Vincent Joineau, primé de l’Académie Nationale des Sciences, Belles Lettres et Arts de Bordeaux - Université Bordeaux Montaigne

Distinctions

Vincent Joineau primé de l’Académie Nationale des Sciences, Belles Lettres et Arts de Bordeaux

Vincent Joineau, jeune chercheur en histoire et archéologie médiévale, a reçu jeudi 17 décembre 2015, le prix spécial de l’Académie Nationale des Sciences, Belles Lettres et Arts de Bordeaux pour la publication de sa thèse "Études techniques et économiques d’une industrie rurale : les moulins de l’Entre-deux-mers bordelais (de la fin du XIe siècle jusqu’à la révolution)" parue aux Éditions Garnier en 2014.  Une thèse déjà récompensée par l’obtention d’un premier prix fondation du patrimoine, décerné en 2011.

Un parcours universitaire historique et patrimonial


Vincent Joineau
Vincent Joineau
a commencé par obtenir une maîtrise d’histoire moderne en 1998 à l’Université Bordeaux Montaigne. Trois ans plus tard, entre 2001 et 2003, nous le retrouvons à l’Université Paul Valéry de Montpellier pour l’obtention d’un master de sciences techniques du patrimoine.
À son retour dans la capitale girondine en 2005, Vincent entame un diplôme d’études approfondies (DEA) en histoire médiévale à l’Université Bordeaux Montaigne avant de poursuivre avec une thèse sous la direction du professeur Philippe Araguas entre 2006 et 2011, durant laquelle il dispose d’une allocation régionale de trois ans (2007-2010).

 

Les meuniers et leurs moulins au cœur de la société rurale

Le sujet de sa thèse est consacré à l’équipement industriel de l’Entre-deux-mers à travers la compréhension des dynamiques économiques, politiques, environnementales et techniques qui ont déterminé le niveau d’activité des moulins à eau, à vent et à nef (sur bateau). L’apparition des moulins s’est faite très tôt avec, sous l’Ancien Régime, une période d’activité dense et riche où le meunier a une place de choix dans la société rurale. 

L’aspect innovant du sujet réside dans l'étude de l’expression de l’offre et la demande dans l’économie du moulin. Les études reposent d’une part sur les sources archéologiques acquises grâce aux prospections, ainsi que sur le dépouillement d’archives publiques et privées. Les relevés hydrauliques et éoliens actuels des services de l'État ont également été une source précieuse d’information.
Le corpus des moulins s’élève à 191 moulins à eau, 140 à vent et 13 à nef. Chaque moulin dispose d’une fiche technique précise.

En savoir plus sur l’exposition Le cœur des moulins présentée aux archives départementales de la Gironde du 13/11/2015 au 06/03/2016.

Et maintenant …

Grâce à l’obtention de deux post-doctorats, Vincent Joineau s’est spécialisé dans l'étude des industries hydrauliques et l’artificialisation des cours d’eau.

  • Son premier contrat, 2011-2013, a été obtenu au sein de l’Institut Ausonius (UMR 5607-CNRS - Université Bordeaux Montaigne) avec pour projet de recherche « Genèse, évolution et patrimonialisation d’un territoire industriel : le Fumélois. »
  • Le second, 2013-2014, s’inscrit dans le troisième appel à projets du LabEx Sciences archéologiques de Bordeaux sur les aménagements de rivière.
  • En parallèle, il pilote la mise en œuvre du projet E’rasme, coopérative de recherche appliquée en Sciences humaines et sociales, qui permet à de jeunes chercheurs de développer leurs activités professionnelles de recherche dans un cadre collaboratif et à finalité commerciale.

Contact
Vincent Joineau
Sonia Syllac, chargée de valorisation, communication et médiation scientifique Ausonius

footer-script