L'ibadisme, un islam "démocratique" ? Modèles politiques et organisation sociale en contexte maghrébin médiéval - Université Bordeaux Montaigne

Recherche

L’intégration de l’ager Gallicus au territoire de Rome : les cas du municipium d’Ostra, dans les Marches septentrionales (Italie)

Carlotta Franceschelli, MCF en Histoire et archéologie romaine, Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (CHEC), Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand.

L’actuel territoire des Marches septentrionales (VI regio augustéenne) représente la pointe la plus méridionale de l’avancée gauloise dans la péninsule italienne, dans le courant du IVe s. av. J.-C. L’intégration de cet ager Gallicus au territoire de Rome commence au tout début du IIIe s. (295 av. J.-C.) avec la victoire militaire de Sentinum, qui favorise les premières présences romaines dans le secteur. Après le succès définitif de Rome sur les Sénons, en 283, la fondation des colonies de Sena Gallica, Ariminum et, probablement, Aesis renforce ultérieurement ces présences, attirées par les ressources agricoles de la région.

C’est ensuite avec la lex Flaminia de 232, qui comporte d’importantes distributions de terres effectuées viritim, que ce territoire s’organise et se structure à une plus grande échelle, dans les secteurs non concernés par les précédentes fondations coloniales. On compte, parmi les conséquences majeures de cette mesure, l’affirmation et le développement du phénomène urbain, avec la formation de nombreux centres de services, les prefecturae, à des endroits stratégiques pour les communications internes. Ostra est l’un de ces centres, qui atteindra le statut municipal vers la moitié du Ier s. av. J.-C. et commencera par la suite à se doter des structures nécessaires à l’exercice de ses fonctions

Planning des séminaires d'Ausonius

footer-script