Master Innovation territoriale et expérimentation : Gestion territoriale du développement durable - Université Bordeaux Montaigne

Master Innovation territoriale et expérimentation : Gestion territoriale du développement durable

Présentation

Description

- Moissonner des bases de données, des corpus bibliographiques, cartographiques et photographiques,
- Connaître les systèmes d'acteurs ;
- Etre capable de déconstruire les différentes formes de discours d'acteurs ;
- Restituer la complexité du discours et produire des analyses critiques
- Savoir constituer un corpus
- Etre capable de produire et restituer une interprétation de ce corpus,
- Etre capable de déconstruire les différentes formes de mise en visibilité du discours, des récits des acteurs,
- Restituer la complexité du discours par différents médiums et produire des analyses critiques,
- Restituer une étude dans une langue étrangère,
- Savoir réaliser un diagnostic de territoire ;
- Situer un problème dans son contexte institutionnel ;
- Mettre en place, animer et exploiter des dispositifs participatifs ;
- Etre force de proposition pour la programmation politique ;
- Rédiger une synthèse à destination d'élus.
-Exploiter en SIG les données spatiales pour produire cartes, tableaux d'indicateurs, statistiques.
- Réaliser une étude prospective ;
- Produire de l'infographie ;
- Créer et alimenter une plateforme Internet mettant en visibilité les travaux du Master ou d'autres organisations ;

Objectifs

Le master Gestion territoriale du développement durable vise à former des experts du développement durable en privilégiant leur capacité d’adaptation en contexte de transition : transition démocratique, transition territoriale, transition écologique.

Il s’agit d’être capable d’évaluer ce que le développement durable peut induire comme changement dans les pratiques des organisations, de l’Agenda 21 d’une collectivité à la politique RSE d’une grande entreprise. Il cherche à répondre aux demandes des organisations partenaires de profils hybrides opérationnel-recherche bien plus que de profils exclusivement techniques.

Le terrain de l’expérimentation et de l’innovation est largement privilégié par un stage conçu comme une séquence de 6 mois, intégré à une collaboration beaucoup plus longue du parcours avec des organisations comme le Conseil Régional d’Aquitaine par exemple, qui recrute chaque année des stagiaires sur un programme expérimental pluriannuel traitant de l’évaluation des politiques publiques et de la question participative. Le stage (4 mois en M1, 6 mois en M2) est construit comme une contribution universitaire à un problème posé par une organisation, l’étudiant assurant l’articulation entre les deux mondes.

  • Équipes de recherche associées : Passages, Unité Mixte de Recherche Université/CNRS http://www.ades.cnrs.fr/
  • Axes de recherche concernés (focale du projet de laboratoire) : La notion de transition est portée dans son acception la plus courante pour répondre aux enjeux environnementaux et sociaux actuels en évitant une simple adaptation à un contexte en transformation. On considère une transition écologique, énergétique, urbaine, démocratique, etc. La notion prend acte du fait que les logiques qui fondent le présent doivent être profondément transformées pour aller vers un futur autre dont la définition fait débat. Dans les diagnostics du présent, les états futurs imaginés et les moyens de les atteindre, la notion de transition implique forcément des projets politiques différentiés selon les acteurs concernés.

Outre les intervenants extérieurs qui participent aux enseignements (France Volontaires représenté par son directeur adjoint, le GRET), la formation bénéficie de l’appui d’un réseau de professionnels, particulièrement développé en région Aquitaine, mais qui s’étend à d’autres régions de France et à l’étranger. Ces professionnels interviennent dans le suivi des projets tutorés, dans l’accueil des stagiaires et dans le recrutement des diplômés : collectivités territoriales, organismes publics, chambres consulaires, bureaux d’études, entreprises industrielles, ONG et associations.

C’est en concertation avec ces partenaires que se font les choix pédagogiques et l’évolution de la formation, afin qu’elle intègre les dynamiques du marché du travail et soit réactive et innovante au regard des besoins émergents.

Le master est un partenaire régulier du Conseil Régional d’Aquitaine, il est lié par convention au Conseil départemental de la Gironde (mission Agenda 21), au CDA 21 de la Gironde, au réseau Together, à la société Des Villes et Des Hommes, spécialisée dans les nouvelles mobilités et dont les marchés sont répartis à travers le monde et de l’association Cap Sciences.

Organisation de la formation

Admission / Recrutement

Insertion professionnelle

Poursuite d'études

Master 1 Gestion territoriale du développement durable

Master 2 Gestion territoriale du développement durable

Comment s'inscrire ?

footer-script