Les avant-gardes portugaises : un reflet culturel de la Grande Guerre ? - Université Bordeaux Montaigne

Recherche - Manifestations scientifiques

Les avant-gardes portugaises : un reflet culturel de la Grande Guerre ?

Almada Negreiros, Retrato de Fernando Pessoa, 1964 (détail)

Conférence au Musée d'Aquitaine

par Ana Maria Binet, professeur de portugais, Université Bordeaux Montaigne

Le lien étroit entre la Grande Guerre et l’art du 20e siècle est indéniable, celui-ci s’étant construit face à une violence qui l’a profondément marqué.

Les Manifestes, textes très violents et provocateurs, où le bruit des mots remplace leur emploi raisonné, sont un témoignage de cette influence de la situation politique européenne sur le monde culturel, qui adopte une posture de rupture avec le passé et la tradition. Au Portugal, deux grands Manifestes représentent, avec la revue Orpheu, les points culminants de la réalisation de ce désir de changement artistique et littéraire d’un groupe de jeunes portugais, dont les noms,  comme celui de Fernando Pessoa, allaient marquer l’histoire de la culture portugaise.

Très attirés par ce qui se fait dans ce qu’ils appellent l’Europe « civilisée » – la France, l’Italie, l’Angleterre et, à la rigueur, l’Espagne voisine – ils revendiquent leur appartenance culturelle à cette aire européenne. Ils s’enthousiasment pour le Futurisme, et tentent de créer une voie (et une voix) portugaise pour les idées de Marinetti.

Conférence publique
Jeudi 27 Novembre 2014, 18h 
au Musée d'Aquitaine

Partenariat Goethe Institut, Institut Camões Bordeaux et Université Bordeaux Montaigne.

footer-script