Option littérature et culture 1 - Université Bordeaux Montaigne

Option littérature et culture 1

Crédits ECTS : 4

Code ELP : LDR5X71

Lieu(x) d'enseignement : Bordeaux et agglomération

Composante : UFR Humanités

Langue d'enseignement : Français

Période de l'année : Semestre 5

Plage horaire : Journée

Description

 

Les étudiants doivent choisir, à chaque semestre, deux matières (ou « options ») parmi les 5 programmes proposés dans cette UE (2 crédits chacune).

 

Pour les étudiants du régime général (étudiants assidus) : l’affectation dans les différents groupes se fera en fonction des souhaits des étudiants ET en fonction des places libres. Il faut donc se préparer à formuler trois vœux par ordre de préférence lors des inscriptions pédagogiques, et attendre le résultat des affectations pour se procurer les œuvres, à la rentrée.

Les étudiants inscrits dans l’option 5 (Langue et culture latines) sont fortement incités à la conserver d’un semestre à l’autre de l’année.

FAD : ce semestre, seules les matières 3 et 5 (Écritures poétiques ; Langue et culture latines) sont proposées en formation à distance (FAD). Nous conseillons donc aux étudiants dispensés d’assiduité de les choisir de préférence.

Responsable de l’UE : Florence Plet-Nicolas

Intervenants : Dominique Chancé, Anne Defrance, Sophie Duval, Véronique Ferrer, Laurent Gavoille.

 

PROGRAMMES 2016-2017,  au choix, 2 matières.

 

  1. Littérature francophone
  2. Bible et littérature  
  3. Écriture poétique
  4. Commentaire de document iconographique
  5. Langue et culture latines

Évaluation :

 1ère session :

Régime général : Contrôle continu.

 Dispensés : Oral. Préparation de 30 mn (sauf en en Langue et culture latine : préparation d’une heure), oral de 15-20 mn. Les œuvres étudiées doivent être apportées.

2e session : régime général et dispensés 

Oral. Préparation de 30 mn (sauf en en Langue et culture latine : préparation d’une heure), oral de 15-20 mn. Les œuvres étudiées doivent être apportées.

 

MATIÈRE 1 : Littérature francophone

LDR5M711

Intervenant : Dominique Chancé

Écrire l'histoire en situation postcoloniale

(programme de l’année universitaire 2016-2017)

Écrire l'histoire en situation postcoloniale, cela signifie inventer une histoire qui n'a pas été écrite, celle des dominés, de ceux qui ont été oubliés par la "chronique coloniale". C'est ce que Patrick Chamoiseau, Raphaël Confiant et Jean Bernabé déclarent dans Éloge de la créolité. Le recours à l'oralité est nécessaire pour dire cette histoire des dominés : "nous sommes paroles sous l'écriture" assurent les mêmes auteurs. La poétique du récit est bien sûr tout à fait transformée par ce passage par l'oral créole et le témoignage multiple d'acteurs émergents. "Notre histoire est une tresse d'histoires", lit-on dans Éloge de la créolité. Le roman devient par conséquent un récit polyphonique.

Le récit historique, dans le contexte néocolonial ou postcolonial, est donc profondément remanié par la prise en compte d'une histoire au moins double, d'histoires dirait-on aujourd'hui "connectées", dans lesquelles l'amour et la haine, l'aliénation et les forces de libération aussi bien singulières que collectives sont à l'œuvre pour atteindre une complexité humaine et littéraire.

Textes de référence : lectures obligatoires

Patrick Chamoiseau, Chronique des sept misères, Folio, 1986.

Jean Bernabé, Patrick Chamoiseau, Raphaël Confiant, Éloge de la créolité, Gallimard, 1989,    réédité en 1993, édition bilingue français-anglais.

Assia Djebar, L'Amour la fantasia, 1985, réédité 1995, Albin Michel.

Bibliographie

Jean Bernabé, Patrick Chamoiseau, Raphaël Confiant, Éloge de la créolité, Gallimard, (1989) 1993.

Dominique Chancé, Patrick Chamoiseau, écrivain post-colonial et baroque, Champion, 2010.

 

Évaluation :

1ère session :

Régime général : contrôle continu

Dispensés : examen oral (préparation : 30 mn ; passage : 20 mn maximum) sur des questions supposant à la fois la connaissance du cours et celle des textes au programme.

2e session : régime général et dispensés : examen oral (préparation : 30 mn ; passage : 20 mn maximum) sur des questions supposant à la fois la connaissance du cours et celle des textes au programme.

……………………………………………………………………………………………………………………

MATIÈRE 2 : Bible et littérature

LDR5M712

Intervenant : Sophie Duval

Proust et la Bible

(programme de l’année universitaire 2016-2017)

Ce cours sera consacré à l’intertextualité biblique dans l’œuvre de Marcel Proust. Bien que l’écrivain soit agnostique, l’œuvre de Proust, de mère juive et de père catholique, est en effet profondément marquée par l’Ancien et le Nouveau Testament. C’est à l’occasion de ses traductions de John Ruskin que Proust a parfait une culture biblique qu’il a ensuite mise en œuvre dans à la recherche du temps perdu, roman dans lequel on a pu voir, selon une des métaphores du Temps retrouvé, une « œuvre cathédrale », à la réalisation de laquelle l’intérêt de Proust pour la Bible a largement participé.

Le support de nos travaux sera « Combray », première partie de Du côté de chez Swann, mais le cours s’ouvrira à d’autres textes, extraits d’à la recherche du temps perdu et de divers écrits de Proust. Il sera notamment question de La Bible d’Amiens, ouvrage de Ruskin portant sur la cathédrale d’Amiens, que Proust a traduit, préfacé et annoté. À cette occasion, nous traiterons des programmes iconographiques des cathédrales gothiques tels qu’ils traduisent dans leurs sculptures et leurs vitraux le texte de la Bible, puisque cette Bible médiévale de pierre et de verre est dans une grande mesure la Bible de Proust. En partant de « Combray », nous nous pencherons aussi sur l’imagerie et la symbolique vétérotestamentaires et néotestamentaires de cette première section du roman et de la Recherche elle-même. Nous examinerons également la façon dont Proust s’approprie et détourne l’héritage biblique – qu’il en alimente sa propre Révélation esthétique, qu’il en joue avec humour ou qu’il le parodie et le profane –, et les références à de grandes figures bibliques (Adam, Abraham, Moïse, Marie-Madeleine, Marie…). Une part pourra être faite à la Bible des écrivains (par exemple Racine, avec Esther et Athalie) et à celle des peintres (Gozzoli, Giotto, Botticelli, Rembrandt…), qui alimentent la création proustienne.

Le cours sera systématiquement accompagné d’un diaporama qui lui servira de support, l’étude des textes de Proust s’appuyant sur des commentaires d’images (dessins de Proust lui-même, manuscrits de ses brouillons, mais aussi tableaux, fresques, sculptures, vitraux, etc.).

 

Information complémentaire

Il n’est pas nécessaire d’avoir suivi « Bible et littérature 1 » pour s’inscrire à ce cours.

Texte de référence : lecture obligatoire

Marcel Proust, « Combray », dans Du côté de chez Swann. Édition de référence : Du côté de chez Swann, préface d’Antoine Compagnon, Paris, Gallimard, « Folio classique », 1988 [avec le Portrait de Fernand Halphen de Renoir sur la couverture].

 

Édition de référence pour la Bible : La Bible de Jérusalem, Paris, Cerf, 2011.

Lectures conseillées

- l’intégralité de Du côté de chez Swann (et bien sûr l’intégralité d’à la recherche du temps perdu).

- John Ruskin, La Bible d’Amiens, traduction, préface et notes de Marcel Proust (pour la préface de Proust et pour le chapitre IV de Ruskin, « Interprétations », avec les notes de Proust à ce chapitre).

 

Modalités d’évaluation

Le contrôle continu reposera sur deux devoirs d’une ou de deux heures chacun. Le premier consistera en un contrôle de lecture et des questions de cours. Le second, à la fin du semestre, consistera en un commentaire de texte (éventuellement accompagné d’un ou plusieurs documents iconographiques) guidé par des questions ou bien en une mini-dissertation portant sur une question de cours ou une citation.

Dispensés : examen oral (préparation : 30 mn ; passage : 20 mn maximum) sur des questions supposant à la fois la connaissance du cours et celle du texte de Proust au programme.

2e session régime général et dispensés : examen oral (préparation : 30 mn ; passage : 20 mn maximum) sur des questions supposant à la fois la connaissance du cours et celle du texte de Proust au programme.

………………………………………………………………………………………………………………………

MATIÈRE 3 : Écritures poétiques

LDR5M713

Intervenant : Véronique Ferrer

Ce programme est proposé à la FAD.

L’Unique change de scène.

Les langages poétiques de l’amour à la Renaissance et à l’Age baroque

(programme de l’année universitaire 2016-2017)

En se penchant sur la genèse de la fable mystique, Michel de Certeau note que dès le XIIe siècle, « une lente démythification religieuse semble s’accompagner d’une progressive mythification amoureuse ». « L’Unique change de scène », souligne-t-il : « Ce n’est plus Dieu, mais l’autre et, dans une littérature masculine, la femme ».

La littérature des XVIe et XVIIe siècles donne à voir une même réciprocité des langages profane et spirituel. Héritière d’une lecture christianisée du modèle courtois – celle de poètes comme Dante et Pétrarque, ou celle d’humanistes comme Marsile Ficin et Léon L’Hébreu –, elle décrit la femme aimée et l’expérience amoureuse en termes d’adoration et de quête salutaire, sans craindre de vider parfois les mots de leur sens religieux. Dans la deuxième moitié du XVIe siècle et au début du suivant, au temps de la conversion officielle des Muses, les poètes reprendront, quant à eux, la rhétorique ingénieuse, le vocabulaire charnel et les formes lyriques de la veine profane pour chanter l’amour divin. L’existence d’un lexique religieux dans le discours amoureux facilite sa transposition verbale dans la poésie sacrée sans compromettre la motivation théologique d’une pareille translation, que légitime le modèle allégorique du Cantique des cantiques. La contradiction apparente des langages de l’amour s’annule dans l’évidence de la parole biblique.

Ce cours entend s’intéresser à la dialectique qui commande les échanges entre discours amoureux et écritures spirituelles. Il s’agira notamment d’étudier les scènes poétiques ou historiques sur lesquelles se tient « l’Unique », les transferts de mots, d’images et de sens, ou bien encore les processus de (dé)mythification amoureuse ou religieuse à l’œuvre entre le XVIe et le XVIIe siècle.

Textes de référence : lectures obligatoires

Les textes seront distribués sous forme de photocopies au début du semestre.

Bibliographie

Des indications bibliographiques seront données au début du semestre.

 

Évaluation :

 1ère session :

Régime général : Contrôle continu.

Dispensés : Oral. Préparation de 30 mn, oral de 15-20 mn. Les œuvres étudiées doivent être apportées.

2e session : régime général et dispensés 

Oral. Préparation de 30 mn, oral de 15-20 mn. Les œuvres étudiées doivent être apportées.

……………………………………………………………………………………………………………………

MATIÈRE 4 : Commentaire de document iconographique

LDR5M714

Intervenant : Anne Defrance

(programme de l’année universitaire 2016-2017)

L’enseignement dispensé dans cette matière s’adresse essentiellement aux étudiants visant ultérieurement la préparation du Capes de Lettres Modernes.

En effet la prise en compte de documents iconographiques intervient dans les deux épreuves d’admission de ce concours rénové en 2014 : l’épreuve de mise en situation professionnelle et l’analyse d’une situation professionnelle. Dans la première, le commentaire de document iconographique (fixe) est un exercice systématiquement attendu qui doit être intégré par le candidat à une explication d’un texte auquel ce document est associé. Dans la seconde, le dossier pédagogique que le candidat est appelé à traiter peut contenir un ou des documents iconographiques (images fixes et/ou en mouvement). Dans chacune de ces deux épreuves, ce type de document est  « choisi pour son importance et ses qualités culturelles et esthétiques, il est censé être connu du candidat ou tout du moins appartenir à cette culture scolaire véhiculée par les manuels et les éditions illustrées » (Jean George, http://www.ecoledeslettres.fr/actualites/litteratures/sur-quelques-inquietudes-concernant-les-nouvelles-epreuves-orales-du-capes-de-lettres/#more-12472).

Il serait peut-être prématuré, en licence, de se mettre en situation d’examen en pratiquant les exercices de manière exactement conforme aux épreuves. Ce cours entend plutôt permettre à qui vise le métier d’enseignant du secondaire, d’acquérir ou de revoir les bases méthodologiques nécessaires à l’analyse de différents types de documents iconographiques proposés au Capes de Lettres Modernes : reproductions de tableaux, gravures, affiches, photographies (entre autres d’œuvres d’art, de pièces de théâtre ou photogrammes de films). Il entend, d’autre part, contribuer à la connaissance des mouvements esthétiques et au développement d’une culture artistique en relation étroite avec la littérature.

Programme et bibliographie

Ils seront  précisés à la rentrée. Les vacances d’été offrent le loisir d’enrichir sa culture : profitez de cette période pour voir des films, des captations de pièces de théâtre, assister si possible à des représentations théâtrales, lire des œuvres et des revues diverses, en découvrir de nouvelles (dont des revues d’art), et fréquenter expositions et musées…

Évaluation :

 1ère session :

Régime général : Contrôle continu. L’évaluation portera sur des exposés oraux et divers types de travaux écrits (analyses de documents,  dossiers…).

 Dispensés : Oral. Préparation de 30 mn , oral de 15-20 mn. Les œuvres étudiées doivent être apportées.

2e session : régime général et dispensés 

Oral. Préparation de 30 mn, oral de 15-20 mn. Les œuvres étudiées doivent être apportées.

……………………………………………………………………………………………………………………

MATIÈRE 5 : Langue et culture latines (Groupe 5)

LDR5M715

Intervenant : Laurent Gavoille

Ce programme est proposé à la FAD.

 

La religion romaine dans la littérature latine

(programme de l’année universitaire 2016-2017)

Le programme de la dernière année de latin en licence s’adresse à tous les étudiants de Lettres Modernes désireux de confirmer leurs acquis en grammaire et en littérature. Le niveau attendu est celui des étudiants qui ont suivi les cours de latin durant les deux années de licence de Lettres Modernes (débutants de première année) et l’on adaptera la difficulté des exercices au niveau des étudiants inscrits et de leur passé.

L’objectif est double : d’une part consolider les bases grammaticales à l’occasion d’exercices de traduction et de versions, d’autre part, approfondir l’étude de la civilisation et de la littérature latines, autour d’une série de textes fondateurs groupés autour du thème suivant : 

Notre connaissance de la religion romaine et de ses problèmes a considérablement évolué au cours du siècle dernier. Grâce notamment aux travaux de Georges Dumézil, il n’est plus question de la considérer comme fruste et primitive, mais comme plongeant ses racines dans des structures de pensée indo-européennes profondes. Ainsi s’expliquent l’absence apparente de mythologie à Rome, la présence de légendes dans les récits historiques et l’importance du culte.

Lectures conseillées :

- John Scheid, La religion des Romains, Paris, Armand Colin (Cursus), 1998.

- Georges Dumézil, La religion romaine archaïque, Paris, Payot, 1974.

Évaluation :

 1ère session :

Régime général : Contrôle continu.

 Dispensés : Oral (préparation d'une heure,  passage de 20 mn). Traduction + question de littérature portant sur le programme. Apporter dictionnaire latin-français.

2e session : régime général et dispensés 

Oral (préparation d'une heure,  passage de 20 mn). Traduction + question de littérature portant sur le programme. Apporter dictionnaire latin-français.

…………………………………………………………………………

 

Contrôle des connaissances

1ère session :

Régime général :Contrôle continu.

 Dispensés : Oral. Préparation de 30 mn (sauf en en Langue et culture latine : préparation d’une heure), oral de 15-20 mn. Les œuvres étudiées doivent être apportées.

2e session : régime général et dispensés 

Oral. Préparation de 30 mn (sauf en en Langue et culture latine : préparation d’une heure), oral de 15-20 mn. Les œuvres étudiées doivent être apportées.

Matières dispensées

< Liste des matières

footer-script