.
JANKELEVITCH Vladimir, « L’aventure, l’ennui, le sérieux », in Philosophie morale, Paris, Flammarion, 1998 (1963).
NAUGRETTE Jean-Pierre, « Stevenson avec Barthes : Treasure Island, entre plaisir et jouissance », dans Hervé Fourtina, Nathalie Jaëck, Joël Richard (eds.), Le Plaisir, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2007.
RIVIERE Jacques, Le Roman d’aventure, Paris, Editions des Syrtes, 2000 (1913).
SANDISON Alan, Robert Louis Stevenson and the Appearance of Modernism: A Future Feeling, London, Macmillan, 1995.
SCHWOB Marcel, Spicilège, Paris, Mercure de France, 1960 (1896).
TADIÉ Jean-Yves, Le Roman d’aventures, Paris, PUF, 1982.

< Liste des matières

footer-script