SID offre 2017-2018 - Université Bordeaux Montaigne

Offre scientifique

Séminaires interdisciplinaires doctoraux

Programmation 2017 - 2018

  1. Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb (VIIè-Xvè siècle)
  2. Cartographie critique et cartographie participative : quels outils pour quelles approches en sciences sociales ?
  3. La révolution silencieuse : femmes-hommes. III. "Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle"
  4. Archives : preuve et témoignage en questions, sur petit et grand écran
  5. La révolution silencieuse : femmes-hommes. IV. "Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle"
  6. Penser la séparation du politique et du religieux en Asie à l'époque moderne et contemporaine : traduction et invention dans la production des terminologies et des normes
  7. Violence et sacré en Méditerranée. Pour un dialogue humaniste entre islam et Occident [En hommage à Mohamed Arkoun]
  8. Lectures croisées des écrits du for privé autour d'Antoine Gautier
  9.  "Spolia" : le remploi de vestiges antiques au Moyen-Age

 S'inscrire aux formations

Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb (VIIè-Xvè siècle)

Organisé par Yann Dejugnat

Du lundi 2 octobre au jeudi 5 octobre 2017, 9h00-17h00 / Séminaire externalisé à Bielle (64)

Présentation 

 

Cartographie critique et cartographie participative : quels outils pour quelles approches en sciences sociales ?

Organisé par Irène Hirt                                                                     Programme

Mardi 14 novembre 2017, 9h00-17h00 / MSHA salle 2 
Attention ! changement en salle des stages de la Maison des Suds 

 Les sciences sociales, dont la géographie, l’anthropologie ou la sociologie, s’intéressent depuis plusieurs décennies aux usages sociaux des outils, du langage et des représentations cartographiques : pourquoi et comment les acteurs sociaux produisent et utilisent-ils des cartes et des systèmes d’information géographique (SIG) ? Dans quelle mesure les relations de pouvoir structurent-elles les modes d’élaboration et les usages sociaux des cartes et des SIG ? Ces approches, qualifiées par les géographes anglophones de « cartographie critique », cherchent à analyser le contexte socio-politique et les processus sociaux par lesquels les cartes sont produites et mobilisées, ainsi que les intérêts, souvent implicites, qui se cachent derrière ces cartes. Elles rendent également compte de la démocratisation récente de la cartographie, et de l’importance prise par les méthodes participatives dans ce mouvement. Du fait de l’implication fréquente des chercheurs dans les projets de cartographie participative qu’ils analysent, et donc de leur rôle simultané d’acteur et d’observateur, la cartographie critique se caractérise également par une dimension réflexive importante. Enfin, le succès de la carte sur Internet et l’émergence de nouvelles façons de lire ou d’écrire l’espace font renaître les mythes de l’objectivité des cartes. Si ces croyances ne résistent pas à l’analyse critique, elles en complexifient la mise en œuvre et ouvrent de multiples perspectives de recherche qui nécessitent de nouvelles alliances disciplinaires (avec les humanités digitales notamment).

L’objectif de cette journée est de donner l’occasion aux étudiant(e)s de master et doctorat de se familiariser avec ce champ de savoir, tout en profitant de l’expérience de plusieurs chercheur(e)s et enseignants-chercheurs de l’UMR Passages et d’un invité extérieur sur le sujet. Dans une première partie, nous proposerons un cadrage théorique et historique commun aux différentes approches de la cartographie critique. Dans la deuxième partie de ce séminaire, la présentation et l’analyse critique de plusieurs expériences et projets de recherche sera l’occasion de montrer comment chacun conçoit, analyse et met en pratique ses approches de la cartographie critique et les outils de la cartographie participative. Ces études de cas permettront également d’engager une réflexion éthique sur les enjeux de la participation. Dans la troisième séquence, nous envisagerons les points de convergence et de divergence des façons d’aborder les cartes et leurs usages sociaux, et les différentes filiations disciplinaires dans lesquelles elles s’inscrivent (sciences de l’ingénieur, géomatique, géographie, aménagement du territoire, anthropologie, sciences de l’information et de la communication, etc.). Enfin, la dernière séquence permettra, tout en synthétisant les discussions de la journée, d’ouvrir le débat sur le savoir-faire multi-disciplinaire à engager pour envisager un prolongement, voire un renouvellement de la cartographie critique.  

La révolution silencieuse : femmes-hommes. III. "Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle"

Organisé par Danièle James-Raoul et Gwénaëlle Le Gras

Lundi 11 décembre 2017, 9h00-17h00 / MLR001                         Programme

 Dans les rapports sociaux de sexe et les questions sur le genre ou la représentation des femmes, nous aimerions nous intéresser, au fil du temps  et de manière pluridisciplinaire, à la figure de la vieille femme ou de la femme vieillissante : quelles sont ses spécificités, sa place, son rôle ou ses fonctions, son image ou son imagerie dans la littérature, les arts, la société ? C’est ce que voudrait aborder ce premier de deux séminaires interdisciplinaires doctoraux, placé sous l’égide du célèbre vers de Ronsard, qui met en exergue comment la vieillesse de la femme peut être une hantise ou une menace…

Le SID fera porter la réflexion sur la figure de la vieille femme dans la diachronie ce qui permettra de contextualiser le problème au niveau de l’histoire des mentalités occidentales et de mettre en perspective la question telle qu’elle apparaît aujourd’hui (objet du second SID).

On pourra, par exemple, s’intéresser aux personnages de la vetula, légué par l’Antiquité classique ou de la sorcière, élaboré à la fin du Moyen Âge, qui illustrent toutes deux des fantasmes de répulsion ou de méfiance, aux réalités physiologiques qui, selon la théorie des humeurs en vigueur jusqu’à l’époque moderne, amènent à envisager la femme ménopausée comme un être empoisonné et donc dangereux, ou encore à l’histoire des mentalités qui associent allègrement vieillesse, laideur et décrépitude : la beauté flétrie peu décorative est certes déconsidérée, mais elle gage l’absence de ce risque qu’est la séduction et permet ainsi d’autant plus aisément, semble-t-il, la reconnaissance d’un capital d’expérience acquis et l’accès à des postes valorisants ou des fonctions censément vertueuses.

Archives : preuve et témoignage en questions, sur petit et grand écran

Organisé par Clément Puget

Vendredi 15 décembre 2017, 9h30-17h30 / MSHA salle 2              Programme

 Ce séminaire à destination des doctorants (et des étudiants de Master) se propose d’aborder, pendant 1 journée, le thème des archives audiovisuelles diffusées sur des supports aussi divers que le cinéma, la télévision, le web ou le jeu vidéo.

Les 3 chercheurs et doctorants invités à intervenir présenteront successivement des analyses d’usages audiovisuels des archives sur des thèmes et périodes allant de la Première Guerre mondiale aux révolutions en Amérique latine en passant par la Seconde Guerre mondiale et le conflit vietnamien.

La journée s’achèvera par la projection commentée de films d’étudiants réalisés dans le cadre du Master parcours profesisonnel « Documentaire et archives ».

 

La révolution silencieuse : femmes-hommes. IV. "Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle"

Organisé par Danièle James-Raoul et Gwénaëlle Le Gras

Lundi 22 janvier 2018, 9h00-17h00 / MLR001                               Programme

 Dans les rapports sociaux de sexe et les questions sur le genre ou la représentation des femmes, nous aimerions nous intéresser, au fil du temps  et de manière pluridisciplinaire, à la figure de la vieille femme ou de la femme vieillissante : quelles sont ses spécificités, sa place, son rôle ou ses fonctions, son image ou son imagerie dans la littérature, les arts, la société ? C’est ce que voudrait aborder à son tour ce second séminaire interdisciplinaire doctoral placé lui aussi sous l’égide du célèbre vers de Ronsard, qui met en exergue comment la vieillesse de la femme peut être une hantise ou une menace…

Le SID adoptera une perspective synchronique. Il s’intéressera, de manière plus spécifique, aux conséquences économiques, sociales et organisationnelles dans la société contemporaine du vieillissement féminin de la population des pays occidentaux et notamment européens : si le phénomène bien connu de l’accroissement démographique des seniors est en soi inédit au sein de la population globale (rapport 2012 de la Commission européenne sur le vieillissement), il se double d’un autre phénomène important, mais moins discuté : sa féminisation. Il est donc particulièrement d’actualité de revenir sur la construction historique et socioculturelle du vieillissement au féminin pour en comprendre tous les enjeux, plus que jamais d’actualité…

À l’époque où les baby-boomers partent en retraite, les limites de ce qui constitue la « vieillesse » n’ont jamais semblé plus fluides, et le vieillissement n’a jamais été présenté par les annonceurs et les commerçants d’une manière plus dynamique. Cependant, cette « révolution grise » connaît aussi une certaine persistance du double standard (Sontag, 1972) : il semble assurément toujours plus délicat de vieillir pour une femme que pour un homme. Pénalisation d’un côté, bonification de l’autre : l’actualité récente en témoigne aisément, si l’on en juge par le différentiel présenté dans le traitement médiatique des couples présidentiels Brigitte et Emmanuel Macron, d’une part, Melania et Donald Trump, d’autre part, pourtant tous deux caractérisés par la même différence d’âge (mais en sens inverse) entre époux… L’on constate également qu’avec la ménopause, les femmes deviennent ordinairement comme invisibles dans les médias, contrairement aux hommes du même âge : voilà qui illustre et reproduit à son tour de manière sensible la hiérarchie entre les sexes, l’assignation des femmes à la fécondité et les images péjoratives associées au vieillissement féminin. On pourra aussi interroger les rares représentations qui existent, placées sous les feux des projecteurs, rejetées à la marge, voire évacuées, et qui offrent de sortir des traditionnels emplois réputés féminins, uniquement définis par rapport à une fonction biologique et familiale.

Penser la séparation du politique et du religieux en Asie à l'époque moderne et contemporaine : traduction et invention dans la production des terminologies et des normes

Organisé par Eddy Dufourmont

Mardi 13 février 2018, 9h00-17h00 / MLR001

 Etudier à l’échelle mondiale la question de la séparation du politique et du religieux, avec celles de la sécularisation et de la laïcité, liées à elle, est une nécessité urgente dans le monde actuel et a une implication évidente dans le développement de la démocratie. Si la plupart des recherches se sont surtout intéressées à l’Europe et aux Etats-Unis, il existe des tentatives pour envisager le phénomène à une échelle globale et ne pas considérer par exemple que la laïcité soit nécessairement circonscrite à la France. Tel est notamment le cas de Jean Baubérot qui a proposé un modèle de laïcisation applicable à tous les pays (Laïcités sans frontières, 2011). Cette tentative, une parmi d’autres (on peut envisager celle de Bhargava, Asad ou celle des modernités multiples), doit être discutée et poursuivie de manière plus empirique selon les régions du monde. Je voudrais apporter une contribution en m’intéressant particulièrement au Japon et à l’Asie, et ce à partir des ressources locales qu’offre Bordeaux Montaigne, où les études asiatiques sont en plein développement, ainsi qu’avec des partenariats avec des collègues extérieurs.

 Il s’agira durant les 6 heures du format de montrer aux étudiants comment la recherche essaie de traiter la question de la séparation du politique et du religieux à partir des interrogations suivantes : dans quelle mesure les notions de sécularisation/laïcisation et d’Etat séculier sont pertinentes en Asie ? Existe-t-il des similitudes entre les différents pays d’Asie ? Quelles ressources ont permis ou empêché d’adopter ces concepts forgés en Europe ?

 Bien entendu, étant spécialiste de l’histoire intellectuelle du Japon, mon apport personnel concernera ce dernier pays. Mais j’entends promouvoir une approche transdisciplnaire et transnationale, en associant d’autres collègues. En effet, le format envisagé peut être celui d’une journée d’études, pour lequel je voudrais faire participer des doctorants (Hélène Voyau et tout autre doctorant d’UBM intéressé), des collèges de l’UBM de chinois et de japonais (Rémi Castets, Fabienne Duteil-Ogata etc.) ainsi que de l’Université de Bordeaux (Pierre Vendassi), de Paris (Pascal Bourdeaux-EPHE, Marie-Dominique Even-CNRS etc) et de l’étranger (André Laliberté etc)

Violence et sacré en Méditerranée. Pour un dialogue humaniste entre islam et Occident
[En hommage à Mohamed Arkoun]

Organisé par Mounira Chatti

Mercredi 4 avril 2018, 9h00-17h00 / MLR001

 Ce SID invite doctorants, jeunes chercheurs et enseignants-chercheurs de différents horizons disciplinaires à interroger les tensions entre le monde occidental et l’islam à la lumière des notions de « violence » et de « sacré », et en hommage à Mohamed Arkoun (1928 – 2010). « Il y a eu une pensée humaniste arabe dans tout le Moyen Âge, fondée sur la philosophie, la morale et la religion, rappelle Arkoun. Que s’est-il passé pour que nous ne puissions plus en parler au présent ? Qu’est devenu cet humanisme tolérant ? » (Le Monde, 2001) La perspective de Braudel, selon laquelle il faut regarder tous les protagonistes qui ont façonné le visage des peuples de la Méditerranée, se révèle centrale dans la critique de l’histoire islamique et occidentale. Les combats d’Arkoun s’inscrivent du côté de ce qu’il appelle la « raison émergente » : « Celle-ci assume les poids historiques des passés des sociétés où s’exerce sa vigilance critique ; elle demeure à l’affût de tous les événements herméneutiques porteurs d’avenir humaniste s’ils sont lus avec une totale honnêteté intellectuelle » (Humanisme et islam, 2005). La « raison émergente » déploie un regard et des outils de pensée dans le but de renouveler les usages antérieurs de la raison sur les registres religieux, philosophiques et anthropologiques. Arkoun élabore une méthode de travail qui permet de mettre en application les trois opérations méthodologiques et épistémologiques exprimées par les verbes « transgresser, déplacer, dépasser » : « L’idée principale ici est que l’historien moderne doit abattre les cloisons entre les disciplines, restituer les modes de pensée et de catégorisation répandus dans les passés étudiés tout en fournissant les conceptualisations nécessaires pour les déplacer vers notre espace d’intelligibilité et ainsi dépasser leur outillage mental obsolète ou artificiellement propagé dans le discours religieux, la mythoidéologie nationaliste et les simplifications de la transmission scolaire » (Ibid.). La déconstruction des représentations mythologiques, nationalistes ou fantasmatiques constitue la réponse la plus efficace à la violence fondamentaliste. 

Lectures croisées des écrits du for privé autour d'Antoine Gautier

Organisé par Laurent Coste

Mardi 10 avril 2018, 15h00-18h00 / MLR001

 Dans le prolongement du séminaire interdoctoral de décembre 2015 qui avait réuni historiens, historiens de l’art, musicologues, littéraires  (journée qui a abouti en mai 2017  à la publication d’un ouvrage aux PUB), l’objectif est de montrer l’intérêt pour de nombreuses disciplines d’utiliser les écrits intimes et de les associer aux outils habituellement utilisés.
Le journal intime d’Antoine Gautier, maire de Bordeaux de 1849 à 1860, sera analysé par trois doctorants :
Quentin Courcelas (doctorant de Laurent Coste) abordera la question de la politique locale. 
Philippe Baumert (docotyarant d’Hélène Velasco) présentera l’intérêt du journal pour l’étude de la viticulture ancienne. 
Jean-François Figeac (doctorant de Jacques-Olivier boudon, Paris-Sorbonne) s’intéressera aux relations internationales.
Les résultats de cette journée seront publiées dans une revue.

 "Spolia" : le remploi de vestiges antiques au Moyen-Age

Organisé par Chiara Piccinini

Mardi 24 avril 2018, 9h00-17h00 / MLR001

 Récupérer et réemployer des plus diverses façons restes et vestiges issus de la civilisation gréco-romaine : voilà une pratique présente sans solution de continuité tout au long du Moyen-âge et que ce SID souhaite proposer comme objet de réflexion aux doctorants de Bordeaux Montaigne. S’il est impossible d’épuiser le sujet, quelques pistes seront fournies grâce aux interventions de doctorants et de chercheurs issus plusieurs centres et laboratoires de notre Université et dont les investigations abordent différentes facettes de ce phénomène. L’architecture et son décor, les bijoux, tissus et objets des sépultures, l’identité politique de la cité vue à travers le prisme de la référence à Rome, sans oublier l’écho que les « spolia » et la pratique du remploi ont eu dans l’historiographie, voilà de quoi nourrir lectures et discussions et ouvrir les esprits – du moins on l’espère – à des nouveaux horizons de curiosité. 

 

S'inscrire aux formations

footer-script