À quoi sert un médiéviste ? Fonctions et perceptions de l’historien du Moyen-Âge dans nos sociétés contemporaines - Université Bordeaux Montaigne

Recherche

À quoi sert un médiéviste ? Fonctions et perceptions de l’historien du Moyen-Âge dans nos sociétés contemporaines

On peut régulièrement entendre nos femmes et nos hommes politiques s’emparer de l’Histoire, notamment dans sa dimension identitaire, tout particulièrement en ces temps d’élections. L’Histoire est sans cesse convoquée comme autorité, notamment pour justifier l’action politique. Cet aspect est particulièrement sensible pour la période médiévale, souvent perçue comme l’origine de l’identité française.
Cette continuelle instrumentalisation de l’Histoire par le politique confère aux interventions de l’historien convoqué par les médias un caractère polémique et identitaire. La seule visibilité qui lui est accordée véhicule parfois l’image d’un savant renfermé sur sa communauté scientifique, qui ne partage pas le fruit de ses recherches avec le grand public. Cette idée répandue conduit à penser que l’historien détient un rôle simplement consultatif dans la mesure où non seulement il n’apporte rien de concret, mais que de surcroît il réserve à ses seuls pairs les conclusions de ses travaux.
C’est contre une telle vision de l’Histoire et de l’historien que s’est bâtie cette journée d’étude. En effet, elle veut démontrer que, par ses travaux, le médiéviste apporte sa contribution active à de nombreuses problématiques sociétales contemporaines. Il voit ses fonctions dépasser les simples sollicitations politiques, délibérément orientées et bien souvent déformantes. Ainsi, il appelle à une réappropriation par les citoyens de l’Histoire médiévale, dont les enjeux sont cruciaux à la compréhension du monde contemporain.

Informations et programme

footer-script