Lettres 3 - Université Bordeaux Montaigne

Lettres 3

Crédits ECTS : 5

Code ELP : LDH3U2

Composante : UFR Humanités

Période de l'année : Semestre 3

Description

Responsable de l’UE : Gilles Magniont

Intervenants : G. Magniont, B. Puel.

Programmes : (Dans cet emplacement il s’agira de détailler, s’il y a lieu, les différents programmes de l’UE)

Programme Approche critique du langage :

 Pour commencer, on étudiera durant ce semestre le système de conjugaison du français, et la manière dont les formes verbales y construisent une représentation singulière du temps humain. Après avoir observé combien les « tables de conjugaison » des grammairiens et pédagogues ont pu fluctuer au fil des siècles – preuve que le « système «  est soumis à l’historicité…-, on s’attachera à quelques questions saillantes  - quelle(s) valeur(s) du présent de l’indicatif ? pourquoi tant de formes du passé ? – en interrogeant nos propres pratiques de la langue, puis on reviendra sur ces mêmes questions à travers divers textes littéraire : manière de montrer combien les écrivains –tel Flaubert et son imparfait - ont pu changer notre conception de l’existence en élargissant l’aire d’emploi des temps, et manière de proposer aussi une initiation à la stylistique en  exploitant les marques spatio-temporelles dans la perspective d’une étude des formes.

Des éléments de bibliographie seront proposés en cours.

Programme de littérature.

« Temps et espace du corps à l’adolescence dans trois romans du XXème »

 

 

                Diriez-vous de l’adolescence qu’elle est facile à situer dans l’espace et dans le temps ? D’un point de vue temporel, quand commence et quand s’achève cette période de la vie ? Et en termes de spatialité, déborde t-elle sur les territoires de l’enfance et de l’âge adulte qui l’entourent ou en est-elle au contraire séparée par des frontières nettes ?

A commencer par l’étymologie, il semble que l’adolescence soit investie d’une incertitude fondamentale en ce qui concerne justement les limites temporelles et spatiales. « Adolescence » vient du participe présent du verbe latin « adolescere » qui signifie « grandir, franchir », et qui s’oppose au participe passé « adultus » signifiant le fait d’avoir grandi. L’adolescence n’est donc pas un état en soi, c’est un processus qui mène d’un état (l’enfance) à un autre (l’âge adulte). Le terme vient d’une forme verbale au participe présent qui évoque l’inachevé et assimile l’adolescence à un espace de transition, une période de flottement mal délimitée pendant laquelle on n’est ni enfant ni adulte.

                L’ambition de ce cours est de voir comment l’incertitude constitutive de l’adolescence en termes de temps et d’espace s’applique plus spécifiquement au corps et à la corporéité, et ce dans la littérature. On sait en effet que le corps est l’objet de toutes les transformations à l’adolescence. Il s’agira de se demander comment la littérature représente et convoque la métamorphose du corps adolescent en le soumettant à une temporalité et une spatialité particulières ? Ce sont les jambes anormalement longues de Frankie Addams qui occupent tout l’espace par rapport au reste de son corps, ou le corps cette fois trop petit et insignifiant d’Agostino qui ne parvient pas à occuper l’espace ou encore le corps de Phil qui, de jeune garçon, devient jeune adulte en l’espace de quelques jours seulement. Ce sont les corps morcelés impossibles à saisir dans leur entièreté, les corps qui ne se reconnaissent pas et accueillent une forme de schizophrénie, la haute subjectivité appliquée à la temporalité qui déforment les corps, autant d’outils poétiques qui donnent à voir avec force l’instabilité dont est traversée l’adolescence.

 

Textes de référence : lectures obligatoires

 

-          Carson Mc Cullers, Frankie Addams, Ed. Stock, coll. Le livre de Poche, 2013, traduction française Jacques Tournier

-          Alberto Moravia, Agostino, Flammarion, Paris, 1983, traduction française de Marie Canavaggia

-          Colette, Le blé en herbe, Garnier-Flammarion, 1969

 

Bibliographie

 

Vous pouvez consulter les deux textes étrangers en version originale, le roman de Carson Mc Cullers se trouve à la bibliothèque Henri Guillemin dans les œuvres complètes ou dans l’édition suivante : Mc Cullers, Carson, The Member of the wedding, Bantam Pathfinder Editions, 1950. Celui de Moravia se trouve à la bibliothèque L.E.A dans l’édition suivante : Moravia, Alberto, Agostino, Bompiani, Milano, 1988

Et éventuellement :

-          Dupont, Jacques, Physique de Colette, Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 2003

-          Gleeson-White, Sarah, Strange bodies : gender and identity in the novels of Carson Mc Cullers, University of Alabama Press, Tuscaloosa, 2003 (disponible sur le site bookzz.org

-          Adams, Rachel : « A mixture of delicious and Freak : the queer fiction of Carson McCullers », article consultable en PDF sur internet

 

 Évaluation :

 1ère session : Contrôle continu

2e session : régime général et dispensés : oral de 30 minutes. 

Matières dispensées

< Liste des matières

footer-script