Philosophie en anglais - Université Bordeaux Montaigne

Philosophie en anglais

Crédits ECTS : 3

Volume horaire TD : 24

Code ELP : LEP6Y51

Composante : UFR Humanités

Période de l'année : Semestre 6

Formes d'enseignement : Non accessible à distance

Mobilité d'études : oui

Description

Le problème philosophique de l’existence d’autrui

Le cours aura pour objectif d’introduire au problème philosophique de l’existence d’autrui par l’étude et la traduction de textes en langue anglaise.Nous étudierons l’article « Other Minds »de John Langshaw Austin ainsi que sa lecture et sa critique par Stanley Cavell dans The Claim of Reason.

Austin formule le problème comme étant celui de la possibilité de connaître les états mentaux d’autrui. Ce problème est soulevé par l’approche sceptique d’après laquelle nous ne devrions jamais ou presque jamais dire que nous savons quelque chose, sauf à propos de ce que l’on perçoit. Il semble dès lors encore plus improbable que nous puissions déclarer avec raison connaître les états mentaux de quelqu’un d’autre. Contre ce scepticisme, Austin entend établir que croire aux autres, à l’autorité et au témoignage est une partie essentielle de l’acte de communiquer. Afin de s’y confronter, il dissocie dans un premier temps la question philosophique de la connaissance des faits empiriques de celui de la connaissance des états mentaux d’autrui.

En effet, il entreprend d’abord d’établir que les conditions sous lesquelles nous affirmons savoir quelque chose en l’identifiant sont enregistrées par les procédures reconnues et appropriées dont nous disposons afin de justifier et vérifier ce que nous affirmons. De sorte que bien qu’il nous soit impossible de connaître les états mentaux d’autrui comme les nôtres, il n’en reste pas moins que nous pouvons récuser la recevabilité du déni sceptique de l’existence d’autrui. Car ce scepticisme ne peut rendre compte de l’intelligibilité de la distinction entre la réussite et l’échec du suivi des procédures ordinaires de reconnaissance qu’il veut mettre en question depuis nulle part.

Cavell entreprend aussi de se confronter philosophiquement au scepticisme envers autrui, mais soutient qu’Austin sous-estime ou sur-estime les questions qu’il soulève.En effet, peut-on ramener sans perte le problème philosophique de l’existence d’autrui à celui de la mise au jour des conditions sous lesquelles nous devrions accepter ou récuser ce que quelque autre dit de ses états mentaux ? Se confronter à ce problème de cette façon ne revient-il pas à trivialiser les tentatives des philosophes classiques de s’y confronter ? Ne devrions-nous pas plutôt tenir comme établi le caractère chimérique dudit scepticisme envers le monde extérieur afin de pouvoir se confronter aux problèmes philosophiques que soulève le scepticisme envers autrui ?

Bibliographie

Austin, John Langshaw. “Other Minds.” In Philosophical Papers, Third Edition., 76–116. Oxford: Oxford University Press, 1979.

Cavell, Stanley. The Claim of Reason. New York: Oxford University Press, 1979.

< Liste des matières

footer-script