"Les Puritains étaient-ils puritains ? Déviances sexuelles et mariages mixtes dans les Églises dissidentes du 17e siècle" par Anne Page - Université Bordeaux Montaigne

Recherche - Manifestations scientifiques

"Les Puritains étaient-ils puritains ? Déviances sexuelles et mariages mixtes dans les Églises dissidentes du 17e siècle" par Anne Page

Conférence vendredi 13 mars 2015 à 10h30, salle 2 de la MSHA

Dans le cadre du séminaire CLIMAS "Puissance du mode Mineur", nous recevrons Anne Page, professeur de littérature et de civilisation britanniques à l'université Aix-Marseille.

Cette communication a pour objet une étude des mœurs sexuelles des dissidents religieux britanniques, à partir de documents d’archives inédits.
Alors que les historiens de la famille ont habituellement travaillé à partir des minutes des tribunaux civils et ecclésiastiques, nous prendrons pour point de départ les minutes des Églises qui examinaient mensuellement des comportements sexuels estimés déviants, dont l’homosexualité, la fornication, l’inceste, le viol, la polygamie et le mariage avec des "infidèles".

Par une étude des stratégies de contrôle et des châtiments infligés, nous tenterons de confirmer ou d’invalider l’idée selon laquelle les communautés puritaines imposaient à leurs fidèles des règles de morale strictes qui ne pouvaient qu’aboutir à l’hypocrisie collective dénoncée dans les représentations des  puritains en faux dévots lascifs.
Nous réexaminerons en particulier le cas des mariages avec des membres de l’Église d’Angleterre pour tenter de déterminer quand, et sous quelles conditions, l’exogamie était tolérée et ses conséquences pour les communautés.
Plus généralement, se pencher sur la régulation des comportements sexuels et du mariage permet de questionner l’identité de ces communautés religieuses fondées sur la conception de "Saints visibles" dont la pureté devait être préservée. Nous redéfinirons ainsi la façon dont ces groupes pensaient leurs différences, mais aussi leurs relations avec l’Église nationale, pour aller au-delà des clivages entre paroisse et chapelle.

footer-script