Empreintes de l’esclavage dans les pratiques culturelles et dans l’imaginaire social de la Caraïbe hispanophone (XXe-XXIe siècles) - Université Bordeaux Montaigne

Recherche - Manifestations scientifiques

Empreintes de l’esclavage dans les pratiques culturelles et dans l’imaginaire social de la Caraïbe hispanophone (XXe-XXIe siècles)

Envisager l’esclavage et son empreinte négative comme point de départ pour l’analyse de certains phénomènes pathogènes de la racialité afro-caribéenne implique de tenir compte d’une spécificité propre.

Colloque international, les 2 et 3 novembre 2017, Pôle juridique et judiciaire, amphi Jacques Ellul (35 place Pey-Berland), à partir de 9h. Télécharger le programme.

L’esclavage a construit des réalités différentes dans chaque pays en fonction des activités économiques de la plantation, du degré d’implication des groupes sociaux et des groupes dominants dans le commerce transatlantique, mais également des cultures et des ethnies en présence, des conditions spatiales, et du rôle des pratiques culturelles des esclaves dans la construction de la nation.
Or, les thèmes inhérents aux relations racialisées dans la Caraïbe, insulaire et continentale, sont peu abordés, les républiques postcoloniales ayant souvent invisibilisé, discriminé et exploité les Noir·e·s, le mirage de l’égalité raciale faisant oublier pour un temps la réalité.
Depuis l’époque coloniale jusqu’à nos jours, ce qui est assimilé à "lo blanco" se valorise face à "lo negro",intellectuellement, esthétiquement et culturellement parlant. Cette dichotomie s’applique non seulement à l’apparence, au langage, au corps, à la nourriture, mais à bien d’autres niveaux de la vie quotidienne.
Sur cette base, ce colloque se propose d’analyser de quelle manière les pratiques culturelles et l’imaginaire social portent l’empreinte de l’esclavage.

Organisation et contact : Mélanie Moreau-Lebert (melanie.moreau @ u-bordeaux-montaigne.fr)

footer-script