Les définitions de la subjectivité - Université Bordeaux Montaigne

Atelier de lecture

Les définitions de la subjectivité.
Construction et déconstruction d'une catégorie conceptuelle

Intervenantes : Magali Fourgnaud et Sandra Lemeilleur

17h30 - 19h30    MLR 033

  • mercredi 18 janvier 2017   
  • mercredi 1 février 2017 
  • mercredi 8 février 2017
  • mercredi 8 mars 2017  

Depuis les grands auteurs de la subjectivité comme Michel Foucault, Gilles Deleuze et Félix Guattari, comment ce concept évolue-t-il tant dans l’existentiel que dans ses défintions dans les sciences humaines et sociales ? Comment est-il traversé par le contexte historique, les évolutions technologiques et les mutations des territoires existentiels ?

Les évènements de mai 1968, par la revendication de l’émancipation du sujet font
naître la conceptualisation du sujet individuel. Ce moment est fondamental pour
Michel Foucault car la création politique dépasse les partis. En effet, même les non-engagés sont partie prenante de la révolution. Il s’opère une translation d’une
subjectivité collective révolutionnaire vers une subjectivité individuelle revendiquée
à des fins libertaires. Alors que Michel Foucault parle de sujet, Gilles Deleuze et Félix Guattari, un peu plus tard évoquent la constitution d’une subjectivité mondiale.
Quelques temps après Michel Foucault s’associe à leurs idées dans son cours
« Subjectivité et vérité » et pense qu’un jour, peut-être, le siècle sera deleuzien en ce sens. Chez ces penseurs se dessinent à la fois un ressenti des mutations des modes de vie et des rapports avec les systèmes de pouvoir liées à la montée du capitalisme et une théorisation en devenir. Dans cette perspective, cet atelier de lecture sera l’occasion de poursuivre cette manière penser la subjectivité en devenir dans notre contexte, celui des actes collectifs de Printemps Arabes, de Nuit Debout où la revendication principale reste la conservation des libertés individuelles. De même que les attaques terroristes sont des actions revendiquées par des collectifs et non pas des individus, comment aujourd’hui définir la ou les subjectivités ? Peut-on encore parler de subjectivité mondiale et polyphonique ? Les sciences humaines et sociales évoquent, actuellement, bien plus volontiers le concept d’identité, quelles oppositions et quels liens peut-on penser entre identité et subjectivité ? Entre acte collectif révolutionnaire et lutte individuelle et identitaire ? À travers un corpus de textes fondateurs sur les théories de la subjectivité tant du côté de Michel Foucault que de Gilles Deleuze et Félix Guattari mis en regard d’extraits de création d’oeuvre de théâtre contemporain s’interrogeant sur les devenirs de la subjectivité, cet atelier de lecture sera l’occasion de chercher ensemble à déconstruire le concept de subjectivité et à découvrir les nouvelles voies qu’il semble prendre tant dans nos vies que dans la pensée scientifique.

footer-script