SID offre 2016-2017 - Université Bordeaux Montaigne

Offre scientifique

Séminaires interdisciplinaires doctoraux

Programmation 2016 - 2017

  1. L'écriture du genre dans les arts du spectacle
  2. Sade et la pornographie
  3. Le Ballet comme lieu d'échanges artistiques : une approche pluridisciplinaire
  4. L'enfant et l'animal : approches historique, littéraire et iconographique
  5. Diplomatie commerciale, souverainetés, géopolitique, du traité franco-britannique de 1860 aux négociations contemporaines autour du "TAFTA"
  6. Politique et religion(s) dans l'espace urbain de l'Antiquité à nos jours
  7. Le transfrontalier en question : frontières, langues, territoires, symboles
  8. Excentricités : enjeux et pouvoirs des anormalités en Sciences Humaines
  9. Stanley Kubrick : "Nouveaux horizons"
  10. Archéologie des sciences de l'écrit : autour des œuvres de Robert Escarpit et de Robert Estivals

 S'inscrire aux formations

L'écriture du genre dans les arts du spectacle
  • Gwénaëlle Le Gras

Lundi 7 novembre 2016,  9h00 - 17h00 / MLR 001

Ce séminaire explorera l’écriture du genre (gender) dans les arts du spectacle pour accompagner l’ouverture, en septembre 2016 dans notre université, d’un Master Genre comportant un parcours recherche interdisciplinaire « Médiation, Culture, Langues ». Ce séminaire réunira des chercheur-e-s confirmé-e-s et de jeunes chercheur-e-s ouvrant la voie à une poursuite doctorale pour les futures promotions du Master Genre.
Comme tout champ d’activité, le cinéma et le théâtre se sont structurés, au niveau de la production, de la réception et des représentations, en fonction des différences hiérarchisées et des interactions entre le masculin et le féminin.
La demande grandissante d’étudiant.e.s curieux.ses de connaître les apports critiques du concept de genre, l’intérêt manifeste des chercheurs et chercheuses, les débats organisés au sein d’institutions culturelles nationales suite à la parution du rapport Reine Prat (2009) etc., nous incitent à engager un dialogue auprès d’un large public universitaire (étudiant-e-s et enseignant-e-s-chercheur-e-s), dans le prolongement du Master Genre, sur la question de l’écriture du genre au théâtre et au cinéma, selon des approches variées rendant compte de la transversalité du genre pour faciliter l’enseignement et la diffusion de ces approches au sein de notre université.
Il s’agit de s’intéresser à toute la production des arts du spectacle, sans distinguer a priori entre un « art » seul digne d’intérêt et une « culture de masse » aussi uniforme que conventionnelle, et de s’y intéresser dans une perspective culturelle, et non plus seulement esthétique, approche dominante en France jusqu’ici.
La prise en compte du contexte socioculturel, articulé avec l’analyse des représentations et des pratiques culturelles, permet ainsi de décrypter les rapports et les identités de sexe construits par les œuvres et les enjeux dont elles sont le lieu.

 oOo

Sade et la pornographie
  • Catherine Ramond

Vendredi 27 janvier 2017,  9h00 - 17h00 / MLR 001

Perçu comme une attaque majeure contre la morale et condamné par tous les types de gouvernements qu’il a connus, Sade est une figure paradoxale de la littérature libertine de la fin du XVIIIe siècle : la violence particulière de l’œuvre contrarie l’effet de jouissance attendue et ses excès mêmes ruinent la crédibilité nécessaire au roman pornographique (J-M. Goulemot). Selon Lynn Hunt (The invention of Pornography, obscenity and the origins of modernity, 1500-1800), Sade pousse à l’extrême les potentialités subversives de la pornographie sur le plan politique et social, tout en ouvrant la voie à une forme moderne et apolitique de la pornographie.
Cette journée propose une réflexion sur les liens de l’œuvre sadienne avec les modèles de la littérature libertine des XVIe-XVIIIe siècles (par exemple l’Arétin, l’Académie des dames, Thérèse philosophe, ou le théâtre érotique), sur la définition et les limites de la pornographie, les questions de censure et d’interdit qui l’accompagnent et sur sa dimension politique au sens large (qui inclut le statut des femmes dans l’œuvre sadienne et dans les sociétés libertines qu’il a imaginées).

Organisation : Daniel Ferreira (Unirio, Brésil) et Catherine Ramond (Université Bordeaux Montaigne/TELEM)

 oOo

Le Ballet comme lieu d'échanges artistiques : une approche pluridisciplinaire
  • Pascale Melani

Mercredi 1er février 2017,  9h00 - 17h00 / MLR 001

Ce séminaire propose d’explorer le ballet comme une notion transnationale qui se nourrit des échanges perpétuels entre les artistes de toutes nationalités et de différentes écoles nationales. Nous étudierons la danse en tant que pratique sociale et professionnelle pour démontrer son côté bénéfique quant aux échanges culturels et à la circulation artistique. Nous privilégierons les échanges entre la France et la Russie tout en laissant ouverte la possibilité d’envisager des contacts entre d’autres pays ou aires culturelles. Nous accorderons une attention particulière aux enjeux scientifiques émergents ainsi qu’aux méthodes spécifiques d’étude des danses dans une perspective sociale, culturelle et historique. Ce séminaire croisera différentes disciplines d’études : études slaves, histoire de la danse, histoire culturelle, et pourra ouvrir une réflexion sur plusieurs approches pour interroger le sujet proposé. 

oOo

L'enfant et l'animal : approches historique, littéraire et iconographique
  • Sophie Coussemacker

Mercredi 22 février 2017, 9h00 - 17h00 / MLR 001

Texte de présentation

oOo

Diplomatie commerciale, souverainetés, géopolitique, du traité franco-britannique de 1860 aux négociations contemporaines autour du "TAFTA"
  • Alexandre Fernandez

Mercredi  8 mars 2017, 9h00 - 17h00 / MLR 001

Alors même que bien des points demeurent obscurs autour des négociations actuelles entre l’Union européenne et les États-Unis pour aboutir à un accord de « libre-échange » transatlantique – plus connu sous le sigle TAFTA (Transatlantic Free Trade Area) – on pressent l’importance des enjeux. Il ne saurait s’agir simlement que d’acheter à meilleur marché un volume plus important de marchandises.
Si certains traités du XVIIIe siècle (traité de Methuen en 1703 entre l’Angleterre et le Portugal) ont valeur de prémices, c’est le traité de commerce franco-anglais de janvier 1860 qui inaugure le « moment libre-échangiste » européen – 120 traités sont conclus en Europe sur son modèle jusqu’en 1880, entraînant une forte progression des échanges commerciaux. A la fin du XIXe siècle, tandis qu’en Europe (les Etats-Unis sont alors « protectionnistes ») nombre d’Etats (à l’exclusion notamment de la Grande-Bretagne), estimant n’avoir point retiré les avantages escomptés lors de la signature, renégociaient ou dénonçaient ces traités, la « diplomatie commerciale » précédait et justifiait les projets ultra-marins des puissances ouest-européennes (les « traités inégaux » imposés à la Chine, à l’Egypte, à l’Empire ottoman, à nombre de pays latino-américains, etc.). Ayant voulu voir dans le repliement protectionniste d’avant guerre (même la Grande-Bretagne avait renoncé au libre-échange en 1932) l’une des causes de la Seconde Guerre mondiale,  les dirigeants de 23 Etats établissent en 1947 l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (plus connu sous son sigle anglais GATT).  De nombreux cycles d’âpres négociations – témoigant si besoin était des enjeux de la diplomatie commerciale - parcourent l’histoire du GATT tout au long du second vingtième siècle jusqu’à la création de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) dont les principes ont été approuvés par presque tous les Etats. Les « accords commerciaux préférentiels » en cours de négociation depuis le début du XXIe siècle ne concernent pas simplement l’échange de biens et services d’un marché national (ou supra-national comme dans le cas de l’UE) à l’autre, mais explorent les limites des relations entre Etats et grandes firmes.  
Dans la continuité des Séminaires interdisciplianires doctoraux que nous avons présentés ces dernières années (les crises économiques, la mondialisation, les services publics, la révolution industrielle), des enseignants-chercheurs et des doctorants avancés en histoire économique, en sceinces économiques, en doit international, proposeront aux doctorants et aux étudiants de master de l’Université Bordeaux-Montaigne une réflexion sur une des questions majeures d’histoire économique… et de politique économique.  

oOo

Politique et religion(s) dans l'espace urbain de l'Antiquité à nos jours

Organisé par deux doctorantes de l'unité de Recherche AUSONIUS, Julie Bernini et Marine Garcia, encadré par Pierre Fröhlich


Mercredi 29 mars 2017, 9h00- 17h00 / MSHA Salle Jean Borde

Présentation de l'Initiative doctorante

 oOo

 

Le transfrontalier en question : frontières, langues, territoires, symboles
  • Jean Casenave, Maria Causa, Valeria Villa, 

Lundi 3 avril 2017, 9h00 - 17h00 / MLR 001

Ce SID se propose d’interroger la notion de « transfrontalier » sous ses multiples facettes en choisissant des entrées disciplinaires diverses (linguistique, sociolinguistique, didactique, sociologie, histoire, etc.). L’objectif sera de donner notamment la parole aux doctorants qui abordent dans leurs recherches – de manière directe ou indirecte – cette notion vue depuis  leur pays d'origine ou à travers le prisme de leur expérience de transfrontaliers. Cela permettra en effet de dresser un état des lieux des zones de passages, de porosité et de mise en relation (réelles ou symboliques) qui ont été dessinées dans le passé/se dessinent  actuellement ainsi que des représentations qui y sont reliées.

oOo

Excentricités : enjeux et pouvoirs des anormalités en Sciences Humaines
  • Hélène Crombet
  • Patrick Baudry

Les 12 et 13 avril 2017, 9h00 - 17h00 / MLR 001

Ce Colloque invite Doctorants, jeunes Chercheurs et Enseignants-Chercheurs  de différents horizons disciplinaires à mettre en question le monde actuel à l’aune de la notion d’« excentricités », qui renvoie de prime abord à l’idée d’écart ou de marge : les « excentricités » sont ce qui déroge à une règle en se situant ou en étant situées à la périphérie d’un centre ou d’un cœur. Donner une place à des formes décentrées, à des phénomènes subversifs d’étrangetés, à des pratiques s’adonnant au décalage et au second degré nous paraît urgent à l’heure où des processus de normalisation se généralisent. Pourront ainsi être analysés récits, créations et expériences dans le champ de l’art et du design, imaginaires socio-discursifs et manifestations politiques marqués par leur aspect décalé, qui travaillent le monde contemporain.
Les excentricités suggèrent une mise en cause ou une révolte contre une norme instituée et se démarquent d’un ordre, en convoquant l’idée de décentrement. Des pratiques font montre de « bizarreries » dans le refus de se plier à l’orthodoxie de prescriptions d’intégration. Dans cette perspective, on pourra s’interroger sur l’émergence de formes, de figures contemporaines de dérèglement.
Le succès que rencontrent des représentations artistiques d’homme « mutant », « augmenté », « hybride » peut aussi nous interroger : que peut-on dire de la prééminence actuelle de telles figures ? Quelles difficultés rencontre la mise en circulation d’œuvres subversives, si tant est qu’elles existent, et quelles formes d’appropriation peuvent émerger de cette transmission dans l’espace public ?
Comment caractériser la mise en récit de l’excentrique, dans une compréhension du Verbe comme symptôme et vecteur de la folie, du fantasque, de l’extravagance ? Sur un plan formel, il sera possible de proposer une analyse de formes narratives tels que BD, romans, films, jeux vidéo qui convoquent l’idée de « discordance » ou de « montage » en n’ayant nul début, nul milieu, nulle fin, dans une approche littéraire, psychanalytique, narratologique, linguistique ou sémiotique.
Pourrait en outre être envisagée une topologie de l’excentricité donnant lieu à des réflexions géographiques et géopolitiques portant sur le monde contemporain, parcouru d’une myriade de flux qui s’entretissent à travers des phénomènes de gravitation centrifuge. Dans cette perspective, pourront être mises en problématique des représentations occidentalo-centrées, dans une ouverture vers les études postcoloniales. L’espace urbain pourrait faire l’objet d’analyses fondées sur la dialectique entre centralité et périphéries et dans les pratiques « émargentes » qui sont les siennes, à travers une forme d’excentri-cité. Le champ de la traductologie doit aussi être pris en compte, dans un questionnement portant sur le fait culturel et les enjeux liés au décentrement d’un texte, de sa culture d’origine vers un ailleurs.

oOo

 

Stanley Kubrick : "Nouveaux horizons"

organisé par Vincent Jaunas (doctorant CLIMAS)

et encadré par Jean-François BAILLON (PR - UFR Langues et civilisations)

 

Les 16 et 17 mai 2017

Présentation de l'Initiative doctorante

oOo

Archéologie des sciences de l'écrit : autour des œuvres de Robert Escarpit et de Robert Estivals
  • Franck Cormerais

Jeudi 18 mai 2017, 9h00 - 17h00 / MLR 001

oOo

 

S'inscrire aux formations

footer-script