Concevoir et mettre en place un projet artistique de territoire - Université Bordeaux Montaigne

Offre professionnelle

Concevoir et mettre en place un projet artistique de territoire

 

Organisé par Shantala Lescot

de 15h30 à 17h30 -  MLR033

 

  • lundi 12 mars 2018
  • lundi 26 mars 2018
  • lundi 9 avril 2018
  • lundi 30 avril 2018
  • lundi 14 mai 2018

 

Le secteur artistique et culturel se caractérise aujourd'hui par le mouvement d’extension et de professionnalisation de ces trente dernières années. La demande qui s'est développée sous l’effet de la décentralisation culturelle et des recompositions territoriales, place les collectivités publiques au cœur du développement de nouveaux projets de territoire. Plus récemment, le développement de ce secteur s’est encore accentué par la transversalité des questions culturelles impulsées par des programmes nationaux (conventions signées entre le Ministère de la culture et d’autres ministères telles la santé, la justice, l’éducation nationale…)
A l'image de la formation existante « Concevoir et réaliser une programmation culturelle » (Intervention par : Florence Buttay - Jutier) destinée au milieu du spectacle vivant, il s'agira de proposer un atelier pour le domaine des arts visuels et de la culture artistique.
L'objectif est de porter à la connaissance des doctorants et/ou futurs professionnels de territoire les enjeux de la programmation artistique et culturelle dans le domaine des arts visuels ; de comprendre les attentes des institutions culturelles dans la réalisation de projets artistiques ; de mettre en place un projet de territoire à même de répondre à ces attentes des politiques culturelles de plus en plus désireuses de donner un meilleur accès à la nouvelle création.
Définition des politiques culturelles de territoire (Quelles sont-elles ? Comment les identifier ? Qui sont les principaux interlocuteurs en vue de la réalisation d'un projet en arts visuels ? Comprendre leurs attentes, etc.)
Mettre en place un projet de territoire ( Quel type de projet pour quel territoire ? (résidences d'artiste, expositions, rencontres publiques, workshops, etc.), quelle programmation pour quel public ? Quels financements possibles ? etc.)
Proposer un projet clés en main ( Quelles sont les différentes étapes de conception d'un projet de territoire ? Comment communiquer auprès des institutions ? Quel type de dossier est à réaliser ? Comment mettre en place une médiation de territoire ? etc.)
Interventions de professionnels  (rencontre avec des acteurs de territoires, présentation de projets en cours ou passés, bilan de territoire).

→ Cet atelier quasi méthodologique sera, - outre la définition des politiques culturelles et la présentation des institutions de territoire - à considérer comme un outil permettant une première approche méthodologique pour les étudiants désireux de monter des projets de territoires. Le format 5 séances de 2h ne permettant pas d'approfondir le projet de chaque étudiant, s'il y a.
Au quel cas, la formation peut s'envisager en deux modules différents :

Module1 :
- LES ENJEUX DES INSTITUTIONS CULTURELLES DANS LA MISE EN PLACE D'UN PROJET DE TERRITOIRE → Approche théorique du milieu artistique et culturel actuel qui nécessite la prise en compte des pouvoirs publics et l'intégration des institutions de territoires dans la définition même d'un projet artistique.
Module 2 :
- CONCEPTION D'UN PROJET DE TERRITOIRE : COMMENT DEFINIR, VALORISER ET COMMUNIQUER SON PROJET ? → Définition des objectifs de son projet, savoir l'adapter aux attentes territoriales, élaborer des dossiers de présentation de projet (dossier de presse, dossier demandes de subventions, etc.), jusqu'à la réalisation de dossiers.


L'ARTISTE-CHERCHEUR : TROUVER SA PLACE AU COEUR DES NOUVELLES STRUCTURES ARTISTIQUES.


Les quinze dernières années sont marquées, en France notamment, par l’émergence de nouveaux lieux artistiques et culturels en réponse au renouvellement des pratiques de création, qui déplacent le champ de l’expérience esthétique et développent de nouveaux rapports entre artistes (collectifs, co-génériques), entre disciplines, entre institutionnels et professionnels de tous secteurs.
Ce sont les nouvelles propositions artistiques elles-mêmes qui travaillent au remodelage de la position de la création dans la société et c’est sans doute notre capacité, en tant que chercheurs et scientifiques, à observer son mouvement qui permet de dégager les modes adaptés de son accompagnement dans les voies qu’elle ouvre.

Il s'agira dans cet atelier de prêter attention au renouvellement des pratiques de création dans leur articulation avec de nouveaux lieux de diffusion et de création. De mettre l'artiste-chercheur au cœur des questions de développement artistique en légitimant son approche intellectuelle, historique et théorique permettant une nouvelle lecture des pratiques artistiques.
L'atelier est à envisager comme un outil pour les étudiants en arts qui ne souhaitent pas systématiquement s'orienter vers de l'enseignement et peut tout aussi bien être suivi par les étudiants en Histoire de l'art, en Esthétique, etc.

Comprendre l’évolution de la place de l’art et de la position de l’artiste-chercheur dans la société, au cœur des relations entre l’art et les publics ou populations.
Identifier les établissements propres au réseau de la nouvelle création, tout en conservant une réelle centralité au métier d'artiste-chercheur (Quelle place est donnée à la recherche scientifique dans les nouveaux projets artistiques et culturels ? Comment intégrer ces recherches au cœur de ces nouvelles structures?)
Différencier les nouveaux lieux de création et de diffusion qui touchent d’autres publics que ceux de l’institution. Prendre connaissance des nouveaux équipements de diffusion artistique.
Rencontrer des nouveaux acteurs de territoire et en comprendre le panel de métiers possibles pour nos doctorants.


LA RECHERCHE COMME OUTIL DE COMMUNICATION ET DE MEDIATION POUR ACCOMPAGNER LA CREATION CONTEMPORAINE.

 

Il y a des œuvres artistiques contemporaines (entendu dans tout les domaines que sont : le spectacle vivant, les arts visuels et l'architecture) aisément « compréhensibles » de tous, notamment parce que l’immensité des réalisations, les formes, les matières utilisées et la référence à la culture populaire sont accessibles à tous sans besoin de connaissances historiques ou techniques préalables. Il y a également des œuvres qui fascinent, malgré une peut-être profonde incompréhension de la démarche artistique qui la sous-tend, mais dont l’expérience vous laisse une trace indélébile dans la mémoire, dans la rétine, dans l’expérience partagée avec elle. Pour observer et comprendre ces œuvres, pour ne pas dire, les vivre, les voir changer, évoluer, se sont créés de nouveaux métiers propres à la médiation culturelle. Cependant, face à la panoplie de formes artistiques, qui se veulent de plus en plus proche des populations et des territoires, le discours reste trop souvent galvaudé et éloigne encore les publics de la possibilité de compréhension voir d'appropriation des œuvres.
Quel rôle peuvent avoir les chercheurs en arts et sciences de l'art dans l'élaboration d'un discours de médiation ? De leur approche historique, scientifique, esthétique voire sociologique de l'art, ne sont-il pas à-même de proposer une nouvelle vision plus accessible de la création contemporaine ? La recherche ne peut-elle pas, de ce fait, répondre aux questions de l’acculturation et de la démocratie artistique et culturelle chères aux politiques de territoire ?


Mettre en lumière les enjeux et dynamiques majeurs qui sous-tendent la médiation artistique
Comprendre les attentes des publics dans le discours même de médiation des œuvres.
Positionner la recherche en arts comme un outil de médiation artistique et l'élargir au champs d’intervention professionnelle et scientifique.
Rencontre avec des responsables des publics et/ou de médiation de structures de diffusion et de programmation de la nouvelle création.

 

LA TRANSDISCIPLINARITE DANS LES PROJETS DE RECHERCHES
La notion de transdisciplinarité apparaît dès 1970 et se définit comme une posture intellectuelle et scientifique visant à une meilleure compréhension du monde actuel. Depuis le XXe siècle, hérité des pratiques du Bauhaus et des recherches d'un art dit « total », les projets artistiques et culturels intègrent d’autres disciplines faisant émerger de nouvelles formes artistiques. Les domaines de compétences s’entremêlent et le travail de conception réunit plasticiens, historiens d’art, scientifiques, sociologues, auteurs, chorégraphes ou metteurs en scène, qui procèdent ensemble de l’œuvre réalisée. La transdisciplinarité, qui n’est pas une pratique en soit mais qui désigne la communication des disciplines autour d’un projet commun, semble essentielle pour répondre aux enjeux actuels de la recherche, qu'elle soit artistique ou non. En effet, il nous semble important de souligner que le cloisonnement des disciplines, la spécialisation des savoirs théoriques et l’hyper technicité des applications pratiques ne favorisent pas l’élaboration d’une pensée vivante, novatrice.

Si le choix initial d'une formation sur la transdisciplinarité peut se limiter à une approche à vocation artistique (celle d’une hybridation entre les disciplines artistiques par exemple), il s'agira dans cet atelier de faire intervenir des étudiants de toutes les disciplines en Sciences Humaines et Sociales de poser les jalons d’une nouvelle appréhension de la recherche en sensibilisant les doctorants sur l'importance de s'ouvrir à d'autres domaines et la richesse de telles complémentarités. (Distinction entre pluridisciplinarité et transdisciplinarité importante).
Sensibiliser les doctorants sur l’importance de décloisonner les frontières de différents domaines et disciplines, et inscrire leur recherche dans un processus plus large que leur seul sujet.
Mettre en relation des personnalités de domaines différents tels que la recherche, les arts visuels, les sciences, le patrimoine, l’architecture, la littérature, etc. pour permettre d’adopter un point de vue d’où repenser la recherche et la création transdisciplinaire.
Nos échanges autour de la problématique transdisciplinaire devraient permettre de comprendre comment se traduit une idéologie et une volonté culturelle en une ligne de conduite, déterminant des actions concrètes.
→ La mise en commun de nos réflexions et constats mutuels pourra se caractériser par l'élaboration d'un projet et/ou une programmation scientifique par les doctorants (séminaires transdisciplinaires des doctorants, colloques, nouveaux projets de recherche, workshop, etc...) dans la volonté de dépasser les clivages entre les pratiques au sein même de l'université et au delà. Programmation pouvant se prévoir sur l'ensemble de l’année universitaire, croisant toutes les disciplines des SHS avec pour chapeau commun : « La Transdisciplinarité ».

footer-script