Professeurs invités 2015/2016 - Université Bordeaux Montaigne

Les conférences des professeurs invités

Calendrier 2015 / 2016

  1. AMERIBER
  2. CEMMC
  3. CLARE
  4. CLIMAS
  5. Equipe extérieure à l'Université Bordeaux-Montaigne

S'inscrire aux formations

AMERIBER

 

Photographie de Jorge Fornet Gil
Jorge Fornet Gil

Date  : 10 mars 2016
Horaire :
17h00 - 19h00
Lieu :
Maison des sciences de l'Homme d'Aquitaine - Esplanade des Antilles - 36000 Pessac - Salle 2
Thème :

Les grandes orientations de la production romanesque latino-américaine au début du XXIème siècle (*)
Invitant :
Antoine Ventura
Intervenant :

Jorge Fornet Gil, Casa de las Américas, La Havane

 (*) Conférence en langue espagnole

Une fantôme hante la littérature latino-américaine : celui de l’irruption d’une nouvelle tendance au sein  de la fiction narrative. Il suffit de jeter un œil sur les catalogues des éditeurs et sur les travaux critiques, d’observer les campagnes de promotion ou d’examiner les revues universitaires pour en avoir la confirmation. Il s’agit de l’irruption massive, en Amérique latine, au cours des dix dernières années, d’une génération de romanciers qui, bien qu’assez dispersée, s’est rendue visible grâce à l’obtention de quelques prix et à la publication de plusieurs anthologies. Ces parricides – qui ont le « boom » du nouveau roman latino-américain en horreur sans pour autant parvenir à se dégager de son influence – ont reformulé le projet latino-américaniste de leurs prédécesseurs. Leur travail se situe au sein d’une nouvelle cartographie littéraire qui inclut, comme territoire de l’univers latino, les Etats-Unis. Quel est leur projet et leur vision du monde ? Dans quelle direction semblent-ils orienter la production romanesque ? Une enquête s’impose pour examiner les chemins empruntés par ces nouveaux auteurs ainsi que les préoccupations qui les animent et surtout, pour comprendre les caractéristiques d’une époque particulièrement animée, en prenant pour point de mire cette génération née à la littérature dans la dernière décennie du XXe siècle. (traduction : Antoine Ventura)

Un fantasma recorre la literatura latinoamericana: el de la irrupción de
una nueva narrativa. Basta asomarse a los catálogos editoriales y a los
acercamientos críticos, a los fenómenos de promoción y a las revistas
académicas, para confirmarlo. Se trata de la irrupción masiva en la
América Latina, durante la pasada década, de una generación de
narradores que, aunque dispersa, se hizo visible gracias a algunos
premios y varias antologías. Estos parricidas -que abominan del _boom_
sin lograr desprenderse de su órbita- han reformulado el proyecto
latinoamericanista de sus predecesores. Su obra se mueve, por demás, en
una nueva cartografía que incluye, como parte del universo latino, a los
Estados Unidos. ¿Cuál es su proyecto y su visión del mundo? ¿Hacia dónde
dirigen nuestra narrativa? Vale la pena indagar en los caminos y
preocupaciones de de los nuevos autores y, sobre todo, entender el
paisaje de una época especialmente intensa, desde la perspectiva de esta
generación nacida a la literatura en la última década del siglo xx.

CEMMC

photographie de Marek Debwski
Marek Debowski

 

Date  : 03 mars 2016
Horaire
: 17h00 - 19h00
Lieu : Maison de l'archéologie -  Domaine universitaire - 33600 Pessac
Thème : Le contexte français dans le théâtre polonais à l'époque des Lumières
Invitants : Michel Figeac et Aurélia Gaillard

Intervenant : Marek Debowski, Université Jagellone, Cracovie

Le théâtre polonais à l’époque des Lumières est devenu un objet de recherches après la deuxième guerre mondiale. C’est  dans les annnées soixantes avec les manifestations culturelles consacrées au bicentenaire du Theatre National’de Varsovie que ces recherches connaissent leur pleine expansion. ( Le premier théâtre public polonais avait été ouvert par le roi Stanislas August Poniatowski en novembre 1765 ).
    Un examens sommaire de tous les traveaux historiques et  littéraires qui portent sur le théâtre du XVIII siècle en  Pologne, permet d’en degager deux grandes tendances.
    La première souligne l’utilitarisme politique du théâtre stanislavien, son caractère comme instrument de la propagande royale qui visait le "sarmatisme", c est-à -dire la mentalité obscure et xénophobe de la majorité des nobles polonais du XVIII siècle.
    La deuxième tendance, comparatiste, prend surtout en considération le fait, que "l’action théâtrale" en Pologne à l’époque des Lumières fut elaborée et réalisée par l’élite intellectuelle entièrement formée par la culture française. Par conséquent, le modèle du théâtre qu’elle proposait n’était qu’un réflet du théâtre français.
    Un résume de ces tendances, constitue le point de depart de la synthese qui a l’ambition de promouvoir une différente image du théâtre polonais à l’époque des Lumiéres et de remplir plusieurs lacunes qui, malgré l’immense progrès accompli dans la connaissance de la culture de cette époque-la, continuent de prévaloir dans certaines études dix-huitiémistes. L’objectif de ce cours est, plus précisement, de mettre en relief la promotion, par le biais de la scène publique, des idées independantes de la réalite politique courante, par exemple la réflexion sur l’homme des Lumières et de présenter le développement du théâtre polonais dans les années 1765-1820, comme processus de rejet de l’esthetique française au profit de l’esthetique nationale.

CLARE


                                                                                 photographie de Kris Vleeschouwer
Kris Vleeschouwer

Date  : 07 décembre 2015
Horaire :
17h00-19h00
Lieu :
Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine -  Domaine universitaire -
33600 Pessac - Salle Jean Borde
Thème :
Kris Vleeschouwer, un exemple de la recherche en art
Invitant :
Elisabeth Magne

Intervenant Kris Vleeoshouwer - LUCA Campus Sint Lukas, Brussels

CLIMAS

 photographie de Sirpa Anneli Salenius
Sirpa Anneli Salenius

Date  : 03 mars 2016
Horaire :
17h00 - 19h00
Lieu : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitiane -  - Domaine universitaire - 33600 Pessac - Salle Jean Borde
Thème :

L'Italie vue par les écrivains américains du XIXème siècle (*)

Italy Imagined: Impressions from Nineteenth-Century American Writing
Invitant :
Stéphanie Durrans

Intervenant : Sirpa Anneli Salenius - University of Eastern -  Finland

(*) Conférence en langue anglaise

Cette conférence en anglais examinera la façon dont les écrivains américains du 19ème siècle abordent la question de l’autre et de l’étranger dans un contexte transatlantique. La polarité qui s’opère entre le « moi » et l’« autre », ou entre l’Amérique et l’Europe, apparut pour la première fois dans le  Sketch Book  de Washington Irving (1819-1820). Ce texte fut l’un des premiers à façonner une mythographie de l’Europe outre-Atlantique, créant de fait des « géographies imaginaires » selon les termes de James Duncan. Le souci de contraster les Etats-Unis et le Vieux Continent se poursuivit dans divers récits de voyage et atteignit son point culminant dans l’œuvre d’auteurs comme Henry James, désormais reconnu comme le maître du « thème international ». Le questionnement sur l’autre qui informe les échanges transatlantiques mobilise des concepts comme la mobilité, le cosmopolitisme, la blanchitude, ou encore la liminalité, tout particulièrement dans le cadre d’une réflexion sur la façon dont les « autres en soi » que constituent certaines catégories marginalisées de la population américaine appréhendèrent à cette époque le contact avec un pays comme l’Italie.

Equipe extérieure à l'Université Bordeaux-Montaigne

 photographie de Ruri Itô
Ruri Itô

Date  : 09 mars 2016
Horaire :
17h00 - 19h00
Lieu :
Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitiane - Domaine universitaire - 33600 Pessac - Salle 2
Thème :
La transformation du "cure" et le dilemme du travail migratoire : le cas japonais.
Invitant : Christine Levy

Intervenante Ruri Ito - Hitotsubashi University - Tokyo

La transformation du « care » et la question des travailleur-se-s domestiques migrant-e-s au Japon
Conférence d’Itô Ruri, professeure de sociologie à l’Université Hitotsubashi
Organisée par Christine Lévy, directrice du département d’études orientales et extreme-orientales, avec le soutien de l’UFR Langues et Civilisations. 
Selon l’OIT (2015), la région de l’Asie du Sud-Est-Pacifique est la plus vaste zone d’accueil de travailleuses domestiques migrantes au niveau mondial. Estimées à environ 2 millions, soit 24% de l’ensemble, ces travailleuses soutiennent à la fois la croissance économique et la reproduction sociale des classes moyennes de cette région. Le Japon, longtemps resté à l’écart de ce phénomène de division internationale du travail reproductif, a pris un virage politique, et fait désormais appel aux travailleuses domestiques étrangères. Toutefois, ce changement politique, propulsé par les forces néolibérales, est mis en œuvre par l’administration d’Abe, connue pour son autoritarisme et ses ambitions néoconservatrices, ce qui explique les restrictions de leur destination aux deux Zones Spéciales Stratégiques Nationales (NSSZ) de Tôkyô et d’Ôsaka.
Dans cette conférence, Itô Ruri analysera les implications institutionnelles de cette politique par rapport à la transformation du « care » au Japon, consécutive à l’introduction de « l’Assurance des soins de longue durée pour les personnes âgées », en 2000. Grâce au concept de « configuration des soins pour les personnes âgées», de Miriam Glucksmann et Dawn Lyon, elle examinera comment les différentes formes de travail (rémunéré/non rémunéré, formel/informel…) se répartissent à travers les quatre modes institutionnels de l’offre du « care » : l’État, la famille, le marché et le secteur associatif bénévole. Elle nous apportera un éclairage sur les conséquences de ce tournant politique, au sein de la société japonaise, et discutera les implications sur le plan des droits des travailleur-se-s domestiques migrantes.
Références :
Ito, Ruri. 2013. « Les travailleur(se)s domestiques migrant(e)s en Asie ». Hommes et migrations, no. 1302 : 33-39.
Ito, Ruri. 2010. «Immigration et travail de care dans une société vieillissante : Le cas du Japon» in Jules Falquet, Helena Hirata, Danièle Kergoat, Brahim Labari, Nicky Le Feuvre, Fatou Sow, Martine Spensky (sous la direction de), Le sexe de la mondialisation : Genre, classe, race et nouvelle division du travail. Paris: Presses de Sciences Politiques. 139-150.

S'inscrire aux formations

footer-script