Géographie 51 - Université Bordeaux Montaigne

Géographie 51

Crédits ECTS : 4

Volume horaire CM : 18

Volume horaire TD : 18

Code ELP : LBG5U5

Composante : UFR Humanités

Période de l'année : Semestre 5

Description

Dans le cadre de ce cours, nous aborderons les ressources comme un ensemble de supports comprenant à la fois les matières premières. Mais aussi  les ressources renouvelables ou celles non renouvelables. La géostrategie mondiale s’est désormais concentrée sur ces ressources pour trois raisons majeures : 

-  Nous sommes de plus en plus nombreux. Plus de 7 milliards actuellement et probablement près de 10 milliards en 2050. 

-  Nous avons opté pour un modèle de société basé sur la société de consommation à outrance. 

-  La dissociation entre les espaces de consommation et de production génère une pression toute particulière sur le transport de  ressources. À partir de ce constat, chaque État tente de pérenniser et sécuriser ses approvisionnements énergétiques. 

 

La première partie de ce cours se concentrera sur les différents types de ressources disponibles, leurs contraintes d’exploitation et les enjeux liés à leur transport. 

La deuxième partie portera sur les enjeux géopolitiques. La tension sur les ressources énergétiques, hydriques et agro-alimentaires liée à l’accès au marché des pays émergents restructure l’architecture mondiale et donne à la géopolitique de nouvelles priorités

Les vecteurs de la puissance dépendent de plus en plus de la politique de sécurisation des ressources. Nous sommes en présence d’une nouvelle configuration, celle de deux puissances, deux hyperpuissances : les États-Unis et la Chine qui assoient de plus en plus leur pouvoir sur le contrôle de ces ressources. Cette rivalité sourde fait émerger des nouveaux lieux, les nœuds géostratégiques, convoités par les États-Unis et la Chine. Dans cette deuxième phase de la troisième mondialisation, il ne s’agit donc pas d’asseoir sa domination sur le Heartland ou le Rimland mais de s’implanter, par une stratégie souple, dans des zones de forte production des ressources.

Après la crise économique de 2008, on entre dans une phase conceptuelle où la rareté des ressources, et la prise de conscience de cette rareté nous font entrer dans une nouvelle phase, celle d’une géopolitique et d’une lutte des puissances où la force provient d’une maîtrise obsédante des ressources énergétiques, agroalimentaires et hydriques. C’est donc une géopolitique objectale c’est-à-dire que le vecteur de puissance passe par le contrôle des objets ressources et non plus des territoires qui se met en place. La géopolitique objectale repose en effet sur le contrôle des ressources comme seul vecteur de puissance et s’oppose à la géopolitique zonale où le vecteur de puissance passe par le contrôle d’une région ou du monde.

Enfin, nous aborderons dans un troisième point les solutions alternatives à l’exploitation des ressources telle que nous la concevons actuellement.

Bibliographie

Les ouvrages les plus importants sont signalés par un astérisque.

« La bataille de l’énergie », Questions internationales, n° 24, mars-avril 2007.

Blanchon David, Atlas mondial de l’eau. De l’eau pour tous ?, Paris, Autrement (AtlasMonde), 2009, 79 p.

*Blanchon David, « L’eau, une ressource menacée ? », La Documentation photographique, n° 8078, novembre-décembre 2010.

Chauvin Emmanuel, Lavie Émilie, Magrin Géraud, Perrier Bruslé Laetitia et Redon Marie (dir.), Ressources mondialisées. Essais de géographie politique, Paris, Publications de la Sorbonne (Territoires en mouvement), 2015, 336 p.

*« Géopolitique de l’énergie », Hérodote, n° 155, septembre 2014.

*Mérenne-Schoumaker Bernadette, Atlas mondial des matières premières : des besoins croissants, des ressources limitées, Paris, Autrement (Atlas-Monde), 2015 (2e éd.), 96 p.

*Mérenne-Schoumaker Bernadette, Géographie de l’énergie. Acteurs, lieux et enjeux, Paris, Belin (Belin sup), 2011 (nlle éd.), 279 p.

< Liste des matières

footer-script