Naissance de la chaire Jean Haritschelhar en faveur des relations transfrontalières - Université Bordeaux Montaigne

International

Création de la chaire Jean Haritschelhar : un atout pour les relations transfrontalières

Hélène Velasco-Graciet, presidente de l'université et Mari Jose Olaziregi Alustiza, directrice de l'Institut Etxepare

Vendredi 9 septembre 2016 à 12h, l’Université Bordeaux Montaigne et son partenaire l’institut Etxepare ont signé la convention qui installe la Chaire Jean Haritschelhar, en faveur du développement des études basques et du plurilinguisme. L’institut Etxepare, rattaché au gouvernement autonome basque, est un acteur essentiel dans la diffusion de la langue et de la culture basques dans le monde.

Avec cette chaire, première de ce type inaugurée en France, l’université entend développer un réseau académique et scientifique autour des questions relatives à l’apprentissage des langues et au plurilinguisme et élargir la coopération avec les Universités du Nord de l’Espagne.   

Une chaire pour les langues et le plurilinguisme

La chaire proposera des activités scientifiques en relation avec les études basques dans les domaines disciplinaires suivants : langue basque, littérature, linguistique, philologie, linguistique appliquée, enseignement des langues vivantes et tout autre sujet d’étude lié aux Sciences humaines et aux disciplines artistiques. Dans les séminaires et les activités organisés en relation avec la Chaire, le partenariat avec des universités et des centres de recherche attachés au domaine basque sera recherché (IKER, EHU/UPV, Université de Deusto, Université publique de Navarre...).

Chaque année, durant une semaine, la Chaire sera occupée par un universitaire, un chercheur ou un créateur français ou étranger dont le travail de recherche ou l’enseignement est en relation avec le domaine des études basques, ses disciplines (linguistique, sociolinguistique, apprentissage et didactique des langues, littérature, anthropologie, etc.) et ses champs de recherche (bilinguisme et plurilinguisme, politiques des langues, etc.) dans leur définition la plus large possible.

Autour de la spécialité de l’invité, des formations, des séminaires de recherche et des manifestations ouvertes à un public élargi seront proposés

Les activités de la chaire intéresseront plus particulièrement les étudiants, les enseignants-chercheurs et seront accessibles au publics extérieur intéressé par la thématique choisie.

L’Université Bordeaux Montaigne au cœur des relations transfrontalières


Hélène Velasco-Graciet, presidente de l'université et Mari Jose Olaziregi Alustiza, directrice de l'Institut Etxepare
Les relations transfrontalières avec le nord de l’Espagne sont déjà très actives et l’université entend les développer encore. Des accords de collaboration existent entre les universités d’Aquitaine et les universités de Navarre et du Pays basque (Aquitaine-Euskadi-Navarre ; Euskampus et IDEX, etc.) mais les relations les plus étroites nouées par l’Université Bordeaux Montaigne concernent l’Université du Pays basque, UPV-EHU.

Une convention entre les trois écoles doctorales (UPV-EHU, Université Bordeaux Montaigne, UPPA) et le CNRS a été signée pour favoriser les échanges entre les doctorants et les enseignants-chercheurs et  faciliter les cotutelles qui s’élèvent déjà à quinze, pour la plupart assorties d'un contrat doctoral. Le laboratoire IKER-UMR5478 et son homologue ELEBILAB de l’Université du Pays basque s’associent très régulièrement pour préparer des programmes de recherche et présenter des dossiers aux différents appels à projets.

Il importe que l’Université Bordeaux Montaigne participe activement à la construction culturelle d’un territoire euro-régional élargi dont les réseaux sont en cours de structuration, aux côtés de la Nouvelle Aquitaine qui fait du transfrontalier l’une de ses priorités.

Les études basques à l’Université Bordeaux Montaigne

Un laboratoire de recherche IKER (UMR 5478)
Localisée à Bayonne, l'UMR IKER a comme tutelles le CNRS, l’Université Bordeaux Montaigne et l’UPPA. IKER est la seule structure spécialisée dans le domaine des études basques en France. Les champs de recherche du laboratoire sont la linguistique d'une façon générale, la langue et les textes basques, l'apprentissage des langues et le plurilinguisme.

Des enseignements
L’université Bordeaux Montaigne délivre un master d’études basques et un doctorat. Elle dispense aussi des cours du soir et délivre un certificat de langue basque attestant d'un niveau B1 équivalent au CLES 1.

La licence de basque est dispensée par l’UPPA.

Qui était Jean Haritschelhar ?

Né à Saint-Etienne de Baigorry en 1923 et décédé à Biarritz en 2013, il a été un personnage essentiel dans la culture basque du XXe siècle. Agrégé d’espagnol, il a présenté une thèse intitulée Le Poète souletin Pierre-Topet Etchahun. Contribution à l’étude de la poésie populaire du XIXe siècle. De 1962 à 1986, il a enseigné le basque et l’espagnol à l’Université Bordeaux Montaigne. Il a également été directeur du Musée basque. En 1962, il a été nommé à l’Académie de la langue basque dont il assura la présidence de 1989 à 2004.

L’Institut Etxepare

Créé en 2007 pour faire connaître la langue et la culture basques dans le monde, il a déjà permis l’ouverture de 37 postes de lecteurs dans des universités européennes ou aux Etats-Unis. Il a également créé 6 chaires dans des universités européennes (Liverpool, Francfort) et américaines (New-York, Chicago, Boise, Reno, Amherst). Celle de l’Université Bordeaux Montaigne est la première chaire de ce type inaugurée en France. Il faut rappeler que c’est à l’Université de Bordeaux qu’a été instituée en 1948 la première Chaire d’études basques en France, chaire qui fut confiée à René Lafon. Depuis elle a compté parmi ses titulaires Jean Haritschelhar et Jean-Baptiste Orpustan et elle est à ce jour occupée par Aurelia Arcocha.

Contact : Jean.Casenave @ u-bordeaux-montaigne.fr

 

footer-script