L’art des villes - Appel à communication - Université Bordeaux Montaigne

Recherche

L’art des villes - Appel à communication

L’art des villes

Appel à Communication
Colloque interdisciplinaire scientifique et artistique

Jeudi 29, vendredi 30, samedi 31 janvier 2015 à Cap Sciences, Bordeaux

Porteurs : Patrick BAUDRY, Pr et Cécile CROCE, MCF HDR

Ce colloque accueillera des invités extérieurs en conférences et des enseignants-chercheurs, doctorants, artistes en tables rondes. Il fera l’objet d’une publication dans un numéro spécial de la revue Figures de l’Art (Comité de lecture international). Le présent appel à communication s’adresse à tout doctorant de L’Ecole Doctorale de l’Université Bordeaux Montaigne travaillant sur le sujet et susceptible de participer à une table ronde puis de proposer un texte pour publication.

Envoyer vos propositions sous la forme d’un texte de 4000 signes espaces compris et d’une courte biobibliographie avant le 31 octobre 2014.

Argument :

L'expression "art de ville" propose de considérer la ville comme un être vivant, qui cherche à se parer, à se faire beau mais aussi à inscrire son devenir dans une élaboration active fondée sur la mise en place de projets. Elle implique la prise en compte des processus, et projets, gestes et pratiques économiques ou politiques qui distinguent l’esthétique d’une ville. L’« art des villes » est l’art de « se designer » en ville, belle et agréable à vivre pour ses citoyens comme pour ses visiteurs. Les artistes y sont sollicités ; or, ils peuvent se révéler fort critiques et engager à repenser les atmosphères urbaines qu’ils informent.

Si "la ville" semble de plus en plus se confondre avec la société elle-même -- tout se passant comme si la construction urbaine équivalait à la production sociale ou encore comme si le devenir des villes permettait l'analyse d'une société en train de se faire -- la mise en esthétique du cadre urbain apparaît comme l'une des données majeures de l'aménagement contemporain. Le "décor" ne se perçoit plus comme une spatialité d'illustrations : l'environnement se traite comme ce milieu qui doit générer des modalités perceptives et produire des ambiances. La question de l’ornementation en particulier doit être repensée.

L'esthétique comporte des enjeux majeurs en termes économiques : le traitement des centres villes et les soins apportés à la ville muséale ont, par exemple, des effets sur l'attractivité touristique. 

C'est aussi une vision des manières de vivre ensemble qui se trouve engagée par des politiques d'éclairage, la sollicitation d'un geste artistique, et, plus globalement, une logique de la recentration comme on peut l'observer dans l'ensemble des villes contemporaines.

Un mode de consensualité semblerait s'affirmer, liant l'appréciation d'un cadre de vie au sentiment d'une appartenance culturelle et à la pratique d'une citoyenneté. Cette esthétisation ne suffirait pas à rassembler les individus sociaux qui sont censés constituer la ville si ceux-ci sont eux-mêmes en grandes disparités, enfermés dans le fonctionnalisme de la ville hyper industrielle, voire coupés de l’ancrage au réel.

Il faut toutefois analyser de plus près ce qui relèverait d'une esthétisation généralisée. Ce sont en fait des pratiques plurielles (non seulement monuments et sculptures, mais aussi street-arts, actions participatives et performatives, installations, ou encore design urbain), éventuellement divergentes ou contradictoires, qu'il faut prendre en compte. Arts transgressifs ou bien au contraire constitutifs d’un véritable sens du vivre ensemble ? Qu’est ce qui fait l’art vivant des villes qui se distinguent des villes d’art qui ressemblent à des villes-musées –morgues ?

Dans la volonté de faire émerger de nouvelles compétences d'analyse concernant "le domaine" des arts et l'anthropologie urbaine, ce colloque veut mettre en exergue la notion d'"ambiance" et dépasser les représentations de sens commun que cette expression peut véhiculer en tenant compte également des pratiques artistiques urbaines citoyennes. Ainsi, l’ambiance est entendue comme ce qui, déployé à l’intersection du produit et de la personne, permet de générer des manières d’être à la ville qui font trace et s’offrent à l’appropriation collective.

Ce colloque réunit des enseignants-chercheurs, des artistes (architectes, plasticiens, designers, performeurs, artistes son, photographes) et des responsables de collectivités territoriales qui, en interrogeant la place des arts dans la ville, analysent les manières contemporaines de "faire ville". Ce sont les questions de l'esthétisation, de l'urbanité et des ambiances qui seront abordées.

Contact : cecile.croce @ iut.u-bordeaux3.fr

footer-script