Langue et littérature française et francophone - Université Bordeaux Montaigne

Langue et littérature française et francophone

Volume horaire CM : 12

Volume horaire TD : 12

Code ELP : MAL1Y6

Composante : UFR Humanités

Période de l'année : Automne

Formes d'enseignement : Non accessible à distance

Mobilité d'études : oui

Description

 

FÉMINITÉS ANTIQUES, VIRILITÉS MODERNES, TRANSGENRES CONTEMPORAINS

JALONS POUR UNE HISTOIRE INTERCULTURELLE DU GENRE

 

Enseignante : Marie De Gandt (8h)

On travaillera sur les figures de la femme grecque antique, telles que la présentent les mythes – dans l’œuvre d’Hésiode –, les textes philosophiques – particulièrement ceux de Platon et d’Aristote –, et les traités médicaux du corpus hippocratique. Les figures de la femme au foyer, de la femme enceinte et de la femme malade nous permettront d’analyser la définition du féminin que propose la pensée grecque, et dont elle a transmis les principaux traits aux siècles à venir, tant pour la détermination du corps féminin dans sa dimension pathologique que pour son exclusion de l’espace politique. On cherchera alors à retracer la voie que ce refoulement du féminin ouvre pour une autre conception du Logos, d’une raison qui ne serait plus considérée selon le primat du masculin comme l’avait définie la pensée grecque.

Enseignante : Mounira Chatti (8h)

Dans toute société, la différence des sexes structure la pensée puisqu’elle en commande les concepts primordiaux. De l’observation de la différence anatomique et physiologique des sexes « découlent des notions abstraites dont le prototype est l’opposition identique/différent » (F. Héritier). Le nomos du monde arabo-musulman serait structuré par la prévalence du mâle. Quel que soit le signifiant de la virilité – honneur, dignité, vertu, autorité, héroïsme –, cette notion recouvre toujours « de l’hybris, de l’hyperbole, de l’excédence » (Nadia Tazi). L’idéologie de la virilité interdit à la femme et à l’homme d’advenir en tant que sujet libre, d’où l’urgence de la déconstruction de l’assise virile et plus largement d’un travail sur le genre.

Enseignant : Apostolos Lampropoulos (8h)

Si les études de genre et la pensée féministe ont radicalement changé notre façon de voir la différence, ceci est aussi le cas des études portant sur la sexualité, des études lgbt+ (gaies, lesbiennes, bisexuelles, transsexuelles et plus), ainsi que de la théorie queer. Depuis à peu près deux décennies, par exemple, cette dernière remet en question l’idée même du genre, la normativité de l’opposition entre le masculin et le féminin, ainsi que les enjeux politiques de tout discours portant sur l’identité sexuelle. En outre, les pratiques queer deviennent de plus en plus visibles dans plusieurs milieux artistiques et sociaux. Cette partie du cours vise à introduire cette problématique en s’appuyant sur Manifeste contra-sexuel et Testo Junkie, deux textes bien connus du théoricien, activiste et chroniqueur Paul B. Preciado, qui se définit à la fois comme sujet queer et comme sujet trans f(emale) to m(ale).

< Liste des matières

footer-script