Antoine Dumas, lauréat du prix de thèses 2017 de l’Idex Bordeaux - Université Bordeaux Montaigne

Distinctions

Antoine Dumas, lauréat 2017 du prix de thèses en Sciences humaines et sociales de l’Idex Bordeaux

Session de travail au musée d’Aquitaine, Bordeaux. Cliché T. Constanti

Les membres du jury  international du concours « Prix de thèses 2017 » de l’Université de Bordeaux ont attribué le Prix « Sciences Humaines et Sociales » à Antoine Dumas, jeune docteur issu de l’école doctorale Montaigne Humanités.

La remise des prix de thèses 2017 aura lieu le 30 novembre 2017

L’archéologie protohistorique primée


Antoine Dumas sur le site de Chastel (Aiguillon, Lot-et-Garonne). Cliché S. Oesterlé

Antoine Dumas a été récompensé pour sa thèse sur « Le premier âge du Fer en vallée de Garonne et sur ses marges. Dynamiques chrono-culturelles et territoriales », soutenue le 4 novembre 2016 à l’Université Bordeaux Montaigne.


Fidèle étudiant bordelais durant tout son cursus universitaire, Antoine a commencé par obtenir un DEUG d’histoire avant de s’orienter vers le parcours « archéologie » en licence. Ses recherches sur le premier âge du Fer (800 - 425 avant J.-C.) ont débuté dès sa spécialisation en master recherche à l’Institut Ausonius (UMR 5607 CNRS/Université Bordeaux Montaigne).
Sous la direction de Francis Tassaux et d’Anne Colin, il s’est initié à la synthèse documentaire autour du confluent du Lot et de la Garonne, en s’appuyant plus précisément sur l'étude du mobilier et des archives de fouilles du site archéologique de Chastel (Aiguillon, Lot-et-Garonne).

Chronologie et organisation territoriale


Céramiques en contexte de fouille sur le site de Chastel. Cliché A. Dumas
L’inscription en thèse, toujours sous la direction du professeur F. Tassaux, lui a permis d’étendre ses recherches à tout le sud ouest de la France.
Après avoir dressé un état des lieux de la recherche, depuis la dernière synthèse réalisée par J.-P. Mohen en 1980, Antoine a proposé une révision complète de la chronologie du premier âge du Fer régional ainsi qu’une nouvelle typologie des céramiques de cette période.
Il a ensuite, par le biais d’une approche géographique et cartographique, étudié les logiques de peuplement des populations du premier âge du Fer. Ce travail lui a permis de mettre en évidence des schémas d’organisation spatiale récurrents, ainsi que leurs dynamiques évolutives.


Fibule du premier âge du Fer. Cliché A. Dumas

En prenant en compte tout le registre archéologique classique (mobilier, habitats, sites funéraires, etc.), il a proposé une nouvelle lecture des transformations importantes des sociétés protohistoriques entre le Bronze final et le début du second âge du Fer.

De l’archéologie programmée à l’archéologie préventive

Durant son cursus universitaire, A. Dumas a participé à de nombreuses fouilles archéologiques programmées : remparts de Gergovie (Puy-de-Dôme) et de Vix (Côte-d’Or) ; habitat protohistorique et antique d’Isle-Saint-Georges (Gironde).
Financée par le LabEx Sciences Archéologiques de Bordeaux, sa première mission en tant que responsable d’opération a eu lieu sur le site de Chastel à Aiguillon.

Après l’obtention de son doctorat en 2016 et au vu de son expérience, le service archéologique de la Dordogne lui a confié la responsabilité de la fouille préventive pour le contournement routier de Beynac et Cazenac (site de Monrecours à Saint-Vincent-de-Cosse).

Dans un avenir proche, le jeune protohistorien souhaiterait de nouveau élargir ses recherches en travaillant sur une zone encore plus vaste : la façade atlantique de l’Europe.

Contact : Sonia Syllac  Chargée de valorisation, communication et médiation scientifique Institut Ausonius (UMR 5607 - CNRS/Université Bordeaux Montaigne)

footer-script