Archéologie du fait technique - Université Bordeaux Montaigne

Archéologie du fait technique

Crédits ECTS : 5

Volume horaire CM : 8

Volume horaire TD : 16

Code ELP : MBW1Y3

Composante : UFR Humanités

Période de l'année : Automne

Description

Cette année, la thématique retenue sera celle de la valeur attribuable ou attribuée à un objet. Cette notion est très présente dans l’analyse archéologique, qui utilise couramment des notions telles que « biens de prestige » ou « objets de luxe ». L’idée de cet enseignement est d’interroger ces notions, et de poser la question de la place de l’artisan dans la construction de la valeur. Cette démarche s’appuiera sur des exemples concrets, issus de contextes diversifiés datés entre l’âge du Bronze et le Moyen Âge, sur une aire englobant principalement le Bassin Méditerranéen et l’Europe Occidentale.

Il s’agit de discuter des différents facteurs ayant un impact sur la construction de celle-ci, et sur ses modes d’expression. Le premier élément pertinent est bien évidemment le matériau utilisé. Mais au-delà, le processus technique mis en œuvre, outre le fait qu’il permet de transformer de la matière première en objets utilisables, contribue aussi à doter ceux-ci d’une certaine valeur (ce que dans la tradition marxiste on désigne sous le terme « valeur travail ». Par ailleurs, la personnalité même du ou des individus impliqués dans le processus technique  peut avoir un impact sur la valorisation d’un objet.

Les étapes liées à la circulation de l’objet, à ses usages, ne seront pas au cœur d’un enseignement focalisé sur les processus productifs. Ils seront évoqués, toutefois, pour discuter de la place relative que le processus productif et la « trajectoire » d’un objet donné peuvent prendre dans la définition de sa valeur. Par ailleurs, on s’attachera à discuter de la place spécifique, dans ce processus, des interventions techniques survenues au cours de la « vie » de l’objet (réparations, entretien) et  de l’impact que celles-ci ont sur sa valeur.

Enfin, on discutera de l’importance du contexte socio-économique dans la valorisation du processus technique, en mettant l’accent sur le caractère atypique de notre propre société post-industrielle, qui dévalorise parfois à l’extrême les formes de savoir et de savoir-faire liés spécifiquement au domaine technique.

Cet enseignement prend la forme d’un séminaire de recherche, qui vise à impliquer aussi directement que possible les étudiants au travers de la discussion d’études de cas : des contextes archéologiques particuliers, retenus pour leur intérêt dans le cadre des problématiques qui nous intéressent.

Objectifs

Développer un approche critique et constructive du fait technique approché par le prisme de l’archéologie.

Compétences visées

- Accroissement des compétences de l’étudiant concernant l’analyse technique des artefacts ;

- Amélioration de la prise en compte des données contextuelles dans la construction d’une interprétation archéologique ;

- Capacité à construire des recherches ponctuelles et limitées dans le temps, mais pertinentes et correctement insérées dans un cadre problématique d’ensemble ;

- Meilleure prise en compte des possibilités interprétatives qu’offre le registre matériel.

Informations complémentaires

Langue d'enseignement : Français.

Bibliographie

Outre les manuels usuels et génériques déjà recommandés en licence, la bibliographie concernant cet enseignement concernera plus particulièrement les études de cas développées. Cette bibliographie sera communiquée au fil du cours.

< Liste des matières

footer-script