Option LAM : Littératures francophones 1 - Université Bordeaux Montaigne

Option LAM : Littératures francophones 1

Volume horaire CM : 12

Volume horaire TD : 12

Code ELP : MDR2Y46

Composante : UFR Humanités

Période de l'année : Semestre 2

Mobilité d'études : oui

Description

Il s’agira, à partir de l’oeuvre de Vladimir Nabokov, moitié russe, moitié américaine, d’interroger la réception d’un écrivain déplacé par la violence de l’histoire et résolument en marge des communautés interprétatives nationales.
Toutes sortes de phénomènes seront abordés: le rapport à la langue de création, les usages politiques de l’écrivain, les interprétations concurrentes voire contradictoires de son oeuvre, les enjeux de la traduction – Nabokov ayant été au coeur d’une querelle de légitimité déclenchée par sa version anglaise d’un grand classique russe, en pleine Guerre froide.
Un procédé d’écriture singulier sera privilégié pour permettre à la réflexion de rayonner à partir d’un point de départ concret (suivant en cela la méthode esquissée par Eric Auerbach dans « Philologie de la littérature mondiale ») : celui de la défamiliarisation (ostranenie), présenté comme procédé majeur de l’art par les formalistes russes. On essaiera de comprendre ce que devient ce procédé à une échelle internationale (à laquelle la sensation de familiarité paraît difficile à éprouver).

Bibliographie

Corpus Primaire
NABOKOV, Vladimir, Ada ou l’ardeur [Ada or ardor, 1969] trad. Gilles Chahine (1974), Paris, Gallimard, collection Folio, 1994.
[roman écrit en langue anglaise, situé en Amérussia, présenté par les uns comme la réécriture d’une oeuvre russe, comme emblématique du no man’s land de l’écrivain désengagé par les autres]

Appareil critique
ANDERSON, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme [Imagined Communities. Reflections on the Origin and Spreads of Nationalism, 1991], trad. P.-E. Dauzat, Paris, La Découverte/ Poche, 2006.
AUERBACH, Erich « Philologie de la littérature mondiale » (texte écrit en 1952 et traduit de l'allemand par Diane Meur en 2005), Où est la littérature mondiale ? Christophe Pradeau et Tiphaine Samoyault (dir.), Paris, PU de Vincennes, Coll. « Essais et Savoirs ».
BHABHA, H. K., Les Lieux de la culture. Une théorie postcoloniale [The Location of Culture, 1994] trad. Françoise Bouillot, Paris, Payot, 2007.
BAILLY, Jean-Christophe, « La tâche du lecteur », Panoramiques, Paris, Christian Bourgois, 2000.
CHKLOSVKI, Viktor, « L’art comme procédé » [« Iskysstvo kak priom », 1917], trad. Tzvetan Todorov, Théorie de la littérature. Textes des formalistes russes, Seuil, collection « Tel Quel », 1965, p.76-97 / Retraduction Régis Gayraud, éditions Allia, 2008.
GINZGURG, Carlo, « L’estrangement. Préhistoire d’un procédé littéraire » [« Stranamiento »], À distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire [Occhiacci di legno. Nove riflessioni sulla distanza, 1998], traduit de l’italien par Pierre-Antoine Fabre, NRF/ Gallimard, 2001.
GOUSSEFF, Catherine, L’exil russe. La fabrique du réfugié apatride (1920-1939), Paris, CNRS Éditions, 2008.
POULIN, Isabelle (dir.), Critique et plurilinguisme, Lucie éditions, collection « Poétiques comparatistes », 2013.
NOUSS, Alexis, La condition de l'exilé. Penser les migrations contemporaines, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, 2015.
SAÏD, Edward, Réflexions sur l’exil et autres essais [Reflections on exile, 2000], trad. Charlotte Woillez, Actes Sud, 2008.

< Liste des matières

footer-script