offre 2014 2015 - Université Bordeaux Montaigne

Offre scientifique

Les Horizons de la recherche

Calendrier 2014 - 2015

  1. Pourquoi une anthropologie de la mort ?
  2. Violence(s) et Vérité(s)
  3. How to be gay ?
  4. Pour en finir avec l'évergétisme : culture institutionnelle et sociologie historique dans la cité antique
  5. Origines et perspectives de la philosophie de l’environnement
  6. La sémiotique de la mémoire   ANNULE
  7. Enjeux de l’algorithmisation des connaissances

 

Pourquoi une anthropologie de la mort ?


Date : Mercredi 26 novembre 2014
Horaire : 17h30-19h30
Lieu :  MSHA - Salle Jean Borde - Domaine universitaire - 33600 Pessac
Intervenant : Patrick BAUDRY


Après avoir parlé des moments d'une formation et des étapes d'un itinéraire de recherche, nous présenterons les enjeux d'une anthropologie de la mort en abordant notamment la question de la transversalité et celle de ses relations avec la société civile.

 

Violence(s) et Vérité(s)

Date : Mercredi 3  décembre 2014
Horaire : 17h30-19h30
Lieu : MSHA Salle Jean Borde - Domaine universitaire - 33600 Pessac
Intervenant: Jean-Paul ENGELIBERT
Invité : Catherine COQUIO, Université Paris VII

How to be gay ?

Date : Mercredi 7 janvier 2015
Horaire : 17h00-19h00
Lieu : MSHA Salle Jean Borde - Domaine universitaire - 33600 Pessac
Intervenant : Rémy DUTHILLE
Invités : David HALPERIN, Université du Michigan - Frédéric REGARD, Université Paris IV Sorbonne

Conférence de David Halperin, professeur à l’université du Michigan et spécialiste des études de genres. Pionnier de queer studies, D. Halperin est co-fondateur de la revue GLQ : Journal of Lesbian and Queer Studies (1993), et auteur d’une dizaine d’ouvrages, la plupart traduits en français, portant sur Michel Foucault, et sur l’identité gay, dont : How to Do the History of Homosexuality (Chicago, 2002), What Do Gay Men Want? An Essay on Sex, Risk, and Subjectivity (Michigan, 2010), et How To Be Gay (Harvard, 2012).

Présentation de sa recherche récente dans Horizons de la recherche : monographie How to Be Gay ?, Harvard University Press, 2012, nouveau projet autour des Premiers analytiques d’Aristote : « à quoi bon le sexe ? ».
 

Pour en finir avec l'évergétisme : culture institutionnelle et sociologie historique dans la cité antique

Date :  Mercredi 8 avril 2015
Horaire : 15h30-17h30
Lieu : Maison de l'Archéologie - Salle de conférence
Domaine universitaire - 33600 Pessac
Intervenant : Pierre FRÖHLICH
Invité : John MA, Université d'Oxford

 John Ma enseigne actuellement à Oxford (Corpus Christi College,
Faculty of Classics, Université d'Oxford). Il est un des spécialistes
de l'Antiquité actuellement les plus novateurs. Il associe une vaste
érudition à une aisance théorique, une capacité de questionnement qui
prend appui sur les apports de l'archéologie, la linguistique, de la
géographie et de la sociologie. Ses travaux abordent le monde grec
antique, notamment la question des manifestations concrètes et
symboliques des formes de pouvoirs: ainsi dans Antiochos III et les
cités d’Asie Mineure occidentale (Paris, 2004 ); Statues and cities.
Honorific Porraits and Civic Identity in the Hellenistic World
(Oxford, 2014).
L’évergétisme est un idéal-type qui a connu un grand succès.
Développé par P. Veyne, il postule l’existence d’une classe de
notables, dominant de fait les cités grecques “post-classiques”
(hellénistiques et romaines), mais se pliant à l’échange de bienfaits
financiers contre la reconnaissance et les honneurs civiques; cet
idéal-type sert de socle à une réflexion théorique développée dans le
cadre des vues anti-fonctionnalistes chères à l’auteur du célèbre
brûlot, Comment on écrit l’histoire. Mais l’évergétisme est également
une querelle — querelle qui porte sur la périodisation, la méthode, la
définition de l’objet, et sur le sens des honneurs. En fait, les
acquis récents en histoire grecque, notamment sur le plan
institutionnel et économique, permettent de faire le point sur la
question de l’évergétisme — et de replacer ce dernier dans son
contexte historique. Les conséquences théoriques de ce recentrage
restent à méditer. "

Origines et perspectives de la philosophie de l’environnement

Date :  Mercredi 8 avril 2015
Horaire : 17h30-19h30
Lieu : MSHA - Salle Jean Borde - domaine universitaire - 33600 Pessac
Organisation :  Fabien COLOMBO, Nestor Engone ELLOUE, Bertrand GUEST
Intervenante : Catherine LARRERE Professeure des universités en philosophie, EA 3562, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Catherine Larrère est la principale figure de la philosophie de l’environnement en France, qu’elle a particulièrement contribué à introduire à la fin des années 1990. À travers cet horizon de la recherche qui lui sera consacré, l’occasion lui sera donnée de revenir sur les étapes importantes de sa carrière et de sa vie de chercheuse, à commencer par sa rencontre déterminante avec John Baird Callicott, président de la société internationale d’éthique de l’environnement, au cours du sommet de la Terre de 1992 et les échanges qui en suivirent ; mais également sur ses années à l’université de lettres et de philosophie de Bordeaux où elle professa ses premiers cours sur ce domaine et durant lesquelles elle écrivit un ouvrage notoire à ce sujet, Du bon usage de la nature. Pour une philosophie de l’environnement (Aubier, 1997), en collaboration avec son mari, Raphaël Larrère, ingénieur agronome ; et enfin d’évoquer ses travaux les plus récents ainsi que les éventuelles suites de cet ouvrage. Ce moment de reconnaissance donnera également lieu à un débat sur les perspectives de la philosophie de l’environnement à partir de son travail ou des différentes tendances qui se dégagent de ce champ à l’heure actuelle.

La sémiotique de la mémoire   ANNULE

Date : Jeudi 9 avril 2015
Horaire : 17h00-19h00
Lieu : MSHA - Salle 3 - Domaine universitaire - 33600 Pessac
Intervenante : Anne BEYAERT-GESLIN
Invité : Patrizia VIOLI, Université de Bologne - Italie


Le professeur Patrizia Violi, éminente sémioticienne, est directrice du département des disciplines de la communication à l’université de Bologne, Directrice scientifique du centre international des études sur la mémoire de l’Université de San Marin, directrice de Trame, Centre des études interdisciplinaires sur la mémoire et le trauma. Elle a mené plusieurs grands projets sémiotiques autour des questions de mémoire et notamment, le projet Europeo FP7-PEOPLE-2013-IRSES (Marie Curie Actions), axe du 7th Framework Programme for Research, Technological Development and Demonstration, en partenariat avec les universités d’Argentine (Universidad Nacional de Cordoba), du Chili ( Pontificia Universidad Catolica de Chile) et l’université de Nottingham, intitulé : “A Lesson for Europe: Memory, Trauma and Reconciliation in Chile and Argentina” (2014-2017).

 

Enjeux de l’algorithmisation des connaissances

Date : Jeudi 16 avril 2015
Horaire : 14h00-18h00
Lieu : Université Bordeaux Montaigne - Bât. Accueil - Salle des thèses
Domaine universitaire - 33600 Pessac
Intervenants :
Franck CORMERAIS, Olivier LE DEUFF
Invité : Jean-Max Noyer, Université de Nice

Les SHS rencontrent aujourd’hui pleinement des Big Data et la question du traitement statistique de la connaissance. Face à la disparition “programmée” des humanités et des approches théoriques comme l’annonçait Chris Anderson en 2008*, il parait nécessaire et urgent de poser la question “l’irrésistible montée de l’algorithmique”. Autour de ce texte de Jean-Max Noyer, notre collègue invité de  l’université de Nice, nous souhaitons ouvrir un débat contradictoire et critique qui prenne en compte les perspectives et enjeux ouverts par les Humanités Digitales.

  * Chris ANDERSON: The End of Theory: The Data Deluge Makes the Scientific Method Obsolete,
 http://www.wired.com/science/discoveries/magazine/16-07/pb_theory




 

 

footer-script