Surprendre. Entre impératif esthétique et usages du choc. - Université Bordeaux Montaigne

Recherche - Manifestations scientifiques

Surprendre. Entre impératif esthétique et usages du choc.

Dans son sens premier, surprendre, c’est prendre sur le fait (surprendre quelqu’un en flagrant délit, la main dans le sac, etc.). Que l’observateur regarde par le trou de la serrure ou qu’il tombe par hasard sur une situation étonnante, il est saisi par l’imprévu.

Ce choc caractérisé par son surgissement soudain et non par sa durée peut néanmoins impliquer un contrecoup. L’événement ponctuel se prolonge en changeant de nature  : prise de conscience, passage à l’action, reconfiguration des représentations.
Dans un sens second, surprendre, c’est causer de l’étonnement à quelqu’un. De même que le domaine militaire a fait de l’effet de surprise une stratégie, l’art élabore des stratagèmes pour surprendre son public. Dans le cadre d’une esthétique de la réception, il s’agit d’innover, de créer un " écart esthétique " qui déplace l’"horizon d’attente ".
Surprendre le lecteur est une condition de l’originalité valorisée par l’esthétique moderne.

Journée d’étude interdisciplinaire des doctorants de TELEM, le 12 octobre 2016 à la MSHA. Télécharger le programme.

footer-script