Préparation Agrégation interne d'Espagnol - Université Bordeaux Montaigne

Préparation Agrégation interne d'Espagnol

Présentation

Description

Agrégation Interne d’Espagnol

INSCRIPTIONS 2016-2017 : pour toute demande d'inscription, veuillez contacter la Direction de la Scolarité à l'adresse : scolarite@u-bordeaux-montaigne.fr. (scolarite @ u-bordeaux-montaigne.fr;)en précisant l'intitulé de la formation à laquelle vous souhaitez vous inscrire, en joignant un CV détaillé (IMPORTANT : indiquez si vous avez déjà été inscrit dans notre université) (tél. : 05 57 12 44 02). Les dossiers de candidature seront disponibles à partir du 27 juin 2016. Les inscriptions administratives ouvriront le 11 juillet 2016.  Le seuil d'ouverture est fixé à 10 inscrits.

Réunion d'information : le LUNDI 27 JUIN 2016 à 17 heures (Amphi Renouard). Des réunions par discipline se dérouleront par la suite.

Session 2016

Le Département d’Études Ibériques, Ibéro-américaines et Méditerranéennes de l’Université Bordeaux Montaigne offre pour la session 2016 une préparation aux épreuves écrites d’admissibilité et aux épreuves orales d’admission à l’Agrégation interne d’espagnol.

L’entraînement à la traduction (thème et version) accorde une place centrale à l’explication de « faits de langue ». Les quatre questions de littérature et de civilisation sont traitées par des spécialistes de chacun des domaines et aires géographiques auxquels elles renvoient. Les connaissances attendues pour chacune des questions sont, dès le début de la préparation, confrontées aux compétences méthodologiques attendues des candidats tant dans les épreuves d’admissibilité que d’admission au concours. Un suivi individuel est garanti à chaque inscrit. L’organisation d’un concours blanc début janvier, noté individuellement et corrigé lors de la dernière séance de cours, vient clore la préparation à l’écrit. Les épreuves d’admission sont préparées dès début février -l’épreuve professionnelle est quant à elle préparée dès début novembre- et consistent en un entraînement régulier proposé aux candidats sous la forme de colles.

Les cours se déroulent le mercredi matin et après-midi du 9 septembre 2015 à début avril 2016 et sont assurés par une équipe d’enseignants chercheurs expérimentés, qui mettra tout son savoir et son savoir-faire au service de la réussite des candidats inscrits.

 Épreuves

 Descriptif des épreuves de l'agrégation interne et du concours d'accès à l'échelle de rémunération des professeurs agrégés (CAERPA) section langues vivantes étrangères : allemand, anglais, arabe, chinois, espagnol, hébreu, italien, langue et culture japonaises, néerlandais, polonais, portugais, russe.

Les épreuves sont notées de 0 à 20. Pour toutes les épreuves, la note zéro est éliminatoire. Lorsqu'une épreuve comporte plusieurs parties, la note zéro obtenue à l'une ou l'autre des parties est éliminatoire.

Épreuves écrites d'admissibilité

Composition en langue étrangère portant sur le programme de civilisation ou de littérature du concours

  • Durée : 7 heures
  • Coefficient 1

Traduction 

  • Durée : 5 heures
  • Coefficient 1

Thème et version assortis de l'explication en français de choix de traduction portant sur des segments préalablement identifiés par le jury dans l'un ou l'autre des textes ou dans les deux textes.

Épreuves orales d'admission

Exposé de la préparation d'un cours suivi d'un entretien

  • Durée de la préparation : 3 heures
  • Durée de l'épreuve : 1 heure maximum (exposé : 40 minutes maximum ; entretien : 20 minutes maximum)
  • Coefficient 2

L'épreuve prend appui sur un dossier composé d'un ou de plusieurs documents en langue étrangère (tels que textes, documents audiovisuels, iconographiques ou sonores) fourni au candidat.

Explication en langue étrangère d'un texte extrait du programme, assortie d'un court thème oral improvisé et pouvant comporter l'explication de faits de langue

  • Durée de la préparation : 3 heures
  • Durée de l'épreuve : 1 heure maximum (exposé : 30 minutes maximum ; entretien : 30 minutes maximum)
  • Coefficient 2

L'explication est suivie d'un entretien en langue étrangère avec le jury  Une partie de cet entretien peut être consacrée à l'écoute d'un court document authentique en langue vivante étrangère, d'une durée de trois minutes maximum, dont le candidat doit rendre compte en langue étrangère et qui donne lieu à une discussion en langue étrangère avec le jury.

Les choix des jurys doivent être effectués de telle sorte que tous les candidats inscrits dans une même langue vivante au titre d'une même session subissent les épreuves dans les mêmes conditions.

 Programme

 1 – Ana García Bergua, « Isla de bobos »

Édition de référence: México, ERA, 2014 (réédition prévue 1er juin 2014)

A partir d’un épisode quasiment oublié de l’Histoire nationale mexicaine, Ana García Bergua (romancière, nouvelliste et journaliste née en 1960 à Mexico) réinvente le destin tragique de la garnison militaire assignée en 1905 à la surveillance de l’îlot de Clipperton, situé au large des côtes mexicaines dans l’Océan Pacifique et dont la seule richesse est le guano produit par ces oiseaux marins qui donnent son titre au roman. L’épisode historique, malgré la parution d’articles dans les journaux mexicains, semble avoir été enterré, tout comme les militaires exterminés par le scorbut ou engloutis dans les eaux féroces du Pacifique, tout comme les veuves et enfants finalement rescapés de l’enfer insulaire en 1917 mais méprisés par les gouvernements révolutionnaires de Carranza et d’Obregón. Isla de bobos (2007) est le regard d’une auteure mexicaine sur l’Histoire nationale, un regard qui tire de l’oubli l’île perdue et la garnison abandonnée. Il s’inscrit dans le processus postmoderne de fictionnalisation de l’Histoire, mais il déborde le triste épisode mentionné car il invite à réfléchir sur la considération des femmes par la société mexicaine du Porfiriat et de la Révolution : l’un et l’autre régime politique assujettissent le sujet féminin à la volonté masculine et le relèguent à un rôle subalterne. L’écriture élégante et pointue d’Ana García Bergua fait preuve de vivacité et de pertinence en choisissant comme principe organisateur de la narration l’alternance des temps et des voix (au style direct ou indirect libre), procédé qui met sur le devant de la scène romanesque les acteurs obscurs de l’Histoire, réélaborant un discours multiple qui déconstruit le discours officiel : le lecteur écoute non seulement la voix du lieutenant Soulier, représentant de l’armée fédérale en charge de l’administration de l’îlot, mais aussi celle du gardien de phare devenu le tortionnaire des veuves et des enfants, et surtout celles des femmes, tatouées par le rêve et la désillusion. Le roman est ainsi une mosaïque représentative de la société et de l’Histoire mexicaine, qui fouille certains destins choisis, ceux de personnages assez fous, comme les oiseaux, pour avoir cru au paradis de l’île de K.

 2 – Esclavage et économie de plantation à Cuba (1789-1886)

Présent depuis les premiers temps de la colonisation de l’île, l’esclavage connut, à la fin du XVIIIe siècle, un essor rapide à Cuba grâce à la libéralisation du commerce négrier espagnol entre l’Europe, l’Afrique et l’Amérique. La population servile atteignit ainsi, en quelques décennies, plusieurs centaines de milliers de personnes, principalement employées dans la culture de la canne à sucre et du café. Il s’agira d’étudier, depuis la libéralisation de la traite en 1789 jusqu’à l’abolition de la servitude en 1886, les aspects démographiques, sociaux, politiques et juridiques de l’esclavage à Cuba, en situant le phénomène dans le cadre du développement spectaculaire de l’économie de plantation.

 Documents pouvant faire l'objet d'une épreuve orale (ELE) :

Manuel Lucena Salmoral, Regulación de la esclavitud negra en las colonias de América

Española (1503-1886), Universidad de Alcalá/Universidad de Murcia, 2005. Pourront faire

l’objet d’une épreuve orale les documents n°303 à 425 portant la mention « Cuba » ou bien

 « General ».

 3 - La deuxième partie de Don Quijote de la Mancha : les grands enjeux d’un texte fondateur

L’année 2015 marque le quatre-centième anniversaire de la publication de la deuxième partie du Don Quichotte. Ce texte, à la bibliographie immense, à l’origine d’une création artistique considérable (textes, images, films) encore vivace à l’époque contemporaine, résonne aujourd’hui d’une nouvelle modernité. C’est pourquoi le jury n’attendra pas des candidats une approche érudite mais une connaissance fine de l’ouvrage et une maîtrise des grands enjeux posés par le texte cervantin. Ils seront ainsi invités à se pencher tout particulièrement sur les axes de réflexion essentiels suivants :

- l’architecture du texte : le jeu avec les instances narratives et les niveaux d’énonciation ainsi que les différents points de vue qu’il permet, la présence de récits intercalés et le lien qu’ils entretiennent avec la trame principale, les modalités d’insertion, le rôle et la portée de certains épisodes dans l’économie générale de l’œuvre (le séjour chez les Ducs, la grotte de Montesinos pour ne citer qu’eux), le traitement du temps et de l’espace (le parcours, le chemin, la venta, la rencontre, etc.).

- la dimension métalittéraire de l’ouvrage, la réflexion que le texte opère sur l’écriture, sur la littérature et sur ses codes, les rapports entre réalité et fiction, la question de la vraisemblance.


- la construction et l’évolution des personnages dans le sens d’une complexité et d’une ambiguïté croissantes, la relation mouvante du héros avec l’idéal chevaleresque, avec l’imaginaire pastoral dans cette deuxième partie de l’œuvre, la transformation du personnage de Sancho.

- la prégnance de l’humour sous toutes ses formes dans l’œuvre, la culture comique chez Cervantès, les catégories de l’ironie, de la parodie et du burlesque qui demanderont à être interrogées ;
- les enjeux idéologiques sous-jacents, notamment en matière de réflexion morale, sociale, politique et littéraire, l’écriture cervantine comme dialogue avec les codes (folkloriques, littéraires et culturels notamment) ou avec des pré-textes et comme réponse à d’autres textes. Ces aspects conduiront les candidats à examiner la présence, chez Cervantès, d’un héritage humaniste européen qui apparaît particulièrement menacé à l’aube du XVIIe siècle, ainsi qu’à réfléchir à la portée féconde de l’œuvre dans la culture occidentale.

Seule la deuxième partie du Don Quichotte est retenue, mais la lecture de la première partie est bien évidemment indispensable. L’étude de la deuxième partie conduira tout naturellement à examiner la nouvelle complexité acquise par la folie de Don Quijote et, plus largement, par les personnages, la place laissée à l’ambigüité, à la polysémie, bref, en un mot, à la liberté et à la pluralité (de lectures, d’options, de visions, d’interprétations) au sein du texte cervantin.

Edition de référence :

- Miguel de Cervantes, Don Quijote de la Mancha [1605-1615], éd. F. Rico, Madrid, Punto de Lectura, 2007.

4 – Goya dans l’Espagne du XIXe siècle : entre portraits de cour et images de guerre (1800-1815)

Les années 1800-1815 qui correspondent à la fin du règne de Charles IV, à la guerre de l’Indépendance et au rétablissement de l’absolutisme avec le retour de Ferdinand VII, constituent aussi un tournant critique dans la vie et l’œuvre de Goya. En 1800 Goya, qui vient d’être nommé Premier Peintre de la Chambre du Roi, a atteint le sommet de la hiérarchie sociale et artistique : La Familia de Carlos IV marque l’apogée de sa carrière aulique. Mais l’invasion napoléonienne et le soulèvement du 2 mai 1808 ouvrent une période de crise politique, idéologique et économique quibouleverse toutes les situations acquises. En 1815 Goya, qui a dû comparaître devant une « Commission de Purification » en raison des fonctions qu’il avait continué d’exercer sous le règne du « roi intrus », est peu apprécié par le monarque et prend ses distances par rapport à la Cour. Un éloignement volontaire dont témoigne le bel autoportrait de 1815 conservé au Musée du Prado. Dans le même temps son œuvre récente demeure inconnue du public : les Desastres de la guerra, qu’il a gravés de 1810 à 1815, ne seront édités qu’en 1863. Quant aux deux grands tableaux historiques du Dos de Mayo et du Tres de Mayo, peints en 1814, ils ne seront inscrits qu’en 1872 au catalogue du Musée du Prado.

La question proposée invite les candidats à s’interroger sur les vicissitudes de la vie de Goya en relation avec la crise politique de l’Espagne de son temps et sur la signification et la portée de son œuvre produite au cours de ces quinze premières années du XIXe siècle. La réflexion, à la fois historique, idéologique et esthétique, pourra porter en particulier sur les sujets suivants :

- l’artiste courtisan, protégé par Charles IV et par Godoy, portraitiste de l’aristocratie, mais aussi de la bourgeoisie d’affaires et des membres de l’élite éclairée,
- l’homme des Lumières, déchiré entre son patriotisme et ses idées libérales, dont l’attitude pendant l’occupation française a donné lieu à des jugements contradictoires de la part des historiens,

- l’artiste engagé qui, dans le secret de son atelier, grave le réquisitoire le plus terrible contre les atrocités de la guerre et la folie meurtrière des hommes,
- les implications éthiques et politiques de l’engagement de Goya, acteur et témoin de l’Histoire.
Au niveau esthétique, on s’interrogera sur :

- les genres, notamment la rupture avec la tradition du portrait royal dans La Familia de Carlos IV, avec celle de la représentation du nu dans La maja desnuda et avec celle de la peinture d’histoire dans le Dos de Mayo ou le Tres de Mayo,
- le respect et/ou les ruptures avec l’académisme de l’époque : le choix des dimensions et des formats des œuvres, le positionnement de la lumière, la richesse de la palette chromatique, la diversité des compositions qui structurent les images (gravures, tableaux...), tout ce qui permet une meilleure lecture et compréhension des œuvres goyesques.

***

La bibliographie complète est accessible sur le site du gouvernement à l'adresse suivante :

http://cache.media.education.gouv.fr/file/agreg_interne/10/8/p2016_agreg_int_lve_espagnol_411108.pdf

Le calendrier détaillé de la préparation sera donné ultérieurement.

Document du 06/05/2015, élaboré par Ghislaine Fournès, responsable agrégation  interne espagnol

Contact : gh.fournes@club-internet.fr

Comment s'inscrire ?

footer-script