Lire et écrire en philosophie 1 - Université Bordeaux Montaigne

Lire et écrire en philosophie 1

Crédits ECTS : 3

Volume horaire CM : 12

Volume horaire TD : 12

Code ELP : LEP1T4M2

Composante : UFR Humanités

Période de l'année : Semestre 1

Mobilité d'études : oui

Description

La maîtrise des affects : liberté, désir et bonheur au XVIIe siècle.

La philosophie pratique développée par les philosophes du xviie siècle (Descartes, Spinoza, Leibniz) s’organise autour d’une conception générale de l’homme, qui repose sur un problème légué par Descartes, et resté vivace dans le champ contemporain : celui de la nature de l’union de l’âme et du corps. À partir de ce problème théorique de l’union des états mentaux et des états corporels, et des questions qui lui sont corrélées (différentes relations corps-pensée, ou matière-esprit, possibilité de la liberté, spécificité de l’action humaine), la question « pratique » qui se pose, pour des philosophes soucieux de proposer une problématisation philosophique précise du concept de bonheur, est celle la « maîtrise des affects », et plus largement de la vie affective.

Parler de « maîtrise des affects » implique en effet l’idée que les affects, dans leur pluralité (amour, haine, colère, joie, jalousie, peur, etc), peuvent s’imposer à celui qui les éprouve indépendamment de sa volonté, lui imposant ainsi une servitude, une passivité, et, concrètement, une expérience de la tristesse et de la difficulté d’exister ; une conquête du bonheur impliquerait alors de se constituer une affectivité plus « forte », et des désirs qui n’excluraient pas, mais se concilieraient, voire se confondraient avec la liberté. Dans quelle mesure pouvons-nous être ainsi maîtres de nos affects et de nos désirs ? Sommes-nous libres de les diriger et de les tempérer par le moyen de notre volonté (Descartes), ou devons-nous conquérir cette liberté dans un monde entièrement déterminé qui exclut le libre-arbitre et le contrôle de l’âme sur ses passions et sur le corps (Spinoza) ?

L’enjeu du cours sera de montrer comment les philosophes de l’âge classique étayent une philosophie pratique sur la base de positions métaphysiques impliquant des théories de l’homme, du corps, de l’esprit, et du statut de l’individualité dans la nature.

Bibliographie

Lectures conseillées en priorité : Descartes, la quatrième « méditation » et les Passions de l’âme ; Spinoza, parties 3 et 4 de l’Éthique et les commentaires de Chantal Jaquet et Deleuze (chapitres 2 et 3) ; Leibniz, le Discours de Métaphysique.

Orientation bibliographique :

Sources principales

Descartes R., Méditations métaphysiques, Paris, GF Flammarion, 1992.

–, Passions de l’âme, Paris, GF Flammarion, 1996.

–, Correspondance avec Elisabeth et autres lettres, Paris, GF Flammarion, 1989.

Spinoza B., Traité de la réforme de l’entendement. Court traité. Les principes de la philosophie de Descartes. Pensées métaphysiques, Paris, GF Flammarion, 1964.

–, Traité politique. Lettres, Paris, GF Flammarion, 1966.

Éthique, présenté, traduit et commenté par B. Pautrat, Paris, Seuil, 1988.

Leibniz, Essais de théodicée, édition établie par J. Brunschwig, Paris, GF-Flammarion, 1969.

–, Nouveaux essais sur l’entendement humain, édition établie par J. Brunschwig, Paris, GF-Flammarion, 1990.

Discours de métaphysique ; Monadologie, édition établie par M. Fichant, Paris, Folio Essais, 2004.

Pascal B., Pensées. Opuscules et lettres, édition établie par Philippe Sellier, Paris, Classiques Garnier, 2011.

Littérature secondaire

Deleuze Gilles, Spinoza philosophie pratique, Paris, éd du Minuit, 1981.

Jacquet Chantal, L’unité du corps et de l’esprit : affects, actions et passions chez Spinoza, Paris, PUF, 2015.

Ong-Van-Cung, Kim Sang, Descartes, Paris, Hachette, 2002.

Lalanne Arnaud, Apprendre à philosopher avec Leibniz, Paris, Ellipses, 2015.

Severac Pascal, Spinoza : union et désunion, Paris, Vrin, 2011.

Gouhier Henri, Blaise Pascal, Conversion et Apologétique, Paris, Vrin, 1986."

< Liste des matières

footer-script