Interculturalité 5 - Université Bordeaux Montaigne

Interculturalité 5

Crédits ECTS : 4

Volume horaire TD : 36

Code ELP : LDM5U1

Lieu(x) d'enseignement : Bordeaux et agglomération

Composante : UFR Humanités

Langue d'enseignement : Français

Période de l'année : Semestre 5

Plage horaire : Journée

Description

Intervenant : Vérane Partensky

Présentation de l'UE : 

Cette UE a pour objet l’étude des relations interculturelles (relations entre des cultures ou des territoires linguistiques divers, transferts culturels, champs littéraires et perspectives internationales, traduction) ou des questions d’intermédialité (interaction et relation entre des systèmes sémiotiques hétérogènes).

 

 

Programme

Important : les étudiants doivent se procurer les textes au programme dans les éditions indiquées à l’exclusion d’aucune autre. Pour l’examen, ils doivent impérativement se munir des œuvres et, le cas échéant, des fascicules de textes fournis par l’enseignant. On rappelle que, pour les commentaires, les textes ne sont pas généralement pas reproduits ; les étudiants qui n’auraient pas apporté les œuvres seront dans l’impossibilité de composer. L’utilisation d’une œuvre dans une autre édition que l’édition autorisée est assimilée à une fraude.

« Rêveuse Germanie » : du chant au livre

 

C’est en Allemagne, au tournant des XVIIIe et XIXe siècle, que s’élabore la conception moderne de la littérature. Défendant, contre les vieilles hiérachies des genres et contre l’universalisme des Lumières, une littérature « romantique », qui traduirait l’âme des peuples et serait issue des traditions populaires et des vieilles chansons, les Romantiques allemands interrogent la spécificité des cultures et des langues, la relation entre la littérature orale et le livre, et remettent en cause les taxinomies classiques. Si la  redéfinition radicale du champ littéraire à laquelle ils procèdent, loin de rester une spécialité allemande, s’étend dans toute l’Europe — et notamment en France —, la « rêveuse Germanie » (Baudelaire) n’en apparaît pas moins comme le royaume idéal de la création poétique. On étudiera notamment l’idée de littérature nationale, le rêve de la langue des origines, le lien entre littérature et musique ainsi que la question du livre et de l’écriture.

Contrôle des connaissances

 1ère session : régime général Contrôle continu

2e session :: régime général : Contrôle terminal – Ecrit 4h

Nature de l’épreuve : Commentaire, dissertation ou essai au choix de l’enseignant

Informations complémentaires

Cette UE requiert l’assiduité et ne peut faire l’objet d’une dispense d’assiduité ; elle n’est pas offerte à la formation à distance.

            

Bibliographie

Corpus

Novalis, Henri d’Ofterdingen, Paris, Flammarion, coll. GF, 1992

Joseph von Eichendorff, Scènes de la vie d’un propre à rien, Phébus Libretto, 2011

Stéphane Mallarmé, Divagations  in Igitur, Divagations, Un coup de dés, édition de Bertrand Marchal, Paris, Poésie/Gallimard, 2003 ; on étudiera en particulier « Richard Wagner, rêverie d’un poète français », « Crise de Vers » et « Quant au livre ».

 Lectures conseillées

Madame de Staël, De l’Allemagne, Paris, Flammarion, coll. GF, 1993 (2 volumes)

Gérard de Nerval, Poèmes d’Outre-Rhin Grasset, coll. Les Cahiers rouges, 1996

Philippe Lacoue-Larthe et Jean-Luc Nandy, L’Absolu littéraire. Théorie de la littérature du romantisme allemand, Paris, Seuil, 1978

< Liste des matières

footer-script