Education - Université Bordeaux Montaigne

Education

Crédits ECTS : 3

Volume horaire CM : 12

Volume horaire TD : 24

Code ELP : LDH6E521

Lieu(x) d'enseignement : Bordeaux et agglomération

Composante : UFR Humanités

Période de l'année : Semestre 6

Plage horaire : Journée

Description

Option éducation:

Langue : Français

Formes d'enseignement : En présence

Volume horaire:12h Cours Magistraux 24h Travaux Dirigés

Responsable de l’UE :  

Intervenants :  Dominique Picco (dominique.picco@u-bordeaux-montaigne.fr)

Présentation de l’UE : ÉDUQUER LES FILLES, ÉDUQUER LES GARÇONS (XVI-XIXe siècle)

De la Renaissance à la fin du XIXe siècle, en passant par les réformes religieuses (protestante et catholique), les Lumières, la Révolution française, les régimes monarchiques et impériaux et les débuts de la IIIRépublique, la société française bouillonne de réflexions théoriques sur l’éducation des enfants, filles et garçons, en relation avec la place que l’usage et les convenances attribuent aux uns et aux autres. Pour les filles, comme pour les garçons, les établissements scolaires, très longtemps entièrement contrôlées par les églises chrétiennes, évoluent lentement. Sauf exception, les autorités politiques restent à l’écart de toute politique scolaire jusqu’à la période révolutionnaire et n’envisagent vraiment la mise en place d’un système scolaire ouvert au plus grand nombre qu’au cours du XIXsiècle, bien avant néanmoins les lois scolaires de Jules Ferry des années 1880. Du XVIe siècle au milieu du XIXe siècle la majeure partie des enfants, filles et garçons, dans les milieux les plus modestes mais pas uniquement, ne fréquentent pas l’école ou seulement très épisodiquement. Les apprentissages ont donc majoritairement pour cadre la maison familiale, les parents ou les maîtres choisis et rémunérés par ces derniers jouant donc un rôle prépondérant dans l’éducation et l’instruction des enfants.

Au fil du cours et des exercices proposés, nous envisagerons donc, tout au long de la période considérée, les principes éducatifs énoncés par des hommes ou des femmes, laïcs ou membres du clergé ; nous essayerons de les confronter avec les réalités des pratiques et contenus pédagogiques dans la mesure où nous pouvons en avoir connaissance via des documents normatifs, des témoignages écrits ou figurés. La place de la religion dans les contenus éducatifs et la dimension chrétienne de l’éducation seront sans cesse soulignées. La différence entre les enseignements pour les filles et pour les garçons, entre les milieux sociaux également est une nécessité tout comme la séparation physique entre les sexes. Du XVIe au XIXe siècle, la finalité de l’enseignement, et au delà de l’éducation, est donc à la fois socialement et sexuellement distinctive.

NB : Il est difficile et sans doute dangereux d'isoler l'histoire de l’éducation mais aussi de l'institution scolaire de celle de la société qui l'engendre et qu'elle contribue à façonner. Ce cours ne manquera pas de faire de multiples va-et-vient entre l'une et l'autre. Très liée à l'histoire sociale, l'histoire du système éducatif et des institutions scolaires l'est tout aussi étroitement avec l'histoire politique. Pour être plus à même d’en tirer complétement profit, il est bon d’avoir une idée générale de la trame générale de l’histoire de la France du XVIe à la fin du XIXe siècle.

Organisation :

-12 séances de 3 heures.

- En dehors de la première séance (présentation de l’organisation du travail et début du cours) et de la dernière séance où aura lieu l’évaluation écrite, toutes les autres s’organisent autour d’une heure d’enseignement magistral et de deux heures de TD où les étudiant-es présentent à l’oral un exposé ou un commentaire de documents (texte ou images d’époque). Chaque oral est suivi d’une discussion et d’une reprise de la part de l’enseignante.

Contrôle des connaissances

 1ère session : Contrôle continu 

Deux exercices. Un oral (exposé ou commentaire de documents) et un écrit (test de connaissances portant sur le contenu des cours et des TD)

2e session : oral

Bibliographie

Bibliographie indicative

- CHARTIER (R.), COMPÉRE (M.M.), JULIA (D), L’éducation en France du XVIe au XVIIIe, Paris, SEDES, 1976


- COMPÉRE (M.M.), Du collège au lycée, Paris, Gallimard, Archives, 1985


- FIEVET (M.), L’invention de l’école des filles, Paris, Imago, 2006


- GROSPERRIN (B.), Les petites écoles sous l’Ancien Régime, Rennes, 1984


- SONNET (M.), L’éducation des filles à Paris au temps des Lumières, Paris, Cerf, 2011


< Liste des matières

footer-script