Où reposer en paix ? Du couvent au musée : l'étrange destin des cendres et du cénotaphe de Montaigne (1593-2016) - Université Bordeaux Montaigne

Recherche - Manifestations scientifiques

Montaigne (1581-1592), une décennie prodigieuse

Le cénotaphe de Montaigne est vraisemblablement l’œuvre d’un sculpteur bordelais. Il montre des hésitations stylistiques qui ne sont pas seulement des maladresses mais qui correspondent à la personnalité complexe de l’auteur des Essais à la fois gentilhomme et humaniste.

Prochaine conférence
Mercredi 2 novembre 2016 à 18h, musée d'aquitaine
Montaigne (1581-1592), une décennie prodigieuse par Anne-Marie Cocula, professeur d'histoire émérite de l’Université Bordeaux Montaigne.

Il faut partir d'une évidence : celle d'une décennie, la dernière de l'existence de Montaigne, qui s'avère la plus mouvementée en raison de la conjonction entre ses fonctions politiques de maire de Bordeaux, de 1581 à 1585, sa volonté farouche d'achever le livre III des Essais et de le faire publier en même temps que de nombreux ajouts aux deux premiers livres publiés à Bordeaux en 1580. Tout cela pouvait être anticipé et maîtrisé par lui afin d'achever son œuvre. Mais il ne pouvait prévoir la précipitation des événements qui mènent le royaume de France au bord de l'abîme dans les années 1588-1592 et bouleversent ses projets avec, cependant, une chance inespérée : sa rencontre avec Marie de Gournay, élue comme sa fille d'alliance, et investie de la tâche de corriger avec lui l'édition des Essais de 1588...

Cette conférence fait suite à celle du 27 septembre 2016 avec Jean-Bernard Marquette, historien et Robert Coustet, historien de l’art, professeurs émérites de l’Université Bordeaux Montaigne.

Cultivons l'humanisme
Ces conférences s'inscrivent dans le cadre Cultivons l'humanisme campagne de financement participatif pour la restauration du cénotaphe de Montaigne lancée par le musée d'Aquitaine.
Le cénotaphe de Montaigne est une œuvre emblématique du patrimoine bordelais. Sculpté à la fin du XVIe siècle, il est classé au titre des monuments historiques depuis 1862. Le monument, qui présente aujourd’hui d’importantes fragilités, est exposé dans les collections permanentes du musée d’Aquitaine.

footer-script