Censure(s) dans les mondes anglophones : contournement, détournement, retournement - Université Bordeaux Montaigne

Recherche - Manifestations scientifiques

Censure(s) dans les mondes anglophones : contournement, détournement, retournement

Cette journée d'études s'inscrit dans le cadre des colloques Jeunes Doctorants du laboratoire CLIMAS le 11 avril 2018 à partir de 9h30, salle des thèses de la Maison de la Recherche. Elle se fera à la fois en français et en anglais selon les interventions indiquées sur le programme.

Depuis le début du XXème siècle, les nombreuses innovations technologiques dans le domaine de la communication ont conduit à une multiplication sans précédent des plateformes d’expression, aussi bien dans la sphère artistique que dans la sphère médiatique
Chacune de ces innovations est inextricablement liée à l’histoire scientifique et culturelle des pays anglo-saxons, de l’invention de la télévision par l’écossais John Logie Baird à la création d’internet sous l’égide de l’armée américaine.
Les récents débats autour de wikileaks ou la remise en cause des sources d’informations traditionnelles par certains chefs d’état soulignent l’impossibilité d’envisager un XXIème siècle libre de toute censure.

  • Quand bien même nous le pourrions, l’auto-censure n’est-elle pas la plus insidieuse des privations d’une parole libre ?
  • Et si l’abolition totale de la censure semble utopique, est-elle même souhaitable ?
  • Peut-on, doit-on tout dire sous prétexte que les nouveaux moyens d’expressions le permettent ?

Cette journée d'études ambitionne d'interroger les différentes tactiques employées par artistes, journalistes et citoyens lambda du monde anglo-saxon afin de contourner la censure (s'exprimer malgré les interdits), la détourner (utiliser la censure comme stimulant à la création) et parfois même la retourner (la liberté de parole des réseaux sociaux ne provoque-t-elle pas une nouvelle forme de censure, celle de la masse contre l’individu, où chacun devient le censeur de l’autre ?). Il s’agira ainsi d’explorer les diverses possibilités d’aborder ce concept et de l’étudier non comme le propre de la tyrannie, mais comme la face cachée, et pourtant indissociable, du rêve anglo-saxon d’une liberté d’expression pleine et sans contrainte.

footer-script