Option littérature et culture 2 - Université Bordeaux Montaigne

Option littérature et culture 2

Crédits ECTS : 3

Volume horaire TD : 24

Code ELP : LDL2Y6

Composante : UFR Humanités

Langue d'enseignement : Français

Période de l'année : Printemps

Plage horaire : Journée

Description

Description

Enseignement à choix : une matière à choisir parmi les 5 proposées.

 

1.       Littératures francophones

2.       Littérature de jeunesse

3.       Textes et représentation théâtrale

4.       Mythes et littérature

5.       Récits mythiques, contes et nouvelles

 

Certaines matières (aussi appelées « options ») se retrouvent d’un semestre à l’autre ; mais il n’est aucunement obligatoire de suivre la même sur toute l’année, sauf en ce qui concerne « Textes et représentation théâtrale ».

Pour les étudiants du régime général (étudiants assidus) : l’affectation dans les différents groupes se fera en fonction des souhaits des étudiants ET en fonction des places libres. Il faut donc se préparer à formuler trois vœux par ordre de préférence lors des inscriptions pédagogiques, et attendre le résultat des affectations pour se procurer les œuvres, à la rentrée.

FAD : ce semestre, seule la matière 2 (littérature jeunesse) est proposée en formation à distance (FAD). Nous conseillons donc aux étudiants dispensés d’assiduité de la choisir de préférence.  

Responsable de l’UE : Florence Plet-Nicolas

Intervenants : Dominique Chancé, Anne Defrance, Denis Lopez, Claire Meyrat-Vol, Florence Plet, Catherine Ramond.

PROGRAMMES 2016-2017, au choix :

……………………………………………………………………………………………………………………

MATIÈRE 1 : Littératures francophones (Groupe 1)

Intervenant : Dominique Chancé

Migrations et déterritorialisations

(programme de l’année universitaire 2016-2017)

Les allers-retours et migrations sont fréquents entre colonie ou ex-colonie et "métropole" ou ancienne métropole, ils mettent en relation deux cultures de façon complexe. La migration douloureuse suscite parfois une division mortelle du sujet. Cependant, si les cultures paraissent inconciliables chez Hamidou Kane, dans la première moitié du XXème siècle, elles se "déterritorialiseront", selon un terme inventé par Gilles Deleuze et Félix Guattari qui signifient par là le franchissement des frontières, selon des lignes de fuite qui permettent d'échapper aux "territoires" identitaires. Maryse Condé et Dany Laferrière, auteurs caribéens assument leurs migrations dans cette perspective libertaire et mondialisée. Ils cherchent à dépasser la question de l'identité et esquivent les définitions.

Textes de référence : lectures obligatoires

Cheikh Hamidou Kane (Sénégal), L'Aventure ambiguë, Julliard, 1961, 10/18.

Dany Laferrière (Haïti), Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer, 1976, édition originale d'occasion ou Mythologies américaines, Grasset (avec d'autres romans du même auteur).

Maryse Condé (Guadeloupe), Traversée de la mangrove, poche, 1992.

Bibliographie

Dominique Chancé, Histoire des littératures antillaises, Ellipse, 2005.

Gilles Deleuze, Félix Guattari, Kafka. Pour une littérature mineure, Éditions de minuit, 1975.

‒       Rhizome. Introduction à Mille Plateaux, Éditions de minuit, 1976.

 

Évaluation :

1ère session :

Régime général : contrôle continu

Dispensés : examen oral (préparation : 30 mn ; passage : 20 mn maximum) sur des questions supposant à la fois la connaissance du cours et celle des textes au programme.

2e session : régime général et dispensés : examen oral (préparation : 30 mn ; passage : 20 mn maximum) sur des questions supposant à la fois la connaissance du cours et celle des textes au programme.

……………………………………………………………………………………………………………………

MATIÈRE 2 : Littérature de jeunesse (Groupe 2)

ATTENTION : cette matière fait l’objet de 2 programmes distincts, dont un spécifique à la FAD.  Seul le statut de l’étudiant détermine donc ici le choix du programme A ou B

 

Programme A pour les étudiants en présentiel

Intervenant : Claire Meyrat-Vol

Indiens et conquistadores

 (programme de l’année universitaire 2016-2017)

Ré-requis

Cet enseignement, très dense, s'adresse à des étudiants curieux, bons lecteurs, capables d'adopter un rythme de travail soutenu, intéressés par le traitement de l'Histoire dans la littérature et ouverts aux autres civilisations.

Descriptif

À partir de l'épopée guerrière des Espagnols dans leur conquête de l'Amérique du Sud, nous réfléchirons à la perception de l'altérité, aux représentations des Indiens et aux choix de civilisation véhiculés par trois supports (album, bande dessinée, roman) de la littérature de jeunesse. Comment comprendre cette entreprise coloniale ? Quelle opinion un jeune lecteur du XXIe peut-il s'en faire ?

Le programme donnera lieu à divers exercices d'expression écrite et orale : comptes rendus, essais, résumés, exposés... Des recherches et des lectures autres que les œuvres de référence seront également demandées.

Textes de référence : lectures obligatoires

L'achat des œuvres du programme est indispensable.

- Fred BERNARD et François ROCA, Soleil Noir, Albin Michel jeunesse, 2008.

- Laurence SCHAACK, Le Sang du serpent à plumes, journal de la conquête du Mexique, Nathan, 2015.

- Jorge ZETNER, Le Captif, Edition Mosquito, 2002.

Bibliographie

- Serge GRUZINSKI, Le destin brisé de l'Empire aztèque, Gallimard, Coll. Découvertes, n°33, 2010.

- Michel de MONTAIGNE, Des Cannibales, La peur de l'Autre, Folio plus, 2008.

- Tzvetan TODOROV, Le Conquête de l'Amérique, la question de l'Autre, Seuil Essais, 1991.

-Claude LEVI-STRAUSS, Tristes Tropiques, partie VIII, Pocket, 2001.

 

Programme B pour les étudiants FAD

Le roman de Renart en bande dessinée

 (programme de l’année universitaire 2016-2017)

Intervenant : Florence Plet-Nicolas

Comme une bonne partie de la littérature médiévale, le Roman de Renart est aujourd'hui intimement lié à la littérature jeunesse, sans doute à cause des prescriptions scolaires. Or, Renart au Moyen Âge n’était pas du tout destinée aux enfants : vandale, violent, violeur, tous les moyens sont bons, non seulement pour survivre, mais souvent aussi pour se divertir de cruauté gratuite.

Trois séries de bandes dessinées récentes (2007-9) et destinées à la jeunesse par leur positionnement éditorial, se confrontent habilement aux difficultés posées par la forme du récit et par la matière délicate de l’œuvre médiévale. On sera particulièrement sensibles aux moyens propres à la BD pour proposer des versions originales, nuancées et très personnelles du Roman de Renart, une œuvre manifestement très actuelle !

 

Textes de référence : lectures obligatoires

Il est essentiel de se procurer au moins l’album cité en gras, et de lire tous les autres en bibliothèque (les 6 volumes au programme sont tous disponibles en rayon à la Bibliothèque Universitaire, exclus du prêt afin que vous soyez sûrs de les trouver lors de vos visites ; voyez aussi dans les Bibliothèques Municipales).

MATHIS et MARTIN, Le Roman de Renart,3 tomes, Paris, Delcourt, 2007-2009. ► Le tome 1 a été republié en petit format, Paris, L’école des loisirs, coll. « Mille Bulles », 2010.

Bruno HEITZ, Le Roman de Renart, Paris, Gallimard jeunesse, coll. « Fétiche », 2 tomes (2007-2008). Plusieurs rééditions existent : en 2 tomes de petit format (Paris, Folio-Cadet, 2014-15) ou en un seul volume rassemblant les deux tomes (Gallimard jeunesse, 2014)

SFAR et MUNUERA, Le Roman de la mère de Renart, tome 4 de la série Merlin. Paris, Dargaud, 2008 (seul le tome 4 est au programme).

Webographie

http://classes.bnf.fr/renart/ (dossier pédagogique destiné aux classes, sur le site de la Bnf, une bonne introduction au Renart médiéval).

http://www.millebulles.com/ens/fiche_livre.php?reference=E123140 (dossier sur la BD de Mathis et Martin).

Renart de male escole, n° spécial des Cahiers Robinson, n°16, Université d’Artois, 2004.

Corinne Denoyelle, « Renart en bandes dessinées : quelle histoire pour quel public ? », Le Moyen Age  en Bulles, A. Corbellari et B. Ribémont (dir.), Gollion (Suisse), Infolio éditions, « Archigraphy Poche », 2014.               

……………………………………………………………………………………………………………………

MATIÈRE 3 : Textes et représentation théâtrale (Groupe 3)

Intervenant : Catherine Ramond

 

(programme de l’année universitaire 2016-2017)

 

ATTENTION

Cette UE suppose une assiduité administrative (on ne peut pas la prendre si l’on a le statut de dispensé) et réelle. Les travaux notés portent tous sur les spectacles vus pendant l’année, par conséquent, les étudiants doivent assister à ces spectacles, être disponibles les soirs de spectacle et lors de certains déplacements (éventuelles visites de théâtres).

On ne peut prendre cette UE en seconde session si l’on n’est pas allé voir les spectacles car aucune interrogation sur des généralités n’est envisagée.

 

L’option est consacrée à l’approche du phénomène théâtral, sous tous ses aspects : le texte (la littérature théâtrale) et la représentation (l’événement scénique et public).

Si les étudiants ont la possibilité de choisir seulement deux ou trois semestres de cet enseignement (sur les quatre proposés au cours de la licence), l’option est conçue en cohérence entre les enseignements des trois niveaux, L1, L2 et L3.

En première année de licence : le premier semestre (LDL1Y6) et le second semestre (LDL2Y6) seront consacrés à une approche de la réalité scénique, à l’initiation d’une pratique du spectateur devant déboucher sur une écriture critique. Les questions théoriques seront réparties selon une programmation théâtrale qui ne sera connue qu’au cours de l’été.

On découvrira au premier semestre les lieux bordelais du spectacle théâtral, on verra comment leur dimension spatiale et institutionnelle induit un certain type de mise en scène et d’interaction entre acteurs et spectateurs. Il s’agira de repérer des lieux et des échelles, bien différents selon qu’on fréquente l’opéra, un centre national d’art dramatique, une scène alternative. Les articles écrits par les étudiants permettront de restituer une expérience de ces lieux et des dispositifs scéniques qu’ils proposent.

Au second semestre, des références au discours critique permettront d’approfondir l’analyse sémiologique du théâtre comme réalité complexe (mise en scène/texte ; tradition/actualisation).

L’assistance aux spectacles (au moins trois pièces de types différents à chaque semestre), la visite de théâtres, des rencontres avec les comédiens, en classe ou au cours de conférences et « bords de scène », la lecture d’articles critiques et théoriques etc., constitueront une matière à interroger afin de rédiger articles et essais. Cette approche de la réalité vivante du théâtre s’accompagnera d’un bagage théorique et historique sur la définition du genre et ses réalisations dans des époques et des contextes variés.

Le groupe sera limité à 20 étudiants afin de faciliter le déplacement en groupe et l’assistance à des spectacles qui s’adressent parfois à des publics restreints (salle à petite « jauge »). Les frais ne devraient pas dépasser 24 à 30 € par semestre. Il est recommandé de suivre l’UE sur les deux semestres et l’assiduité est requise pour ce cours.

Textes de référence : lectures obligatoires

Précisés à la rentrée.

Bibliographie

Précisée à la rentrée.

……………………………………………………………………………………………………………………

MATIÈRE 4 : Mythes et littérature (Groupe 4)

Intervenant : Denis Lopez

Narcisse, de l'Antiquité à nos jours

(programme de l’année universitaire 2016-2017)

Le mythe de Narcisse est surtout connu par la version qu’en donne Ovide dans ses Métamorphoses. Une variante existe chez le géographe Pausanias et des recherches récentes ont révélé d’autres sources antiques. Partant de l’Antiquité, ce cours proposera une étude du mythe originel, puis un parcours dans les différentes époques, jusqu’au XXe siècle, à travers des œuvres littéraires, artistiques et autres, pour évaluer la réception du mythe et ses variations, en relation avec les courants esthétiques, l’histoire littéraire et l’histoire de la pensée.

 

Textes de référence : lectures obligatoires

 

-          Ovide, Métamorphoses, III, 3, vers 339-510, télécharger, à partir du site de la Bibliotheca Classica Selecta, deux traductions  :

G. T. Villenave, [1806] : http://bcs.fltr.ucl.ac.be/META/03.htm

et

A.-M. Boxus et J. Poucet [2006] http://bcs.fltr.ucl.ac.be/METAM/Met03/M03-339-510.html

 

-          Pausanias, Description de la Grèce, Livre IX, La Béotie, chapitre 31 : à télécharger à partir de http://remacle.org/bloodwolf/erudits/pausanias/table.htm

 

-          un corpus de textes et documents sera distribué et complété à chaque séance, reprenant in extenso ou en extrait  des œuvres d’écrivains (Guillaume de Lorris, Bernard de Ventadour, Ronsard, Pontus de Tyard, Cyrano, Montausier, La Fontaine, Racine, La Bruyère, Rousseau, Malfilâtre, Musset, Valéry, Gide, Freud, Dali…) ou de peintres (Le Caravage, Poussin, Canini, Le Lorrain, Moreelse, Waterhouse, Benczúr, Dali…).

 

Bibliographie abrégée :

 

Antiquité

-          Denis Knoepfler, La Patrie de Narcisse, Odile Jacob, Collège de France, 2010.

-          Jacqueline Fabre-Serris, Mythe et poésie dans les « Métamorphoses » d’Ovide. Fonctions et significations de la mythologie dans la Rome augustéenne, Klincksieck, 1995.

-          Pierre Maréchaux, Énigmes romaines, une lecture  d’Ovide, Gallimard, /Le Promeneur, 2000.

 

Moyen Age :

-          Jean Frappier, « Variations sur le thème du miroir, de Bernard de Ventadour à Maurice Scève » dans Histoires, mythes et symboles, [1958], Genève, Droz, 1976, p. 149-167.

-          Erich Köhler, « Narcisse, la Fontaine d'Amour et Guillaume de Lorris » Journal des savants, 1963 Volume 2, n° 1, pp. 86-103.

-          Emmanuèle Baumgartner, « Narcisse à la fontaine : du “conte” à “l’exemple” », Cahiers de recherches médiévales, 9, 2002.

 

Époque moderne

-          Lectures d'Ovide, études réunies par E. Bury, avec la collaboration de M. Néraudau. Préface de P. Laurens, Les Belles Lettres, 2003. [de l’Antiquité au XVIIIe siècle].

-          Charles-Olivier Stiker-Métral, Narcisse contrarié. L’amour propre dans le discours moral en France (1650-1715), Paris, Honoré Champion, « Lumière classique », n° 74, 2007.

-          Gérard Genette, « Complexe de Narcisse », dans Figures I, Seuil/Points, 1966, p. 21-28. [XVIIe siècle]

-          Isis, Narcisse, Psyché, entre Lumières et Romantisme, collectif sous la direction de Pascal Auraix-Jonchière, Presses de l’Univ. Blaise Pascal, 2000 ; notamment : Sabine Zaalene, « “Peindre, c’est embrasser la surface de la source” : Narcisse et la Peinture dans les œuvres françaises du XVIIIe siècle », p. 182-19 ; Marie-Miguet-Ollagnier, « Le Narcisse ou l’amant de lui-même de Jean-Jacques Rousseau », p. 193-201 ; Claude Foucart, « Le Narcisse de Gide (1893) ou le passage du mythe au symbole », pp. 241-251 ; Adriano Marchetti, « La Narcisse de Gide et le mythe de l’androgyne », pp. 253-262.

-          Maurizio Bettini et Ezio Pellizer, Le Mythe de Narcisse, traduction Jean Bouffartigue, Belin, 2010. [de l’Antiquité au XXe siècle].

 

Psychanalyse :

-          Sigmund Freud, Totem et tabou : interprétation par la psychanalyse de la vie sociale des peuples primitifs [1912] tr.fr. Payot, 1951.

-          Sigmund Freud., (1914), Pour introduire le narcissisme, in La vie sexuelle [1914], tr.fr. PUF, Paris, 1969, pp. 81-105.

-          Narcisses, collectif sous la direction de J. B. Pontalis, Gallimard, 1976, « Folio essais », 2000.

……………………………………………………………………………………………………………………

MATIÈRE 5 : Récits mythiques, contes et nouvelles  (Groupe 5)

Intervenant : Anne Defrance

 

Figures diaboliques, du récit merveilleux au récit fantastique

(programme de l’année universitaire 2016-2017)

 

 

Le Diable, personnification du Mal, objet de superstitions populaires et de nombreux récits légendaires, a également nourri l’imagination des artistes, durant des siècles et bien au-delà de nos frontières. Au XVIIIe et XIXe siècles, il est aussi un personnage littéraire, une figure de prédilection sur laquelle s’articule, notamment chez Cazotte, le glissement du registre merveilleux au fantastique.

C’est par l’étude d’un début de roman, Le Diable boiteux de Lesage (lui-même inspiré par un roman espagnol de Luis Vélez de Guevara, El Diabio cojuelo, paru en 1641), que nous entamerons notre parcours balisé par diverses représentations diaboliques, ici ou là associées à d’autres créatures surnaturelles, fées, sorcières, sylphides... Mais ce programme est essentiellement constitué de contes et de nouvelles des XVIIIe et XIXe siècles. Il illustre la plasticité de la figure littéraire du Diable, et atteste de la fascination qu’elle exerce encore, en France, paradoxalement, à l’époque des Lumières, et bien plus à l’époque romantique.

Textes de référence : lectures obligatoires

Alain-René LESAGE, Le Diable boiteux [1707], ch. 1 et 2.

https://fr.wikisource.org

Jacques CAZOTTE, Le Diable amoureux, nouvelle espagnole [1772], Librio n° 20, « Imaginaire », 2005.

Jacques CAZOTTE, La Belle par accident [1788)], dans Œuvres choisies, Paris, Paulin, 1847, p. 169-207.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6319624g/f231.image

Théophile GAUTIER, Le chevalier double [1840].

https://fr.wikisource.org

Gérard de NERVAL, Le Monstre vert [1852].

https://fr.wikisource.org

Honoré de BALZAC, L’Élixir de longue vie [1830].

Victor HUGO, Le Diable chiffonnier [1842].

Gustave FLAUBERT, Rêve d’enfer [1837].

Ces trois derniers textes sont disponibles dans l’anthologie de

Barbara SADOUL, Les dimensions fantastiques, Librio n° 968, « Imaginaire », 2010.

Les étudiants devront se la procurer en librairie ainsi que le roman de Cazotte, Le Diable amoureux, dans la même édition.

 

Les autres textes sont téléchargeables sur internet.

 

Bibliographique complémentaire

 

En liaison avec la nouvelle de Balzac, les étudiants sont invités à lire ou relire :

MOLIÈRE, Dom Juan. [1665]

 

En liaison avec La Belle par accident de Cazotte, ils pourront avoir plaisir à découvrir, en traduction, la truculente nouvelle qui l’a inspiré et qu’a produite le célèbre auteur napolitain :

Giambattista BASILE, « La vieille écorchée », dans Le Conte des contes [1634 et 1736], recueil également connu sous le titre italien Pentamerone.

 

Pourront être également consultés en bibliothèque 

- un essai historique :

   Robert MUCHEMBLED, Une histoire du diable, XIIe-XXe siècle, Paris Seuil, 2000.

- deux ouvrages fondateurs de critique littéraire :

   Max MILNER, Le Diable dans la littérature française de Cazotte à Baudelaire, 1772-1861, Paris, Corti, 1960.

   Tzvetan TODOROV, Introduction à la littérature fantastique, Seuils, Coll. « Points », 1970.

 

- un bref essai écrit par le père de la psychanalyse, qui s’est s’intéressé à la littérature fantastique et a repris en 1919 le concept d’unheimlich (adjectif allemand difficilement traduisible). Cet essai est disponible dans ces deux traductions et éditions :

   Sigmund FREUD, L’inquiétante étrangeté et autres essais, Paris, Folio essais, 1985.

Sigmund FREUD, L'inquiétant familier (suivi de Le marchand de sable de E.T.A. Hoffmann), Paris, Payot, « Petite Bibliothèque Payot », 2012.

……………………………………………………………………………………………………………………

Évaluation :

 1ère session :

Régime général : Contrôle continu.

 Dispensés : Oral (préparation de 30 mn, oral de 15-20 mn). Les œuvres étudiées doivent être apportées.

2e session : régime général et dispensés 

Oral (préparation de 30 mn, oral de 15-20 mn). Les œuvres étudiées doivent être apportées.

Informations complémentaires

< Liste des matières

footer-script