Anaïs Moran, étudiante journaliste primée pour son portrait reportage - Université Bordeaux Montaigne

Distinctions

Anaïs Moran, étudiante journaliste primée pour son portrait reportage

Anaïs Moran

Anaïs Moran, étudiante journaliste en 1re année de master croque le meilleur portrait de Normand en s'intéressant aux vaincus du débarquement. Un concours organisé par le Club de la presse de Haute Normandie.

Premier prix du concours

C'est en croquant le portrait de Lucien, gardien du cimetière allemand de La Cambe dans le Calvados, que l'étudiante normande, Anaïs Moran, inscrite en première année de journalisme à l'IJBA, vient de gagner le Premier Prix du Concours de reportage étudiant organisé par le Club de la Presse de Haute-Normandie.

Ce concours, ouvert aux élèves des 15 écoles reconnues par la profession et intitulé : « Portraits de Normands », est destiné à « favoriser l'éveil et la curiosité pour le genre journalistique du portrait, tout en mettant en avant les différentes facettes de la Normandie ».

Tolérance et devoir de mémoire

Et c'est une facette tout à fait originale qu'Anaïs a mis en lumière avec beaucoup de finesse et d'intelligence en s'intéressant aux soldats allemands morts lors du Débarquement.

« Les cimetières américains, les grands vainqueurs, sont très connus, visités, ils ont une très grande visibilité… Ce qui n'est pas le cas des cimetières des vaincus, c'est-à-dire des Allemands », explique Anaïs.

« J'ai choisi de faire le portrait d'un Normand qui a sacrifié toute sa carrière pour s'occuper d'un cimetière allemand de la Seconde Guerre Mondiale. Il est l'incarnation de la tolérance et du devoir de mémoire. »

L'histoire de Lucien, né en Alsace en 1953, avant de venir s'installer en Normandie, porte aussi les cicatrices de cette époque. Son père et son oncle ont été enrôlés de force dans la Wermacht. Lucien ne veut rien oublier de cette « mauvaise époque de l'Allemagne ». 

Pourtant, comme l'écrit Anaïs Moran, « ses doux rêves d'une amitié germano-normande toujours plus forte, ressurgissent. Et l'odeur de liberté des terres normandes toujours l'enivre. Sans s'en rendre compte, la Normandie a offert son plus beau geste de pardon dès la fin de la guerre : céder le droit de repos aux personnes qui venaient de piller sa terre et de voler la vie des siens ».

Lisez l'intégralité du reportage multimédia réalisé par Anaïs Moran, avec les autres portraits présentés pour ce concours, sur le blog du Club de la Presse de Haute-Normandie.

L’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine (IJBA) est un institut interne de l’Université Bordeaux Montaigne créé par décret du 11 septembre 2006.

footer-script