Le prix européen d’archéologie Joseph Déchelette pour Eneko Hiriart - Université Bordeaux Montaigne

Distinctions

Le prix européen d’archéologie Joseph Déchelette pour Eneko Hiriart

Remise du Prix Joseph Déchelette à Eneko Hiriart le 17 juin 2016

Le vendredi 17 juin, jour du lancement des Journées nationales de l’Archéologie 2016, a été choisi pour décerner le nouveau Prix européen d’Archéologie Joseph Déchelette, au lauréat Eneko Hiriart, docteur de l'Université Bordeaux Montaigne.

Ce prix vise à mettre en avant les travaux d’un jeune archéologue, en le soutenant au moment critique de la carrière de tout chercheur qui est celui qui suit la soutenance de sa thèse de doctorat. À l’issue d’un appel à candidatures mené à l’automne 2015, le jury réuni le 26 avril dernier a dû départager vingt-sept candidats émanant de huit pays.

Le jury a décidé à l’unanimité de décerner le prix 2016 à Eneko Hiriart, docteur de l’Université Bordeaux Montaigne (laboratoire AusoniusLabEx Sciences archéologiques de Bordeaux). Au-delà de la qualité de la thèse du lauréat, soutenue en 2014, le jury a retenu le caractère ambitieux et réaliste de son projet de recherche, qui renouvelle la compréhension de l’émergence de la monnaie dans l’Europe protohistorique, dans une approche archéologique systémique qui dépasse largement l’approche numismatique traditionnelle et contribue à nourrir les réflexions actuellement en cours sur les premières formes urbaines dans le monde celtique.

Le lauréat a reçu vendredi 17 juin 2016 une gratification de 10.000 € en présence de différentes autorités : Yves Nicolin, député-maire de Roanne, Benoît Kaplan, sous-directeur de l’archéologie au ministère de la Culture et de la Communication, Gilles Déchelette, président de l’association Joseph-Déchelette, et de nombreux représentants de la communauté archéologique.

Eneko Hiriart, un jeune chercheur passionné

Eneko Hiriart est un jeune chercheur de 32 ans, actuellement en post-doctorat à l’université d’Aix-Marseille. Dès son enfance, il voyage dans l’espace et le temps sur les pages de l’Iliade et l’Odyssée, se passionne pour l’Histoire de l’Antiquité, la Mésopotamie, l’Égypte et la numismatique. Adolescent, il participe à des sorties culturelles grâce à des associations locales : « je visitais des sites patrimoniaux, des châteaux, des églises. À Rome, lors d’un voyage, je suis fasciné par la basilique Saint-Clément dont les vestiges m’invitent à la découverte de quinze siècles d’histoire ». Aussi, Eneko passe une licence d’Histoire à l’université du Pays basque (Espagne) et un master en Archéologie à l'Université Bordeaux Montaigne. Il participe à de nombreuses fouilles archéologiques, dans des grottes du paléolithique, des sites de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer. Bénéficiant d’un contrat doctoral et de plusieurs bourses, il effectue un doctorat à l’Université Bordeaux Montaigne et passe sa thèse brillamment avec félicitations du Jury. Cours, séminaires, conférences, publications jalonnent son parcours.

« Ma thèse sur Les pratiques économiques et monétaires entre l’Èbre et la Charente (Ve – Ier siècle. av. J-C.) cherche à comprendre comment l’arrivée de la monnaie révolutionne progressivement l’économie et la société. Mes recherches s’insèrent dans la continuité de celles initiées par Joseph Déchelette qui a été le premier à comparer des sites protohistoriques à l’échelle européenne. En accord avec cet héritage scientifique, mon attention se centre sur une approche du monde celtique dans son ensemble » précise Eneko Hiriart.

Le prix Joseph Échelette : l’intitulé du prix fait référence au nom d’un savant né à Roanne en 1862, disparu prématurément sur le front de la Grande Guerre en 1914 à Vingré (Aisne), Joseph Déchelette, qui fut l’un des fondateurs de l’Archéologie européenne. En savoir plus

 

footer-script